Les flâneurs Verona, 180 $

Maguire Boutique: passion chaussure

Adolescente, quand ses amies voulaient être designers de mode, Myriam Maguire rêvait de créer des chaussures. Un secteur de niche qui l’a fait quitter Charny à 19 ans, et voyager partout dans le monde. Aujourd’hui, elle possède sa propre boutique à Montréal et sera bientôt à Québec pour faire connaître ses produits.

Du 22 novembre au 2 décembre, Maguire Boutique aura une antenne pop-up au 557, rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Roch. On y trouvera la toute nouvelle collection, puis quelques classiques de la marque née il y a un an et demi. Des chaussures, des espadrilles, des mules, des bottes et quelques accessoires, comme des sacs et des portes-monnaie, pour hommes et femmes.

La botte Mirano de la nouvelle collection, 230 $
Le sneaker pour hommes Amalfi marine, 225 $

«Il y a un an, on avait seulement deux produits, un sneaker et un sac», souligne Myriam Maguire, qui a monté l’entreprise avec sa sœur cadette, Romy, formée en communication et en marketing. Les jeunes femmes de 33 ans et 31 ans ont réinvesti le fruit de leurs ventes pour élargir la gamme.

La designer Myriam Maguire (à droite) a cofondé sa compagnie avec sa sœur cadette, Romy (à gauche).

Myriam a travaillé 10 ans dans l’industrie avant de lancer sa propre ligne. Après des études en design industriel à Montréal et un programme d’un an dans la chaussure à Londres, elle a fait ses armes comme designer chez Aldo, chez Pajar, et dans un centre de recherche en design affilié à United Colors of Benetton, près de Venise. «Ça m’a permis d’apprendre l’italien!»

Pendant ces années passées à étudier le marché, elle voyait des chaussures de 150 $ et moins, à la qualité douteuse, ou des chaussures à 500 $ et plus. «Il n’y avait rien que j’aimais dans mon budget entre 150 $ et 250 $.»

Autre constat, les magasins de chaussures regorgent de centaines de modèles qui se ressemblent, ce qui multiplie inutilement les besoins. Elle a donc commencé à dessiner «moins de chaussures, mais les bonnes». Celles qu’on porte chaque jour, sans avoir mal aux pieds. Celles qu’on garde longtemps. «Notre stratégie était de faire moins de produits, mais les essentiels par saison», résume la créatrice.

La botte Rivoli marine pour femmes, 230 $

Elle s’est mise à la recherche de manufactures qui acceptaient de produire en petites quantités, soit 30 à 40 paires par couleur. Un concept à plus petite échelle qui lui permet de «prendre des risques, d’oser des couleurs».

À ce jour, elle travaille avec une usine en Éthiopie, qui est aussi une tannerie, ce qui limite le transport. «Tous les cuirs sont récoltés dans les villages voisins. Les petits éleveurs mangent la viande pendant les fêtes religieuses et conservent les peaux. Un broker se promène, les ramasse et la tannerie lui achète au poids», indique la designer qui vante la qualité de ce cuir, une fois transformé.

Myriam travaille aussi avec des usines en Italie, à Vérone, à Florence et à Naples. Elle brasse ses affaires en parlant italien, sans interprète. Toutes ces démarches personnelles et directes, sans intermédiaire, sont faites dans un but : «Ça me permet d’offrir des produits haut de gamme à un prix plus juste».

Les coûts des accessoires, des chaussures et des bottes signés Maguire oscillent entre 65 $ et 345 $. Et vous aurez droit à la plus grande transparence, soit le détail des frais de manufacture, de transports aériens, d’emballage, de douanes et d’opération.

La botte d'hiver Rachel duo noir (cuir et suède), 345 $

Les ventes se font en ligne et à la boutique de la rue Saint-Laurent, à Montréal, qui sert aussi de point de services pour les retours, ou pour permettre aux gens de toucher, d’essayer. «Les pieds ont toutes sortes de particularités», souligne Myriam.

L’entreprise en sera à sa deuxiè­me boutique éphémère dans la capitale en novembre. Les sœurs Maguire retourneront aussi à Toronto en décembre pour «voir le potentiel». «On se promène avant d’ouvrir une autre boutique permanente.»

Un aperçu de la nouvelle collection, qui sera présentée à Québec