Cache-couche manches courtes pour préma-ours, 32,99 $

Coco Plume: ligne confort pour bébés prématurés

Coco est en fait Coralie, née à 27 semaines et 5 jours. Elle ne pesait qu’une plume ou presque, à 970 grammes ou 2,13 livres. Depuis ce jour, sa maman designer de mode rêvait de lancer une ligne de vêtements pour bébés prématurés. Cinq ans plus tard, c’est chose faite!

Le 29 septembre, jour d’anniversaire de sa fille «qui va super bien», Andrée-Anne DesRosiers a lancé Coco Plume. Pour le moment, la ligne imaginée et conçue à Québec compte des cache-couche à manches longues et courtes, mais la gamme s’élargira à des sorties de bain, des tuques, des pantalons, des pyjamas.

Ses besoins pour habiller sa fille à l’époque et ses recherches un peu plus tard lui ont démontré que ces mini vêtements sont rares et marginaux. Il y a bien quelques modèles plus petits sur le marché, mais ils ne sont pas adaptés à la réalité de l’hôpital en néonatalogie, a constaté la designer. «Les ouvertures ne sont pas bien faites», dit-elle en faisant référence à tout le filage qui entoure ces petits êtres : appareils pour respirer, tubes, capteurs, saturateur...

Félix, en cache-couche manches courtes pour préma-guerriers, 32,99 $

À partir de son expérience de 82 jours passés dans cet univers, elle a conçu des vêtements spécialisés en coton biologique pour plus de pureté, de confort et de douceur. Les coutures sont à l’extérieur pour ne pas irriter la petite peau si fragile des prématurés, qu’elle compare à du papier de soie.

Coton bio, ouvertures faciles, coutures extérieures... Andrée-Anne DesRosiers a pensé à plusieurs détails.

L’encre des tissus est non toxique. Elle a choisi des motifs d’ours, de chevaliers, de superhéroïnes. «Les prématurés sont appelés les petits combattants, les petits guerriers. J’ai voulu aller dans l’image positive», explique-t-elle.

Un jour où sa fille allait moins bien, le personnel hospitalier a dû la déshabiller pour prendre une radiographie. Les boutons pression en métal étaient incompatibles avec les rayons X. «J’ai pris une note dans ma tête.» Les vêtements Coco Plume se ferment donc avec des boutons pression en plastique. En cas d’intervention, le cache-couche peut être ouvert sans être enlevé totalement.

Charlie, née à 24 semaines et ici à 37 semaines, en cache-couche manches courtes pour préma-fleurs, 
 32,99 $

Les ouvertures faciles aux manches et à l’avant limitent les manipulations et permettent de refermer simplement le cache-couche pour garder la chaleur après un contact peau à peau avec le parent.

Conçus pour les bébés nés de 24 à 37 semaines (plutôt que 40 semaines normalement), les cache-couche sont ajustables à la fourche pour permettre de suivre la croissance. «Ils sont impressionnants, ils grandissent vite!»

Cache-couche manches longues pour préma-superhéros,
35,99 $

La designer, qui a déjà travaillé pour Orage, Souris Mini et Nanö, souhaite aussi agrandir sa gamme pour les bébés plus âgés, qui restent hospitalisés et branchés.

Partager son expérience

Andrée-Anne DesRosiers aimerait déposer les commandes en ligne une fois par semaine directement au Centre mère-enfant. Elle se rappelle que durant cette période stressante et intense d’hospitalisation, il n’y a aucun temps pour le magasinage. «J’avais réussi à trouver des vêtements usagés d’une maman qui avait eu des jumeaux prématurés. Elle était venue me les porter à l’hôpital et j’étais tellement reconnaissante.» La designer a contacté le CHUL à Québec et le CHU Sainte-Justine à Montréal pour une éventuelle collaboration.

«À travers Coco Plume, je veux aussi aider et partager mon expérience.» La famille d’un des petits mannequins-ambassadeurs de la ligne a même rencontré Coralie, qui n’a jamais eu de séquelles et qui a fait son entrée à la maternelle cette année. «Ça fait du bien, ça donne de l’espoir.»

La collection Coco Plume s’ajoute aux autres produits créés par Andrée-Anne DesRosiers (tipis, peluches, tapis de jeu, coussins, ciels de lit) pour sa compagnie Babilles & Babioles.