Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Place Vendôme aurait été une source d’inspiration du flacon de Chanel No5 créé par Gabrielle Chanel.
Place Vendôme aurait été une source d’inspiration du flacon de Chanel No5 créé par Gabrielle Chanel.

Un siècle dans le sillage de Chanel No5

Caroline Grégoire
Caroline Grégoire
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Cette année marque le 100e anniversaire de la fragrance emblématique de la maison Chanel : No5. Pour souligner ce siècle de sillage distinctif, nous vous proposons un survol sur ce qui a fait le mythe de ce parfum imaginé par Gabrielle Chanel et réalisé par Ernest Beaux. 

› 1921 

Lancement du premier parfum de la maison Chanel. Coco Chanel avait le désir de proposer «un parfum de femme à odeur de femme». Elle affirme ce qu’elle désire lors de la création de la fragrance : «Un parfum artificiel, je dis bien artificiel, comme une robe, c’est-à-dire fabriqué. Je suis un artisan de la couture. Je ne veux pas de rose, de muguet, je veux un parfum qui soit un composé». Cette fragrance obtient rapidement un immense succès en Europe. À la fin de la Seconde Guerre, les militaires américains font la queue devant la boutique de madame Chanel pour rapporter l’effluve à leur bien-aimée. À ce jour, Chanel No5 est toujours un des parfums les plus vendus dans le monde. 

Un flacon de parfum Chanel N°5, créé en 1921, présenté dans le cadre de l’exposition <em>N°5 culture Chanel</em> faisant référence à la créatrice de mode française éponyme (1883-1971) au musée d’art du Palais de Tokyo à Paris, le 3 mai 2013.

› ALDÉHYDES 

Sans l’arrivée des aldéhydes en parfumerie, Chanel No5 n’existerait pas. Les aldéhydes sont des molécules chimiques qui offrent de très nombreuses notes olfactives. Leur découverte date de 1835, mais il faudra attendre au 20e siècle pour que la parfumerie les utilise. On reconnaît l’odeur des aldéhydes dans Chanel No5 grâce à leur fraîcheur métallique et intense. Cette famille olfactive se marie très bien avec les notes déjà existantes, particulièrement aux odeurs florales. Ernest Beaux, le créateur du parfum, balancera les notes originales, le jasmin, la rose et l’ylang-ylang à de l’aldéhyde pour empêcher qu’elles ne prennent le dessus. Cette innovation répondait au désir olfactif de la créatrice de mode.

› NOMBRE 5

«Je présente ma collection de robes le 5 du mois de mai, le cinquième mois de l’année, nous lui laisserons donc le numéro qu’il porte et ce numéro 5 lui portera bonheur», a expliqué Gabrielle Chanel au moment de choisir un nom pour son premier parfum. Mademoiselle est superstitieuse. Tout au long de sa vie, le chiffre 5 l’accompagnera.

Coco Chanel à Paris en 1944

› ERNEST BEAUX (1881-1961)

Un des plus grands parfumeurs du 20e siècle. Né en Russie, mais issu d’une famille française, il sera un des premiers à expérimenter avec les senteurs synthétiques. À cette époque, on ne parle pas de molécules chimiques en parfumerie. La tendance est aux parfums soliflores. Il fait la rencontre de Gabrielle Chanel en 1920 à Cannes par l’intermédiaire du Grand Duc Dimitri Pavlovitch qui, à cette époque, était le beau de la créatrice. Il lui proposera 10 échantillons, numérotés de 1 à 5 et de 20 à 24. La couturière choisira le 5. Leur collaboration se poursuivra, plus tard s’ajouteront le Numéro 22, Cuir de Russie, Gardénia, Bois des îles et Mademoiselle Chanel Numéro 1.

› FLACON

La conception de la bouteille est signée Gabrielle Chanel. Souhaitant un objet simple pour son parfum, on attribue à cette silhouette sobre plusieurs sources d’inspiration tels les flasques de vodka de la garde impériale russe ou encore Place Vendôme. Ce flacon de verre aux lignes épurées et aux angles francs sera exposé au musée des arts modernes de New York en 1959. Andy Warhol en fera une œuvre d’art. Au cours des années, la forme du flacon évoluera. Il sera modifié à cinq reprises, en 1921, 1930, 1950, 1970 et 1986.

Marilyn Monroe, égérie posthume de Chanel No5 grâce à cette photo d’Ed Feingers datée de 1955

› MARYLIN MONROE

La légende du cinéma a probablement été la plus grande ambassadrice de la fragrance, bien qu’elle n’ai jamais été une égérie officielle de la marque lors de sa vie. En 1952, lors d’une entrevue qu’elle réalise pour le magazine américain Life, on lui demande ce qu’elle porte pour dormir. Sa réponse : «Quelques gouttes de Chanel No5». Plus de 60 ans après cette réponse, la maison Chanel en fera son égérie. En 2013, plus de 50 ans après sa mort, elle est en vedette dans une campagne Chanel, grâce à une photo d’Ed Feingersh, où l’on voit l’icône se parfumer, flacon de numéro 5 à la main. On présentera le film Marylin et No5. On y entend l’actrice dans un enregistrement ou elle dévoile la vérité sur sa citation culte. 

› PUBLICITÉ 

Les publicités de la maison Chanel sont de réels chefs-d’œuvre. Dès 1937, Mlle Chanel pose près du foyer de son appartement du Ritz de Paris pour illustrer les parfums Chanel. S’enchaîneront mannequins et actrices célèbres : Suzy Parker, Ali MacGraw, Catherine Deneuve, Jean Shrimpton, Carole Bouquet, Estella Warren, Nicole Kidman, Audrey Tautou, Gisèle Bundchen, Lily-Rose Depp et récemment Marion Cotillard. Un seul homme fut Égérie du No5, il s’agit de Brad Pitt en 2012. Que ce soit en photo ou en court film, on retrouve les plus grands collaborateurs, Richard Avedon, Helmut Newton, Patrick Demarchelier, Jean-Paul Goude, Baz Lurhman, Ridley Scott, Bettina Rheins, Dominique Isserman. 

Pour voir les films et les campagnes publicitaires : inside.chanel.com/fr/no5

› INGRÉDIENTS 

On compte près de 80 ingrédients naturels et artificiels pour créer la fragrance Chanel No5.
Notes de tête : aldéhyde, néroli, citron, bergamote
Notes de coeur : ylang-ylang, jasmin, rose de mai, iris, muguet
Notes de fond : vétiver, santal, musc, vanille, civette,­ ­cèdre