La mode qui a la planète à cœur

Selon le New York Times, 60 % des vêtements produits se retrouvent dans les incinérateurs ou les sites d’enfouissement moins d’un an après leur production. La mode ne s’arrête jamais. Ces dernières années, elle a même accéléré sa cadence en proposant des nouveautés en continu chez certains détaillants. Le grand perdant : l’environnement. Le futur de la mode est donc sa durabilité et sa conscience. Petit tour d’horizon pour 2020 des créateurs qui tentent de faire une différence.

LES GRANDS DESIGNERS

Vivienne Westwood
La prêtresse du look punk des années 70 a fait de la conscientisation son cheval de bataille. Sa marque invite à la qualité en opposition à la quantité. Inspirée des traditions de coupes anglaises de Savile Row et de matériaux provenant d’artisans locaux, la marque de Vivienne Westwood est aujourd’hui engagée à faire de la mode selon des standards visant à sauver la planète.

Collection printemps 2020 de la designer Vivienne Westwood

Stella McCartney
Le positionnement écologique de cette marque est un des plus connus. Depuis les débuts de la carrière de cette créatrice issue de la royauté rock and roll (son père est Paul McCartney), elle n’utilise ni cuir ni fourrure, seulement des alternatives synthétiques ou végétales. Initiée au régime végétarien par sa mère (Linda Eastman, photographe, chanteuse et musicienne), Stella McCartney a fait de la conscience écologique une des grandes lignes de ses inspirations, devenant une chef de file de la mode de luxe écologique, et ce, sans pour autant délaisser le style et l’opulence.

Robe de la collection printemps 2020 de Stella McCartney

LES AVANTS-GARDISTES

Marine Serre
Nouveau visage figurant dans les éditoriaux des plus grands magazines, cette créatrice française explore le surcyclage dans une esthétique à la fine pointe des tendances. Celle qui a fait ses classes chez les plus grands comme Alexander McQueen, Dior, Margiela et Balenciaga, propose maintenant ses collections. Elle y mélange habilement les inspirations sportives, notamment avec ses combinaisons moulantes et des tenues faites à partir de tissus de différentes provenances qu’elle bonifie en un produit mode exclusif.

La designer Marine Serre mélange les influences sport avec ses combinaisons moulantes et utilise le surcyclage comme cette robe faite à partir de literie.

Batsheva
Cette marque new-yorkaise fondée en 2016 reprend les codes d’une mode d’autrefois et les remanie au goût actuel et ce, à partir de restes de tissus trouvés en ligne. Les inspirations sont très typées : des manches bouffantes victoriennes, des collets montants aux jupes de style prairie, la designer Batsheva Hay propose une toute nouvelle interprétation de la robe féminine et ce, en quantité limitée, surcyclage oblige.

Batsheva Hay propose une collection de robes inspirées et faites à partir de balance de lots
de tissus achetés en ligne.

LES MARQUES QUE NOUS PORTONS AU QUOTIDIEN

Re/Done et sa collaboration avec Levi’s
Le jean, un favori incontesté de tous est également un des vêtements les plus polluants. Nous devons donc saluer les initiatives de la marque Levi’s qui s’attaque au problème de production qui demande beaucoup d’eau. Le fabricant a donc créé des procédés baptisés «Water Less» qui utilisent jusqu’à 96 % moins d’eau dans les étapes de finition des denims. Histoire d’aller plus loin, une collaboration avec la marque californienne Re/Done propose des jeans taillés au goût du jour fait à partir de vieux Levi’s, pour avoir la coupe actuelle avec le fini tant apprécié d’un jeans déjà porté.

La marque californienne Re/Done propose des jeans Levi’s anciens refaits avec des coupes actuelles.

Patagonia
Depuis plus de 40 ans, la compagnie californienne fondée par Yvon Chouinard s’affaire à proposer des designs simples, réparables et réutilisables. Au fil du temps, ce souci de proposer un bon produit qui s’adresse aux amateurs de plein air a su rejoindre beaucoup de gens de tous les horizons. Pleinement consciente de l’impact que la marque peut avoir sur la société, Patagonia s’efforce de véhiculer le changement. Ses pratiques de productions éthiques s’ajoutent à une philosophie philanthrope. La compagnie invite aussi les gens à réparer leurs vêtements au lieu de les jeter en offrant un service de réparations. Leur atelier au Nevada emploie 15 personnes et selon les chiffres de Patagonia, l’an dernier 40 000 réparations auraient été effectuées.

La marque Patagonia invite les gens à réparer leurs vêtements au lieu de les jeter, en offrant un service de réparations.