Le lac Taureau est impressionnant, tout comme ses horizons. On peut l’explorer en canot, et même en hydravion.

Légendes d’automne à l'Auberge du Lac Taureau

Une fois qu’on a quitté l’autoroute 40, direction nord, le chemin est long et sinueux. Après Saint-Zénon, lentement, le paysage, les montagnes, reprennent leur droit sur la civilisation, le long de la route 131, dans Lanaudière. Le chemin Manawan, ensuite, le chemin de la Baie-du-Milieu. À sa toute fin se dresse l’Auberge du Lac Taureau, majestueuse.

Le dépaysement est total. L’auberge est située sur une pointe sableuse bordant le plan d’eau du réservoir du lac Taureau. Un réservoir qui sert de bassin de rétention aux eaux de la fonte des neiges, au nord.

Construction typiquement québécoise d’à peine une vingtaine d’années, faite de bois de la région, elle offre un hébergement haut de gamme et une expérience culinaire hors norme, et elle charme au premier coup d’œil.

Séjourner à l’Auberge du Lac Taureau, c’est s’imprégner de la culture locale, de ses coutumes, de son histoire amérindienne et c’est, surtout, profiter du grand air.

La Matawinie, qui faisait autrefois de la chasse et de la pêche ses principaux atouts, se tourne désormais vers l’écotourisme. Mais contrairement aux grandes aires situées près des grandes villes, la région demeure encore aujourd’hui en grande partie à l’état sauvage.

À l’Auberge du Lac Taureau, c’est la nature qui est reine. On vit à son rythme, on la respire, le temps se calcule en fonction d’elle.

Cette aire de jeu à ciel ouvert propose une trentaine d’activités pour explorer les lieux et faire corps avec la nature, qu’elles soient aquatiques ou terrestres, en toutes saisons.

L’Auberge du Lac Taureau, majestueuse, se dresse devant le lac du même nom.

C’est par la randonnée à cheval que nous avons exploré les sentiers environnants; une promenade idyllique, dirigée et animée de main de maître par l’Écurie aux 2 Tilleuls. Les chevaux, et le guide, nous promènent en forêt et mieux, sur les berges du lac, en revenant à l’auberge. Une fois de plus, le paysage est renversant, vu sous cet angle.

Le lac Taureau est impressionnant, tout comme ses horizons; la construction d’un barrage, en 1930, força l’exil de quelque 1200 colons, qui habitaient principalement Saint-Ignace-du-Lac.

Ce barrage créa par la suite l’un des plus grands lacs au Québec, avec ses 385 milles de circonférence, et les quelque 60 îles et îlots qui le jalonnent. Le lac Taureau demeure à l’état sauvage et n’a pas été contaminé par le temps.

Des vols en hydravion sont proposés, histoire de constater son immensité à partir du ciel.

En après-midi, c’est avec une guide que nous avons sillonné d’autres sentiers, à la découverte du castor et de la construction de ses barrages, des principales essences des arbres environnants et leurs utilisations possibles comme infusions, par exemple.

Le bâtiment principal de l’auberge est impressionnant; sa structure même est bâtie en poutres imposantes de bois rond.

Hébergement et gastronomie

Le bâtiment principal de l’auberge est impressionnant; sa structure même est bâtie en poutres imposantes de bois rond. On peut d’ailleurs se promener à l’intérieur de l’auberge, de l’unité de condo jusqu’au restaurant, en passant par la salle principale, ou par la piscine.

Auréolée du prix « Luxury Country Resort of the year 2016 », par le Luxury Travel Guide de Londres, l’Auberge du Lac Taureau fait un malheur auprès des touristes européens, qui viennent y vivre l’expérience typique de « la cabane au Canada ».

L’expérience du plein air se trouve bonifiée par la qualité de l’hébergement et le volet local donné à la gastronomie. En effet, les produits locaux et les produits du terroir agrémentent chaque repas.

Mais ce qui rehausse la qualité du séjour à l’auberge du lac taureau, c’est l’approche personnalisée du personnel, que ce soit en cuisine, à l’auberge même ou lors des activités.

Ces quelque 150 employés, qui proviennent majoritairement de la région, dégagent la fierté d’appartenir à ce complexe et à en faire découvrir les moindres attraits.

Si on doit parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour s’y rendre, sur place, on s’assure que l’on se sente comme à la maison.

Le journaliste était l’invité de l’Auberge du Lac Taureau.