Des moaï à la carrière de Rano Raraku.
Des moaï à la carrière de Rano Raraku.

L’île de Pâques, terre de légendes

Richard Germain
Richard Germain
Collaboration spéciale
J’adore voyager. Et plus que jamais, cette période de confinement qui nous est imposée laisse davantage de place à nos rêves pour de prochaines destinations encore inconnues. Parce qu’on le sait, une des grandes joies de se transporter ailleurs est avant tout l’anticipation de la découverte et du plaisir. Maintenant, place à la mystérieuse île de Pâques!

Rapa Nui, de son nom d’origine, continue de faire rêver. Cette petite île située à l’extrémité sud-est du triangle polynésien reste l’endroit habité le plus isolé de la planète. À 3700 km à l’ouest de la côte chilienne, sa mère patrie, et à 4100 km à l’est de Tahiti, on ressent dès qu’on y pose les pieds l’enivrante impression d’être rendu au bout du monde.

Découvert par un explorateur danois un dimanche de Pâques de 1722, ce bout de terre au milieu de nulle part, et d’une superficie de seulement 164 kilomètres carrés, compte aujourd’hui une population de moins de 8000 habitants. Immensément fiers de leurs origines, ces insulaires s’assurent de protéger leur territoire par des mesures de contrôle très strict du développement de l’industrie touristique. De plus, la mise en valeur de leur culture et de leurs traditions reste une priorité de tous les instants.

À LIRE AUSSI :
Antarctique: côtoyer les icebergs
Bhoutan: au royaume du bonheur

Bien sûr, on a tous entendu parler des moaï, ces 900 statues qui auraient été érigées autour du 15e siècle afin d’honorer les dieux. Ces monuments taillés dans la roche volcanique et souvent dressés dos à la mer, comme pour protéger la population de l’envahisseur, mesurent en moyenne quatre mètres de hauteur et pèsent parfois des dizaines de tonnes. Leur transport de la carrière Rano Raraku à leur site actuel respectif reste à ce jour une énigme.

Les plus célèbres moaï de Ahu Tongariki, un alignement de 15 statues tournant le dos à l’océan.

Mais au-delà de ces emblèmes qui ont créé l’identité de l’île, il y a encore plus à découvrir dans cette terre propice aux légendes. La nature y est puissante, presque intimidante, car la force du vent et des vagues et la vue des volcans impressionnent.

Ce qui surprend aussi en explorant l’île est la grande quantité de chevaux et bovins qui évoluent en liberté dans un lieu où les arbres sont curieusement absents. Toute la place est ainsi laissée à la beauté des paysages spectaculaires, du vert éblouissant des champs, du noir des parois rocailleuses des volcans et du bleu, turquoise ou marine, de la mer. Tout semble étranger et sauvage. C’est extrêmement attirant.

Une harde de chevaux sauvages.

› Comment s’y rendre
Avec tout au plus une douzaine de vols par semaine, seule la compagnie aérienne Latam exploite un lien vers l’île de Pâques. En partance de Santiago, capitale du Chili, le vol est d’une durée de 5 heures 30 minutes. Ce minuscule point en plein milieu du pacifique se laisse facilement découvrir à pied, en vélo puis, pour les aventuriers, à dos de cheval. La visite de l’extraordinaire parc national Rapa Nui, inscrit sur la liste du patrimoine de l’UNESCO, est essentielle pour bien comprendre le passé géologique et humain de l’île de Pâques.

› Quand y aller
En raison d’un climat subtropical généralement chaud et humide, les températures moyennes annuelles oscillent entre de 20 et 28 degrés Celsius. L’été, soit les mois de janvier à mars, est le meilleur moment pour y aller. Le temps est sec et les vents y sont plus légers.

› Où loger
À l’Explora. Pourquoi? Parce que depuis quelques années déjà, ce petit groupe chilien d’hôtels d’exception a su développer un concept révolutionnaire d’écogîte en s’installant toujours discrètement et respectueusement dans le paysage sud-américain. Au complexe de l’île de Pâques, une architecture de bois et de pierre intégrée à l’environnement, une approche écoresponsable, des expéditions passionnantes et un luxe authentique et naturel contribuent à faire du voyage l’expérience d’une vie. D’autres bonnes adresses se sont inscrites dans ce créneau, tels l’hôtel Altiplanico ou le Hangaroa.

L’hôtel Explora, son architecture intégrée à l’environnement et sa piscine.