L'ex-mannequin Victoire Maçon Dauxerre a aujourd'hui 24 ans.

L'impossible beauté, selon Victoire Maçon Dauxerre

On a beaucoup de plaisir, chaque semaine, à vous parler de beauté, de tendances, et de la mode en général. Mais quelquefois, l'aspect glamour de la chose peut cacher un côté plus sombre. C'est ce qu'on s'est dit quand on a reçu le livre racontant l'expérience de l'ex-mannequin Victoire Maçon Dauxerre, Jamais assez maigre, journal d'un top model.
À 17 ans, la jeune fille est «découverte» à Paris, par un «chasseur de têtes» de la prestigieuse agence Elite, qui a notamment déjà compté dans ses rangs Claudia Schiffer et Cindy Crawford. Ce qui a débuté comme un conte de fées pour Victoire s'est vite transformé en cauchemar, la menant tout droit vers de graves problèmes d'anorexie, qui l'ont conduite ultimement (huit mois plus tard) à tenter de mettre fin à ses jours.
«Je sais que ce n'est pas très gai... mais je me rends compte tous les jours que c'est un sujet qui touche énormément de personnes. Et si je peux en aider seulement une, avec ce livre, je suis contente de l'avoir écrit», a expliqué Victoire Maçon Dauxerre au Soleil, alors qu'elle était récemment de passage au Québec.
Dans son livre, l'ex-mannequin Victoire Maçon Dauxerre, aujourd'hui 24 ans, raconte sa descente aux enfers vers un poids inaccessible.
Dans Jamais assez maigre, la femme d'aujourd'hui 24 ans raconte sa descente aux enfers vers un poids inaccessible. À 1 m 78 (5' 8''), Victoire pesait au début de sa (courte) carrière 56 kg (123 lb). Celle qui affirme qu'elle ne souffrait d'aucun trouble alimentaire avant d'être mannequin décide alors (et on le lui fait sentir) qu'elle n'est pas assez maigre, et s'astreint à un «régime» infernal qui se résume à... trois pommes par jour. Elle atteint rapidement 47 kg (103 livres), et sa carrière part en flèche : elle défile à Paris, New York, et Milan, pour les plus grands designers. Mais elle n'est «jamais assez maigre»...
Le livre de Victoire Maçon Dauxerre est sorti en janvier, en France, causant une certaine commotion. Quels échos a-t-elle eus du milieu de la mode, décrit comme un système «inhumain», qui impose des conditions de travail impitoyables à des filles d'à peine 14 ans? «Ç'a été le silence radio», se désole la jeune femme... qui s'attendait tout de même à cette non-réponse.
Aujourd'hui, Victoire milite pour que les agences de mannequins n'emploient que des femmes de 18 ans et plus. «Sinon, on vous repère très jeune, et on vous empêche carrément de vous épanouir dans votre corps de femme», déplore celle qui voudrait également que l'image de femme «androgyne et sans forme», idéalisée par plusieurs designers, disparaisse pour de bon. On le souhaite aussi.
VICTOIRE MAÇON DAUXERRE. Jamais assez maigre, journal d'un top model, Les Éditions de l'Homme, 272 pages, 27,95 $