Kate Moss, à gauche, et Kendall Jenner assistent au spectacle de Longchamp pendant la Fashion Week du samedi 8 septembre 2018 à New York.

Longchamp fête ses 70 ans avec un défilé à la Fashion Week de New York

NEW YORK - Les marques de luxe aiment fêter en beauté leurs anniversaires: après Ralph Lauren qui célébrait son cinquantenaire vendredi, la maison française Longchamp s'est offert pour ses 70 ans un défilé inédit à la Fashion Week, témoin de ses ambitions dans le prêt-à-porter et aux Etats-Unis.

Kate Moss, qui fut ambassadrice de ce grand nom du luxe français pendant huit ans, et Kendall Jenner, nouvelle égérie de la marque, étaient au premier rang de ce défilé inédit pour cette entreprise familiale, qui se limitait jusqu'ici à organiser des défilés pour son propre réseau.

Sophie Delafontaine, directrice artistique de Longchamp Paris, sur la passerelle après le défilé de la collection printemps 2019 de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

La directrice artistique, Sophie Delafontaine, petite-fille du fondateur, entendait allier "esprit californien et sens de l'élégance parisienne": s'appuyant sur le coeur de métier de maroquinerie de la marque, 40 mannequins - parmi lesquelles la très demandée Kaia Gerber, 17 ans - déclinaient cuir et daim, égayés de franges omniprésentes, dans des coupes très fines et épurées, jusqu'aux sandales-bottes nouées sous le genou.

Kaia Gerber, fille du mannequin Cindy Crawford, défile lors de la présentation de la collection printemps-été 2019 de Longchamp à la Fashion Week à New York, le samedi 8 septembre 2018.

Ce premier défilé, depuis le 68e étage d'un des nouveaux gratte-ciel du World Trade Center, témoigne de l'évolution en douceur de cette maison.

Le défilé de la collection printemps-été 2019 de Longchamp lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

Longchamp, qui s'est rendu célèbre avec son sac Pliage en nylon lancé dans les années 1970, n'a commencé à s'intéresser aux femmes qu'à partir des années 1980, et au prêt-à-porter et aux chaussures il y a 10 ans seulement, rappelle son directeur général Jean Cassegrain, petit-fils du fondateur.

La collection printemps-été 2019 de Longchamp lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

"Il a fallu mettre en place une chaîne de fournisseurs (...) élargir les magasins... On est une maison familiale, indépendante, on l'a fait à notre rythme. (...) Il ne nous manquait plus que le défilé."

New York a été choisi pour mettre en avant "le côté cosmopolite de la marque", qui grandit à l'international même si la majeure partie de ses ventes et de ses 1.500 points de vente sont encore en Europe, explique M. Cassegrain.

La collection printemps-été 2019 de Longchamp lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

Témoin de la volonté de Longchamp de se renforcer aux Etats-Unis, l'entreprise a ouvert en mai une boutique sur la prestigieuse 5e Avenue, et une seconde doit ouvrir fin septembre à Los Angeles.

La collection printemps-été 2019 de Longchamp lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

Si la non-maroquinerie représente toujours moins de 10% d'un chiffre d'affaires annuel d'environ 550 millions d'euros, M. Cassegrain n'affiche aucun doute pour autant: "il y a 25 ans, la mode et la maroquinerie étaient des secteurs séparés. Aujourd'hui c'est la même chose (...) Le sac est maintenant un objet de mode, et la marque doit aussi être une marque de mode."

La collection printemps-été 2019 de Longchamp lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

"Votez Cynthia Nixon"

Autre défilé très couru samedi: celui de Christian Siriano, chouchou d'Hollywood, qui s'est imposé ces dernières saisons comme un ardent partisan de la diversité, en faisant défiler des mannequins grandes tailles - dont la vedette Ashley Graham - ou transgenres.

Les stars comme les actrices Whoopi Goldberg ou Carmen Electra étaient au rendez-vous samedi, pour un foisonnant défilé jonglant imprimés fleuris style Hawaï, robes de bal, ou tenues masculines en léopard transparent, dans un festival de volants et de couleurs, du rose pâle au noir en passant par le vert fluo.

Cynthia Nixon, à gauche, et Whoopi Goldberg assistent au défilé Christian Siriano à Gotham Hall lors de la Fashion Week de New York, le samedi 8 septembre 2018.

Avec, comme souvent avec Siriano, un message politique: les invités ont tous reçu un tract appelant à voter pour Cynthia Nixon, l'actrice très à gauche qui espère détrôner le puissant gouverneur démocrate Andrew Cuomo lors d'une primaire le 13 septembre. La star de la série "Sex and the City", assise au premier rang, était tout sourires pour les caméras.

Un modèle sur la passerelle lors du défilé Chjristian Siriano printemps-été 2019 au Gotham Hall le 8 septembre 2018 à New York.

Black power et innovation à Brooklyn

Les défilés de la Fashion Week à Brooklyn restent rares, mais sont souvent l'occasion de voir des défilés plus innovants.

Depuis un lieu-mémoire des premières communautés noires libres du XIXe siècle, le designer Kerby Jean-Raymond, qui a lancé en 2013 la maison Pyer Moss, a envoyé un message au goût de "black power", avec des mannequins, un orchestre et un choeur exclusivement noirs.

Un modèle défile avec une création de la maison Pyer Moss de la collection printemps-été 2019 au Weeksville Heritage Center le 8 septembre 2018 à Brooklyn, New York.

"Je veux montrer que le noir peut être beau sans être toujours dramatisé, tragique, comme pour le divertissement. Il peut exister avec pour unique raison d'être nous-mêmes", a expliqué Jean-Raymond.

Les créateurs Mike Eckhaus et Zoe Latta, de la maison Eckhaus Latta, ont eux montré à Williamsburg leur goût pour l'expérimentation.

Les deux partenaires, actuellement à l'honneur au Whitney Museum, revendiquent le droit d'expérimenter, notamment cette saison avec beaucoup de pièces en papier mâché.

Ils jouent aussi sur la fluidité des genres ("gender fluid"), de l'extrême féminité à la masculinité la plus affirmée, et n'hésitent pas à montrer les corps, par transparence ou franchement dévoilés.

"Il ne s'agit pas d'être sexy mais d'un sens du confort", a expliqué Zoe Latta après le défilé. "Nous ne nous attendons pas à ce que tout le monde porte ces pièces avec les seins à l'air".