Un vignoble en Australie.

Les valeurs que je bois

CHRONIQUE / Le champagne avait un goût amer cette année. Et ce, malgré qu’il soit plus mûr que jamais.

Voir l’Australie partir en fumée a jeté une ombre certaine sur les festivités de début d’année. Comme si l’Australie sortait un ultime carton rouge pour nous prévenir de l’urgence de lutter contre la crise climatique. Disons que ça a bousculé la liste des résolutions. Car oui, avec chaque nouvelle année, viennent habituellement les fameuses « résolutions vin ».

J’adore le vin. Je ne pourrais très honnêtement pas vivre sans. Il me fait vivre des émotions profondes et me connecte avec des humains incroyables. Néanmoins, il faut reconnaître qu’il demeure un produit de luxe, non essentiel. Ce qui signifie qu’on peut se permettre d’être plus consciencieux quand vient le temps de le choisir.

Vous me le dites si je vous rabat les oreilles avec ma consommation responsable? Et si on remplaçait plutôt par « consommation consciente »? Il s’agit simplement d’être des consommateurs plus lucides et curieux. Est-ce que les vins que j’achète reflètent mes valeurs? Est-ce que les vignerons que j’encourage travaillent pour ou contre l’environnement?

Boire bio

Certes, certains vignerons doivent sérieusement revoir leur pratiques, mais heureusement, ils sont de plus en plus nombreux à faire le virage du bio, à adopter des pratiques plus respectueuses de la biodiversité et à utiliser plus sciemment les ressources comme l’eau et le carburant. On les reconnaît notamment grâce au logo bio ou biodynamique. Mais ils sont aussi plusieurs à exceller brillamment en matière d’environnement à ne pas revendiquer de certification. Quelques recherches suffisent pour les dénicher.

Boire local

Le transport gobe une bonne part de la tarte des émissions de gaz à effet de serre émises dans la production d’une bouteille de vin. Boire local demeure donc une façon sûre de minimiser son impact. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’a jamais été si facile et si joyeux de boire québécois! L’offre est foisonnante, tant et si bien qu’on perd vite le fil tellement de nouvelles cuvées et de nouveaux vignerons émergent sans cesse. Qui plus est, nos producteurs d’ici sont aussi très réactifs aux tendances, en plus d’être eux-mêmes très innovateurs. Vin orange, pet nat... on trouve de tout ça ici!

Une fois que c’est bu… ce n’est pas fini!

En attendant de pouvoir enfin rapporter vos bouteilles consignées à la SAQ, vous pouvez vous consoler en déposant vos corps morts dans le conteneur de collecte volontaire du verre de votre municipalité... si celle-ci en compte une. Contrairement au verre déposé dans un bac de recyclage — qui termine majoritairement à l’enfouissement — les bouteilles déposées dans les points de collecte sont recyclées à 100 % (sauf si vous êtes de Québec, car votre système de tri traite déjà 100 % des bouteilles déposées dans le bac de recyclage).

*****

Québec 2018, R1, Les Bacchantes 
16 $  12,5 % • 2,4 g/l
En épiceries fines et au domaine, en Montérégie 

En 2012, Sébastien Daoust choisit Hemmingford pour y fonder son vignoble. Avec son père, l’ancien ministre de l’Économie du Québec, Jacques Daoust, il avait alors planté du frontenac et du marquette avec l’intention d’en faire un rouge fruité.

Or, à la première vendange, le frontenac ne donne rien du tout. Ils décident néanmoins d’aller de l’avant avec une cuvée 100 % marquette. Pendant les fermentations, tandis que les blancs promettent, le rouge, lui, fait piètre figure. Ils s’en remettent à leur œnologue qui les rassure que « le rouge, c’est toujours un peu brut en début de fermentation ».

Un mois passe, puis deux. Et un beau jour, en ouvrant le chapeau de la cuve, un arôme de pur vin rouge, très « beaujo village », se répand dans le chai. C’est alors que Sébastien vit son père sourire pour la première fois depuis des mois. Ils avaient réussi!

Même si Jacques n’aura finalement pas eu la chance de déguster le fruit de son travail, lui qui est décédé subitement quelques mois plus tard, il aurait été certainement très fier de ce rouge on ne peut plus fruité, doté d’une grande fraîcheur, léger et remarquablement long. Très bon pour le prix!