La montre de modèle August, avec ses deux cadrans dans un boitier de 41mm. 350$

Au cœur du temps avec Maison Inland

Inland en français, c’est l’intérieur des terres. «Pour nous c’est à l’intérieur de la communauté, de ta famille. Ton “chez-toi” en un sens plus large». Inland c’est également «l’importance que tu sois bien chez vous. Bien dans ce que tu fais. Que tu apprécies le monde que tu côtoies. On veut amener le monde à être plus heureux et conscient de ce qu’ils vivent et ce qu’ils peuvent faire dans la vie.»

Marie-Laurence Paradis et Simon Falardeau se sont rencontrés lors de leurs études collégiales. Comptable de formation, Marie-Laurence a une passion pour la création. Simon, lui, est designer industriel. Leur histoire d’amour s’accompagne d’un rêve commun: une entreprise qui proposerait des produits durables, de grande qualité et qui refléteraient leur philosophie de vie et de consommation. Ils nous invitent à acheter «quelque chose de bon une fois» à «prendre le temps de faire les choses comme du monde».

Pendant un long moment, ce couple a gardé secret son projet. Son idée première était de créer une collection de montres à l’image de celles qu’ils aimeraient porter, mais qu’ils étaient incapables de trouver sur le marché. Cet exercice de recherche et de conception a duré deux ans pour finalement aboutir à la naissance d’une entreprise l’an dernier, Maison Inland. «On ne l’a dit à personne. On a gardé ça secret pendant tout le développement du produit jusqu’à ce qu’on ait nos échantillons finaux», relate Marie-Laurence Paradis.

Maison Inland est né du désir de faire l’introuvable montre idéale. Marie-Laurence Paradis et Simon Falardeau, le couple fondateur, propose trois modèles.

Aujourd’hui, Maison Inland a fait de Québec son pied-à-terre et propose ses trois premiers modèles de montres. Cette jeune entreprise a toutefois l’intention d’inviter le monde entier à prendre son temps. À l’heure actuelle, les marchés de l’Asie, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis ont également la possibilité de se mettre au temps Inland. Au Canada, en plus du site transactionnel, on retrouve depuis peu la collection dans les magasins Simons. Quatre modèles pré-assortis pour hommes et six pour femmes y sont disponibles.


« Maison Inland est une maison qui va concevoir des trucs, une référence en produit de qualité intemporel »
Simon Falardeau, cofondateur

«Maison Inland est une maison qui va concevoir des trucs, une référence en produit de qualité intemporel», affirme Simon Falardeau. «On cherche toujours des choses que l’on ne trouve pas, on finit toujours par les faire nous autres même.»

Ce désir de faire l’introuvable montre idéale a conduit Marie-Laurence et Simon en Chine et par la suite en Suisse pour trouver les meilleurs fournisseurs pour la réalisation de leur pièces d’horlogerie.

Trois modèles sont actuellement disponibles à la Maison Inland.

Les trois premiers modèles de Maison Inland, la August, la June et la June petite, ont «tout ce qu’on pense que les montres ont, mais qui finalement n’ont pas nécessairement», précisent les concepteurs. On parle de matériaux assurant la durabilité comme l’acier inoxydable et du verre anti égratignures. Le mouvement porte la norme suisse et le boîtier est résistant à une profondeur de 100 mètres sous l’eau. Une sélection à faire au choix du client de deux bracelets lors de l’achat. Ceux-ci sont faits en Italie avec du cuir véritable tanné avec des teintures végétales.

Bien que seulement trois modèles soient offerts pour le moment, plusieurs agencements sont possibles. Deux types de bracelets sont proposés, le «classic» en cuir deux épaisseurs cousues et repliées offertes en sept teintes et le «belt» un bracelet en une pièce disponible en cinq couleurs. De plus, le cadran est décliné en 10 versions différentes. Inland n’a pas de modèle féminin ou masculin, chacun personnalise sa pièce selon ses goûts.

La montre de modèle June petite, avec son boîtier de 34mm, 300 $

Ces modèles de montres et ceux à venir seront toujours disponibles chez Maison Inland. En ce sens, elles se veulent intemporelles. Cette permanence de l’offre fait partie de la philosophie de la marque.

«On ne veut pas entrer dans le mode collection et de constamment se renouveler. On sait que c’est un produit de luxe. Il est important que la personne se reconnaisse dans le produit en le «customisant» avec les bracelets qu’elle a choisis ou encore les autres bracelets que nous allons proposer». «Tous les modèles, on les gardes en stock à vie. Notre but: si dans six ans tu te fais voler tes valises, tu perds ta montre, tu peux racheter exactement la même. Si tu as des sentiments pour ta montre elle est encore disponible, au lieu de perdre et de te dire c’est fini» explique Simon Falardeau.

Info: maisoninland.ca

*****

Maison Inland prendra part au Marché de Noël de la Fabrique 1840 de Simons, le 30 novembre et le 1er décembre 2019 à l’Auberge Saint-Antoine, à Québec.

Une œuvre du grand-père de Simon, Paul H. Falardeau, a servi d’inspiration pour les manchons de boîtes.