Le styliste Law Roach travaille depuis près de deux ans à redéfinir la garde-robe de Céline Dion.

Law Roach raconte ses deux ans avec Céline

TORONTO - Faire porter à Céline Dion les vêtements dernier cri des grands designers est l’un des avantages du travail de Law Roach.

Le styliste de Los Angeles a été choisi par la chanteuse québécoise il y a près de deux ans pour l’aider à redéfinir sa garde-robe avec des pièces sorties tout droit des passerelles. Ensemble, ils forment un duo créatif hors pair, présentant des looks qui ont réussi à séduire les élites du monde de la mode.

«Elle renforce toujours mon amour de la mode», a déclaré Law Roach au sujet de son travail avec Céline Dion.

«Lorsqu’on a commencé sa collaboration, il était évident qu’elle voulait quelque chose de neuf, quelque chose tout simplement d’avant-garde.»

Ce qui s’est produit est toutefois allé au-delà de leurs plus grands rêves.

Céline Dion a volé la vedette aux Billboard Music Awards 2017 en jumelant une magnifique interprétation de My Heart Will Go On à une robe blanche tout aussi épatante signée Stéphane Rolland. Elle a aussi séduit les observateurs avec ses amalgames de marques luxueuses dans les rues de Paris.

«Croyez-moi, c’est Céline», affirme Law Roach, qui se décrit comme un «architecte de l’image».

«Ç’a toujours été Céline. Je ne crois tout simplement pas que le monde avait eu l’occasion de la voir de cette façon auparavant.»

Law Roach, qui compte parmi ses célèbres clients la chanteuse Demi Lovato et l’actrice Zendaya Coleman, a discuté avec La Presse canadienne de son travail auprès de la diva québécoise.

Cinq questions à Law Roach

Vous avez rencontré Céline aux Billboard Music Awards en 2016, mais elle connaissait déjà votre travail grâce à d’autres célébrités aperçues sur les tapis rouges. Lorsque vous l’avez rencontrée, avez-vous immédiatement commencé à partager vos idées?

Nous avons eu une conversation très brève sur la mode [...] et sur ce qu’elle recherchait. J’ai plaidé ma cause, si je peux dire, et je lui ai dit que, bien sûr, je savais exactement qui elle était et je savais quelles marques elle aimait porter. J’ai parlé de certains de mes moments favoris, du fait que je la trouvais parfois à l’avant-garde et que les gens ne comprenaient pas toujours cela. Quelques jours plus tard, j’ai reçu l’offre d’aller la voir à Paris.

Vous avez donc été embauché par l’une des plus grandes vedettes de la musique au monde. De quoi a eu l’air votre première séance en tête à tête?

Nous avons été ensemble pendant environ cinq heures et nous avons littéralement ri, blagué et joué dans les vêtements pendant tout ce temps. C’était extraordinaire. Quand vous entrez dans une situation intime avec cette personne... j’avais peur. Je ne savais pas à quoi m’attendre et de quelle façon elle me traiterait. Lorsque je suis arrivée, elle était si gentille et tangible, elle était honnête et, parfois, vulnérable. Elle est vraiment sans peur lorsqu’il est question de mode. Il n’y a rien que j’apporte à Céline et qui la fera dire seulement «non». Elle voudra toujours l’essayer et savoir pourquoi je lui ai apporté (ce vêtement), puis nous collaborons sur les looks.

Q Comment vous préparez-vous pour une journée d’essayages? Lorsque vous l’habillez pendant plusieurs semaines - comme vous l’avez fait à Paris l’été dernier -, ce doit être un projet majeur...

R Mon équipe et moi commençons à nous préparer quelques semaines avant de nous rendre sur place. Nous magasinons, nous demandons des choses aux designers et nous discutons avec eux de la possibilité de faire quelque chose sur mesure. [Les essayages] peuvent durer toute la soirée parce qu’elle adore ça. Parfois, avec certaines personnes, c’est une corvée, un essayage est une autre chose à inclure dans leur journée. Mais pour Céline, c’est un moment pour oublier le monde et entrer dans cette fantaisie.

Q Vous arrive-t-il de voir un vêtement en magasin et de vous dire : «Oh, c’est tout à fait Céline!»?

R Absolument. C’est vrai pour tout. Il peut s’agir d’un manteau de cuir cool ou d’une robe haute couture. Ce peut être une chaussure, une espadrille ou un t-shirt. Il n’y a rien qu’elle n’aime pas ou qu’elle ne portera pas. Je peux être n’importe où, en tout temps, et me dire: «Oh, Céline adorerait ça.»

Q Plusieurs des meilleurs choix vestimentaires de Céline Dion à la Semaine de la mode ont été photographiés alors qu’elle sortait de son hôtel, à Paris. Avec les paparazzis qui observent ses styles attentivement, croyez-vous que la sortie de l’hôtel est sa façon la plus récente de présenter un nouveau look?

R Le Royal Monceau, à Paris, est légendaire, c’est sa passerelle. C’est drôle parce que j’ai rencontré de nouveaux amis quand j’étais à Londres et ils m’ont dit: «Nous séjournons à l’hôtel de Céline.» Cet hôtel est devenu synonyme de Céline.