Spécial FEQ: la mode selon Sally Folk

La pétillante auteure-compositrice-interprète Sally Folk a répondu avec enthousiasme (et intérêt!) au «sérieux» questionnaire mode et beauté auquel nous soumettons chaque été (et pour la troisième année) un(e) artiste québécois(e) qui participe au Festival d'été. Celle qui a lancé récemment l'album Troisième acte, se démarque sur la scène musicale québécoise avec son joli look rétro tout droit sorti des années 60, et sa pop feutrée et envoûtante qui a séduit les radios (Heureux infidèles, Révolver, J'aurai ton enfant quand même, etc.). Sally Folk était aussi, l'automne dernier, une des «passionnés» (avec Louis-Jean Cormier) de l'émission musicale Crescendo, créée et animée par Gregory Charles, et diffusée à ICI Radio-Canada Télé. Elle se démarque, on vous disait.
Mode
Jennifer Lopez portait une robe du designer Michael Cinco aux American Music Awards, le 22 novembre 2015.
Au dernier Gala Artis, l'animatrice Anouk Meunier pourtait une création exclusive du designer québécois Denis Gagnon.
 
Q Quel est ton intérêt pour la mode?
R J'aime bien m'en inspirer. Je crois que la mode raconte notre temps et notre histoire. Pour ça, je trouve que son évolution est intéressante à suivre. 
Q Est-ce que tu suis les tendances?
R Oui, mais c'est du lèche-vitrine. Je dois vraiment tomber amoureuse d'un vêtement pour l'acheter, et ça ne sera pas nécessairement tendance. 
Q Dirais-tu que tu as un style précis?
R Sur scène, j'ai mon «look signature» : corset, jupe à crinoline, et coupe au carré, mais dans la vie de tous les jours, j'opte pour une robe simple. En congé, c'est une paire de jeans 9 fois sur 10.
Q Pour toi-même, quel est le look que tu préfères?
R Les robes : c'est simple, facile, et léger. J'en ai des tonnes!
Q Est-ce que les marques sont importantes pour toi?
R Jusqu'à un certain point, oui. Mais je garde toujours l'oeil ouvert pour de nouvelles trouvailles. Une marque peut être une garantie de qualité, elle peut promettre une thématique et un style particulier. Ça facilite le magasinage quand on est pressée! 
Q Y a-t-il un(e) designer dont tu admires les créations ou le style?
R J'ai vu Anouk Meunier dans une robe de Denis Gagnon, au dernier Gala Artis, et j'ai «ca-po-tée»! Je l'ai suivie du regard toute la soirée. Elles étaient magnifiques - Anouk et la robe! 
Q Magasiner : torture ou plaisir?
R Torture.
Q Pour te faciliter la vie, des endroits où tu trouves presque tout?
R Boutique 1861 [à Montréal] pour les robes, Aldo pour les chaussures.
Q Ta garde-robe : cigale ou fourmi?
R Fourmi.
Q As-tu un vêtement duquel tu es incapable de te débarrasser, même s'il est usé?
R Non. Souvent, je finis par les perdre, ou les oublier quelque part (Rires). J'ai très peu d'attaches aux vêtements. Je vais porter régulièrement des sacs de vêtements aux organismes de bienfaisance.
Q Un faux pas vestimentaire que tu as déjà «commis»?
R ADISQ 2015. C'était beau et funky à la maison, mais le look en entier n'était pas ce que j'espérais, et quand j'ai vu les photos, le lendemain...
Q Des artistes dont tu aimes le style?
R Au Québec, j'aime bien voir Pénélope McQuade oser différents styles, et se renouveler constamment. Elle s'amuse avec la mode. À l'international, je regarde Jennifer Lopez depuis que je l'ai aperçue dans une fabuleuse robe de Michael Cinco. 
Q Quelqu'un qui t'inspire, côté look?
R Personne et tout le monde à la fois. Je me promène beaucoup sur Google et Pinterest pour trouver des idées. Je vais beaucoup regarder la mode des années 50 et 60.
Q Est-ce que tes fans te parlent de ton look? 
R Tout le temps! Les gens con­fondent mon «look signature» avec un «personnage». Je dois m'expliquer. (Rires)
Q S'habiller pour un gala : torture ou plaisir? 
R Torture.
Q Pour ça, fais-tu appel à un styliste? 
R Non, mais ça me tente parfois. Mais avant, je vais devoir magasiner le styliste. (Rires)
Q Un type de vêtement ou d'accessoire dont tu es un peu gaga?
R Trop de souliers, trop de jupes. Je les fais faire sur mesure [les jupes], alors c'est ma faute s'il y en a autant.
Q Un vêtement ou un accessoire pour lequel tu as déjà fait une petite folie?
R J'avais trouvé un magnifique manteau en dentelle noire chez bebe, à Las Vegas. Il était cher, mais je savais que je ne retrouverais pas une pièce comme ça de sitôt.
Q Tu as une fille d'un an : aimes-tu magasiner pour elle?
R Puisque tous nos amis ont eu des enfants avant nous, on se fait donner des montagnes de vêtements. Je n'ai acheté que quelques morceaux coup de coeur depuis sa naissance.
***
Beauté
Vernis à ongles Essie
Lait démaquillant visage et yeux Aroma Cleanse de Decléor
Q Es-tu «très fille», côté beauté, ou «un peu garçonne»?
R Entre les deux. Sur scène et en public, je fais attention, parce qu'il y a toujours un «kodak» quelque part, mais je compense lorsque je suis en congé. (Rires) 
Q Se maquiller : obligation ou plaisir?
R Plaisir! Et j'avoue que l'hiver, en manque de soleil (et de sommeil!), j'aime bien avoir ma trousse pas loin.
Q As-tu une «routine beauté»?
R Je me démaquille impérativement avant d'aller au lit, et j'hydrate ma peau.
Q As-tu un produit chouchou?
R Pour le nettoyant/démaquillant, j'aime bien l'Aroma Cleanse, de Decléor. J'ai une peau sensible, alors c'est rare que je trouve des produits qui ne me font pas «réagir». Ces temps-ci, je teste l'hydratant Premier, des produits La Mer Morte. J'aime bien jusqu'à maintenant, je vous en redonne des nouvelles. (Rires)
Q Côté beauté, qu'est-ce que tu aimes le plus?
R Les spas et la massothérapie. Je suis une adepte du chouchoutage.
Q Et que détestes-tu le plus?
R Les manucures! Elles prennent un temps fou à faire, et on ne peut rien faire pendant que ça sèche.
Q Ta trousse de beauté de sac à main contient toujours...?
R Rouge à lèvres MAC de couleur bronze, et vernis à ongles Essie, pour les retouches de dernière minute.
Q Les cheveux : un peu maniaque ou pas du tout?
R Maniaque, ça fait partie du look pour moi.
Q Parfum : te parfumes-tu régulièrement?
R Oui, et j'ai mon parfum depuis des années : Désirable, de Lise Watier.
***
Vous voulez y aller?
Qui : Sally Folk (suivie de La Chicane et de Michel Fugain)
Quand : 9 juillet, 19h
: Parc de la Francophonie
Accès : laissez-passer