L’entrepreneure Geneviève Everell, qui a déjà des projets plein la tête, a préparé un nouveau livre, qui devrait paraître après les Fêtes.

Les mille et un projets de Geneviève Everell

«Ça fait 10 ans que je m’invite chez les gens, là j’avais envie d’inviter les gens chez nous.»

L’entrepreneure Geneviève Everell, qui a fondé Sushi à la maison il y a 10 ans, est loin de s’asseoir sur le succès de son entreprise, qui compte maintenant une quarantaine de «Miss Sushi» partout au Québec. L’énergique jeune femme, originaire du quartier Limoilou à Québec, multiplie les projets et ouvrira sous peu un premier Comptoir Sushi à la maison à Montréal.

Celle qui habite dans la métropole depuis 2011 indique que le comptoir doit ouvrir en novembre dans le quartier Hochelaga, où elle réside avec son conjoint — un «tatoueur extrêmement talentueux» qui a pignon sur rue dans le même secteur — et leur garçon de deux ans. On y proposera les spécialités de Mme Everell : sushis, tartares, bols poké et bouchées, dans une formule pour emporter ou en livraison. «Il y aura 12-13 places assises», indique la jeune femme, qui souhaite que les gens s’y sentent bien accueillis.

Si l’expérience d’un premier comptoir s’avère concluante, Geneviève Everell compte bien ouvrir une deuxième adresse dans la capitale. «On va d’abord roder le comptoir à Montréal dans la prochaine année, mais c’est certain que si j’ouvre ailleurs, ce sera à Limoilou!» confie la femme d’affaires, mentionnant avoir déjà été approchée par des gens intéressés à ouvrir des franchises.

Si elle souhaite y aller doucement, c’est aussi parce que les autres projets ne manquent pas! En plus de Sushi à la maison — où une chef se déplace dans une soirée en famille, entre amis ou avec les collègues pour concocter sushis, tartares et Cie — Mme Everell lance ces jours-ci de nouveaux produits qui seront disponibles dans les IGA de la province.

Alors qu’on retrouve déjà en épicerie des sauces et des tubes de poisson pour tartare (cubes de saumon, thon, pétoncle), notamment, on verra apparaître des tubes pour préparer du tartare de boeuf, et d’autres pour garnir les bols poké — «les cubes à poké sont plus gros que ceux pour le tartare», signale la spécialiste. Autres nouveautés : du masago (caviar de capelan) certifié Ocean Wise, ainsi que des galettes de riz précuites pour faire des pizza sushi. 

Livre, conférences, télé

Geneviève Everell prépare aussi un nouveau livre à paraître après les Fêtes, «probablement autour de la Saint-Valentin», indique-t-elle. Celle qui signe déjà six ouvrages — sur son histoire et les sushis, tartares, bouchées, pokés — révèle que, cette fois, elle «sort un peu de [sa] zone de confort», laissant toutefois planer le mystère.

Après avoir animé sa propre émission Sushi à la folie sur les ondes de Zeste et collaboré notamment à l’émission de Ricardo, Geneviève Everell participe cet automne à Je suis chef, à V, à titre de chef-goûteuse invitée de cette compétition culinaire, en compagnie de quatre autres chefs. Elle continue aussi de faire des conférences un peu partout au Québec pour parler de son inspirant parcours, celui d’une jeune femme à l’enfance difficile, issue d’un milieu défavorisé, qui est devenue femme d’affaires à force de persévérance et de résilience. L’entrepreneure est d’ailleurs porte-parole de la Résidence Le Portail, un centre de thérapie pour femmes situé à Saint-Augustin-de-Desmaures. 

En plus de tout cela, Geneviève Everell est aussi l’égérie d’un nouveau portail de Télé-Québec sur le Web, Cuisinez, qui sera lancé ce lundi et qui rassemblera notamment une foule de recettes provenant des émissions de cuisine diffusées sur la chaîne au fil des ans, par exemple de Josée di Stasio ou Daniel Pinard.