Le rocher Percé, en Gaspésie.
Le rocher Percé, en Gaspésie.

L’indestructible fragilité du rocher Percé

Francis Higgins
Francis Higgins
Le Soleil
Chaque semaine, l’historien «volant» Pierre Lahoud dévoile au Mag les secrets derrière ses plus belles photos du Québec. Cet été, il nous fait découvrir les «îles au trésor» qu’il explore du haut des airs depuis près de 40 ans. Aujourd’hui, le rocher Percé, en Gaspésie.

«On l’appelle le rocher, mais c’est un îlot rocheux. Et je l’ai photographié sous presque toutes ses coutures. C’est un des éléments géographiques parmi les plus photogéniques que je connaisse, raconte M. Lahoud. Cette espèce d’îlot qui a déjà été rattaché au continent a l’air d’un immense paquebot vu du ciel. Avec son arche naturelle et ses falaises escarpées, il me surprend chaque fois par sa beauté. En plus, il semble changer selon les heures de la journée. Qu’on le photographie le matin ou le soir, il montre toujours quelque chose de différent qui surprend.»

«Sur le plan de l’histoire, je suis fasciné par le fait qu’il comptait trois trous quand Jacques Cartier est arrivé. L’avant-dernier s’est écroulé au milieu du 19e siècle. Éventuellement, le dernier s’affaissera aussi. Le rocher Percé est en train de disparaître. Il perd 300 tonnes de pierre par année. Dans 2000 ou 3000 ans, il n'en restera plus rien, mais nous ne serons plus là pour le constater. Cette masse de roc qui semble indestructible est au fond très fragile.»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info : pierrelahoud.com

+

À VOIR AUSSI
Harrington Harbour, la grande séductrice
Une île arc-en-ciel…
La malédiction du Rocher aux oiseaux
La leçon de Henry de Puyjalon
Une image de résistance
Cherche aide pour déménager phare…
Des repaires de contrebandiers!
Bienvenue à Dublin-en-Québec!
Faut vraiment pas aimer les voisins…

Le rocher Percé, en Gaspésie.