Un aperçu de ce que les gens pourront déguster à la Cabane de L’Affaire.

Ma cabane en ville!

Pas besoin d’attendre au printemps pour se sucrer le bec avec du sirop et autres produits de l’érable, mais il n’en demeure pas moins que le «temps des sucres» est une tradition bien ancrée chez nous. L’équipe du restaurant L’Affaire est ketchup profite de cette période pour proposer un repas de circonstances à la Cabane de L’Affaire, ancrée dans le magnifique décor du parc du Bois-de-Coulonge.

Durant trois fins de semaines, les 14-15, 21-22 et 28-29 avril, le chef de l’Affaire est ketchup et ses acolytes proposent un menu de «cabane à sucre» revisité. «C’est la quatrième année qu’on fait ça [en 2018]. Notre menu change à chaque année, mais les hits des années précédentes reviennent d’une façon ou d’une autre», indique Marc-André Chénard.

Mieux vaut être en appétit, car le menu proposé est on ne peut plus costaud — digne de la traditionnelle cabane à sucre, quoi! Il comprend des charcuteries — creton, jambon blanc, œufs en gelés, rillettes de porc et ses accompagnements —, une omelette à la morue salée et langues de porcelet en vinaigrette, un plat de flanc de porc et rognons, des crêpes et des oeufs dans le sirop d’érable, des fèves au lard en croûte… sans oublier le dessert : un pouding chômeur à l’érable. «Le pouding chômeur, c’est un dessert très populaire qui est servi à Patente et machin [autre restaurant appartenant aux mêmes propriétaires que L’Affaire est ketchup], mais c’est la première fois qu’on va le servir à la Cabane. On met quatre litres de sirop d’érable dedans!» révèle le chef Chénard, qui ne lésine pas sur la quantité.

«Le sirop d’érable, j’en utilise sporadiquement dans des mets au resto, surtout dans des sauces ou des desserts… Ça peut arriver que ça nous inspire pour des mets pour la Cabane, et vice versa.»

Site enchanteur

La Cabane de L’Affaire peut accueillir une bonne vingtaine de personnes par service, trois fois par jour (11h, 14h ou 18h). Les convives prennent place dans l’ancienne maison du fermier, au parc du Bois-de-Coulonge. Ce site enchanteur, bien caché au coeur de la ville (dans Sillery), est un endroit que Marc-André Chénard a découvert dès son arrivée à Québec «il y a à peu près 13 ans». «Moi et les proprios de L’Affaire, on allait souvent se promener dans ce bois-là. Il y a beaucoup de gens de Québec qui ne le connaissent même pas!» s’étonne encore le chef.

La Cabane de L’Affaire, ancrée dans le magnifique parc du Bois-de-Coulonge.

«On a eu l’idée de proposer ce projet de cabane, et ça a été accepté» par la Commission de la capitale nationale du Québec. Ensuite, c’est surtout le bouche à oreille qui a fait son oeuvre. Les places s’envolent généralement assez vite, surtout pour les services de 11h et 18h. «C’est sûr que pour deux personnes, on essaie de trouver de la place, mais pour des groupes on conseille vraiment de s’y prendre d’avance», signale M. Chénard. L’équipe de L’Affaire est ketchup propose aussi une Cabane des Fêtes et une Cabane des pommes au même endroit, mais celle des sucres demeure la plus prisée. «La cabane à sucre, c’est vraiment dans nos traditions et les gens sont attachés à ça!»

Vous voulez y aller?

Quoi : la Cabane de L’Affaire

Quand : 14, 15, 21, 22, 28, 29 avril, à 11h, 14h ou 18h

Où : parc du Bois-de-Coulonge, entrée au 1215 Grande Allée Ouest

Prix : 35 $ par adulte, 20 $ pour les enfants de 6 à 12 ans

Réservation : 418 529-9020

Info : goo.gl/MfqouM

***

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

Les trois fins de semaine précédant la Cabane de L’Affaire, le parc du Bois-de-Coulonge accueillera pour un 15e printemps sa traditionnelle cabane à sucre familiale, qui propose bien sûr de la tire sur la neige, mais aussi des jeux gonflables, du maquillage et des promenades en carriole.

Les visiteurs sont attendus à la maison du fermier, mais la petite cabane à sucre du parc, érigée au début du siècle dernier, revivra pour expliquer aux curieux comment faire du sirop et de la tire avec la sève provenant des érables. «À l’époque, il y avait plus de 1800 entailles! Aujourd’hui, on a l’autorisation de faire une soixantaine d’entailles, c’est juste assez pour faire bouillir [la sève]. C’est notre volet “découverte de l’érable”», explique Léandre Cloutier, organisateur de l’événement depuis ses débuts. 

Quelque 35 bénévoles par jour sont à pied d’œuvre pour accueillir «de 10 000 à 12 000 visiteurs» pendant la saison des sucres — soit le grand public les fins de semaine des 24-25 mars, 31 mars-1er avril et 7-8 avril, en plus de groupes scolaires en semaine. «En 14 ans, on a accueilli plus de 125 000 personnes», estime M. Cloutier, qui a eu l’idée d’organiser cette activité pour amasser des fonds pour la fondation de l’école Saint-Michel, dans Sillery, que ses enfants fréquentaient. 

Même si ces derniers sont bien grands maintenant, le père de famille tient le fort et espère cette année atteindre le cap des 400 000 $ amassés pour la fondation, qui finance des projets encourageant la réussite éducative des élèves et permet d’équiper le secteur de l’autisme de matériel spécialisé.

Une belle raison pour aller se sucrer le bec! 

Prix pour la dégustation de tire d’érable : 6 $ par personne ou 20 $ par famille (2 adultes et 2 enfants), 4 $ par enfant additionnel. Pour info: goo.gl/BvEjnE

Les trois fins de semaine précédant la Cabane de L’Affaire, le parc du Bois-de-Coulonge accueillera sa traditionnelle cabane à sucre familiale, qui propose bien sûr de la tire sur la neige, mais aussi des promenades en carriole.

***

TRADITION MODERNISÉE À LA CABANE URBAINE

Pour une troisième année, la Cabane urbaine s’amène en ville! Après s’être installée au domaine Maizerets en 2016, puis au Yacht Club en 2017, c’est au tour du Centre de foires d’ExpoCité d’accueillir cette cabane en ville, qui se targue d’offrir un menu traditionnel «hors de l’ordinaire». 

On y mange quoi? Soupe aux pois traditionnelle et effiloché de porc, mijoté de gibier en croûte, œufs pochés dans le sirop d’érable et oreilles de crisse, fèves au lard, salade érable et chèvre, torsade de bacon glacé et son mac & cheese gratiné, et un bar à dessert qui comprend entre autres l’incontournable tarte au sucre à l’ancienne. À noter qu’une option végétarienne et sans gluten est disponible sur réservation. 

Aussi sur place : animation, chansonnier, jeux pour les enfants et «boutique des sucres» offrant des produits québécois. Les samedis et dimanches, du 18 mars au 8 avril (service à 10h30 ou 13h30). Prix : 29,75 $ adulte, 13,75 $ enfant (3 à 12 ans). Pour info: cabaneurbaine.com  

Œufs au sirop d’érable et oreilles de crisse à la cabane urbaine
Tarte au sucre à l’ancienne