Saks OFF 5TH: le luxe new-yorkais abordable

C'était la grande ouverture, jeudi dernier, du premier Saks OFF 5TH au Québec, dans le local jadis occupé par Holt Renfrew, à Place Ste-Foy. N'écoutant que mon désir de vous servir (et en ma qualité de ceinture noire en magasinage), je suis allée explorer cette nouvelle adresse qui offre des articles haut de gamme, mais à prix réduits.
Saks OFF 5TH est une division de la légendaire enseigne de luxe Saks Fifth Avenue (voir encadré). La bannière new-yorkaise mondialement connue n'était pas présente au Canada... avant qu'elle ne soit achetée par la Compagnie de La Baie d'Hudson (HBC), il y a presque 4 ans. Notez que HBC appartient depuis 2008 à NRDC Equity Partners (un fonds d'investissement américain), mais a toujours son siège social et la majorité de ses activités au Canada.
Déjà, deux Saks Fifth Avenue ont pignon sur rue à Toronto, un autre ouvrira en janvier prochain à Calgary, et un quatrième s'installera à l'intérieur du La Baie de la rue Sainte-Catherine, à Montréal (à l'automne 2018), et occupera quatre étages d'une annexe plus récente, qui donne sur le boulevard De Maisonneuve. Au total, d'ici quelques années, HBC prévoit avoir ouvert au pays sept grands magasins Saks Fifth Avenue, de même qu'une vingtaine de Saks OFF 5TH.
Pour revenir à cette dernière enseigne, il était tout naturel pour l'entreprise d'ouvrir le premier Saks OFF 5TH de la province à Québec, explique le président de la bannière, Jonathan Greller. «Pour nous, c'était une étape logique de notre expansion canadienne. Québec est une des capitales de la mode au Canada, les gens ont des goûts recherchés, avec une touche européenne, et je suis sûr qu'ils vont adorer notre magasin», ajoute-t-il, confiant, assurant qu'il y a bel et bien ici un marché pour Saks.
«T'as de tout ici, mais à petits prix!» lance avec enthousiasme l'animatrice Maripier Morin (originaire de Québec), qui était à Place Ste-Foy, jeudi passé, pour présider la petite cérémonie d'ouverture du nouveau magasin de près de 35 000 pieds carrés, comptant une soixantaine d'employés.
On pourrait résumer le «tout» en question ainsi: des vêtements et accessoires (chaussures, sacs à main, bijoux, etc.) pour femme, homme, et enfant, dans des marques de prêt-à-porter haut de gamme, comme Karl Lagerfeld Paris, Joie, Equipment, Kate Spade, Sam Edelman, Michael Kors, pour ne nommer que celles-là (on dit qu'il y en a... 800). Toute la marchandise est offerte à des prix réduits, avec des rabais pouvant atteindre 65 %. Les noms d'autres magasins du même genre déjà existants vous viennent en tête? Vous avez compris le principe. Ça y ressemble, mais en un peu plus chic.
Saks OFF 5TH propose également une section de grands designers internationaux (Chloé, Stella McCartney, Valentino, Balmain, etc.), où les prix sur les étiquettes (vous le comprendrez) seront un peu plus élevés, mais tout de même moins chers que ce qu'on pourrait retrouver chez Saks Fifth Avenue. 
Bref, on pourra trouver chez Saks OFF 5TH autant un chandail Theory à 50 $, qu'un autre de Stella McCartney, à 1300 $. Selon la compagnie, le magasin de Place Ste-Foy contiendrait plus de... 8500 paires de chaussures, et 1500 sacs à main. Avouez que ça fait rêver.
***
Saks OFF 5th, Place Ste-Foy
Un peu d'histoire
L'enseigne de luxe Saks Fifth Avenue, spécialisée dans la vente d'articles haut de gamme de grands designers internationaux, a vu le jour au début du XXe siècle, avec l'association de deux commerçants new-yorkais, Horace Saks et Bernard Gimble, qui ont installé leur premier grand magasin (évidemment) sur la célèbre 5e avenue. L'expansion de l'entreprise a débuté dès 1926, avec l'ouverture d'autres Saks un peu partout aux États-Unis, et la mise sur pied (en 1992) d'une division plus abordable, Clearinghouse, devenue Saks OFF 5TH, en 1995. La Compagnie de La Baie D'Hudson (HBC) a fait l'acquisition de la chaîne new-yorkaise en 2013, pour 2,9 milliards $US. Saks Fifth Avenue compte actuellement 39 magasins aux États-Unis, deux au Canada, cinq autres magasins internationaux dits «sous licence», ainsi qu'une centaine de Saks OFF 5TH en Amérique du Nord.
***
Flash Mode
À l'achat de son mignon lapin en peluche vendu 15,95 $, la Vie en Rose versera 5 $ à la Fondation les Roses de l'Espoir, dédiée à la lutte contre le cancer du sein.
Un lapin pour la cause
Bonne nouvelle, les boutiques la Vie en Rose vous donnent l'occasion de conjuguer «cadeau-de-Pâques-sans-chocolat» et «bonne action». À l'achat de son mignon lapin en peluche vendu 15,95 $, l'entreprise versera 5 $ à la Fondation les Roses de l'Espoir, dédiée à la lutte contre le cancer du sein. Depuis sa création en 2002, la Fondation a remis plus de 1 million $ de dollar pour la recherche sur la maladie, de même qu'à des organismes qui viennent en aide aux femmes qui en sont atteintes.
www.lavieenrose.com et en magasin (liste sur le site)