Des passerelles à la réalité

Février était le mois des semaines de mode. New York, Londres, Milan et Paris se sont succédé pour présenter les tendances de l’hiver prochain. Cette année, on remarque la résurgence des volumes. On choisira les plis, les longueurs, les drapés pour jouer avec cette allure moderne qui s’amuse avec les proportions.

Parcourant le monde depuis 32 ans pour acheter le prêt-à-porter haut de gamme qu’elle propose dans sa boutique de Place Sainte-Foy, Josée Cheïkha nous parle de cette tendance comme une nouvelle façon de voir la mode. En Europe, où elle assiste à de nombreux défilés, elle observe l’émergence de ce courant depuis trois ans. Elle le voit sur les passerelles et également dans les styles de rue des Européennes. Sans hésiter, elle avance que cet automne les volumes seront encore plus présents. «C’est un beau look! Entre un skinny qui colle à la peau et un pantalon large, pour l’été, le second est plus confortable». 

Sur la passerelle: Collection hiver
 de Dolce et Gabbana
En réalité: Collection Peserico en vente chez Cheïkha 

Le succès de cette allure réside dans le bon ajustement du vêtement. «Souvent, il faut faire des retouches pour avoir la bonne longueur, c’est une question d’équilibre du physique» nous précise Mme Cheïkha. L’an dernier, elle a présenté le style pantalon large à sa clientèle. Cette saison, la jupe-culotte, le gaucho et le pantalon large à plis sont en vedette. Il n’est plus nécessaire de porter le talon haut pour ce genre de coupes, estime-t-elle. Une chaussure sport comme les «baskets» blancs deviennent pour Josée Cheïkha un incontournable de la saison. On invite à l’audace, à sortir de sa zone de sécurité.

Sur la passerelle: Collection hiver 2020 de Versace par Donatella Versace
En réalité: Collection Rianni chez Cheïkha

Pour la styliste Mademoizelle Fizz l’important pour bien porter cette tendance est l’équilibre entre les proportions du corps et ce nouveau volume. Spécialiste dans la création de garde-robes à domicile et d’accompagnements pour le magasinage, sa mission première est de créer une proposition en respect des goûts et de la morphologie de la cliente. «À la base, les tendances sont des lignes directrices, s’il y a des choses qui nous collent moins à la peau, ce n’est jamais une obligation». 

Elle explique que selon notre morphologie, cette tendance peut s’avérer très flatteuse. Mademoizelle Fizz cite en exemple les silhouettes en forme de «A» qui peuvent équilibrer leur silhouette grâce à des hauts tout en volume. Pour ce faire, elle propose les manches amples et bouffantes, ou également du genre «princesse», qu’elle trouve très intéressant. «On voit beaucoup de robes courtes avec ces manches, qui dégagent la jambe pour allonger la silhouette. Les chemisiers dans ce style sont vraiment agréables. Toutes textures confondues, ils sont faciles à porter. De teintes neutres ou éclatées, ils nous permettent d’exploiter la tendance.» La styliste indique qu’on l’agence avec la jupe, le pantalon et même un denim pour un effet stylisé sans se sentir déguisée. 

Sur la passerelle: Collection Automne/Hiver 2020 de Victoria Beckham
En réalité: Chemise en dentelle anglaise avec coupe ample et volume au bas des manches. Collection Marc Cain chez Cheïkha

Cette allure au goût du jour se complète avec une chaussure appropriée. Moni Amuli, gérante de la boutique L’Intervalle, mentionne pour sa part que les modèles actuels se marient très bien aux coupes amples. Les empeignes ont une allure simple et classique. L’aspect spectaculaire de la chaussure se retrouve au talon qui lui est détaillé. De plus, on le porte à toutes les hauteurs. Pour le printemps, cette griffe québécoise proposera en vedette le bottillon et la mule, en versions colorées aux teintes d’été. 

› Cheïkha : place Sainte-Foy
› L’Intervalle : place Sainte-Foy
› Mademoiselle Fizz styliste : sur Facebook, Mademoizelle Fizz stylisme