Ravissante composition que ce plat d’omble chevalier fumé à froid.

Le Voisin: simple et funky

CRITIQUE / Chez Le Voisin, on ne s’enfarge pas dans les fleurs du tapis. On mange bien, on boit heureux et on sourit, tout ça dans un splendide décor qui a le don d’apaiser.

C’est peut-être à cause de l’abondance de bois blond, des chaleureux murs de briques ou des touches de bleu sarcelle. Ou l’effet d’un aménagement feng shui? Qui sait. Toujours est-il que quand j’entre dans cette petite salle de la rue Saint-Joseph, je respire mieux. Une table haute pour deux, près d’une fenêtre? Ce sera parfait.

À la suite de nombreux commerces et restaurants ayant vécu une brève existence dans ce local, le resto-buvette Le Voisin est venu bonifier l’offre culinaire de Saint-Roch à la fin de l’été 2017. Propriété d’une jeune équipe féminine (Mélina et Coralie Paradis et la sommelière Pascaline Gouin), l’endroit propose, dans une ambiance sans prétention, une cuisine qui réussit le pari de combiner simplicité et raffinement, tout en sortant des ornières, entre autres grâce aux saveurs du monde. Simple et funky, résumais-je en titre, comme dans la chanson d’Alliance Ethnik. Aux commandes des fourneaux depuis l’hiver dernier: Maude Desroches, anciennement au Pied bleu et au Monastère des Augustines.

En plus de quelques snacks, la carte compte 10 plats à partager, chauds et froids (dont plusieurs végétariens), mettant à l’honneur des produits d’ici. Même si le canard fumé et sapin baumier ou les ris de veau aux épices berbères nous taquinent les glandes salivaires, mon amie Catherine et moi nous tournerons justement vers du végétal… et du marin.

En toute délicatesse

L’incontournable entrée de choux-fleurs frits, qui ne quitte jamais le menu fluctuant, arrive vite pour tenir compagnie à un verre de picpoul de Pinet Gérard Bertrand et à un «Verger pétillant», cocktail composé de nectar de poire, mousseux, fleur de sureau, miel et citron. Pas trop sucré, comme j’aime. Fraîchement récolté dans un champ québécois, le légume, vert tendre et gorgé de saveur, se décline en fleurons aux têtes bien brunies, et est garni de copeaux de parmesan, de pousses et de grains de grenade. Avec la mayo au citron, c’est le bonheur.

Défileront ensuite quatre plats à partager d’une belle délicatesse d’exécution. Le premier, un carpaccio de tomatillos, s’avère le moins intéressant, malgré qu’il soit très agréable à l’œil. Ses accents mexicains sont loin d’être vilains (guacamole, vinaigrette avocat, lime et coriandre, piments poblanos marinés), mais l’assiette ne crée pas les étincelles espérées.

Le décor chaleureux du restaurant Le Voisin

On se réjouira beaucoup plus au service suivant (longuement attendu), alors qu’apparaissent en synchronicité l’omble chevalier et les choux de Bruxelles façon César. Le premier, bien goûteux, est fumé à froid et acoquiné à une extraordinaire mousse de céleri-rave et saumon, crémeuse et juste assez salée, avec en prime un beau morceau de poire Savignac confite, du foin d’odeur grillé, une discrète sauce vierge et des noix de Grenoble caramélisées. Chaque élément apporte un supplément d’âme à l’ensemble, c’est fameux. Les petits choux en moitiés, eux, sont grillés, tout comme les morceaux de laitue romaine avec lesquels ils cohabitent. Aussi de la partie: une vinaigrette César irréprochable, des copeaux de Clos des Roches (un fromage au lait cru bio de la Fromagerie des Grondines), de fines tranches de lomo (une charcuterie maison de porc mariné) et un quartier de citron grillé. Excellent, et d’une belle acidité.

Le Clos des Roches nous offre un rappel, réapparaissant sous la forme de quatre mignons arancinis à la croûte craquante qui font fureur avec leur compotée d’oignons et tomates au sucre bien maîtrisé. Mon sourire ne prend pas souvent de pause, surtout lorsque je marie une bouchée à une gorgée de vivifiant aglianico, un cépage italien ici travaillé par la maison Azienda Agricol I Pentri di Falato Lia.

Après ces plats tous très joliment présentés, nous terminons avec le «Dessert de maman Maude», soit une croustade aux pommes classique, généreuse en fruits et en réconfort, chapeautée de crème glacée à la vanille. Et parce que je suis gourmande, je repars avec une petite boîte contenant cet invitant brownie avec caramel au café et mascarpone auquel je n’ai su résister. Le lendemain, j’aurai la confirmation qu’il est souvent bon de céder à la tentation.

Lumière abondante et bois naturel: tout dans ce local nous pousse vers la zénitude.

AU MENU

Le Voisin
299, rue Saint-Joseph E.
581 741-9007

Ouvert du mercredi au dimanche en soirée et la fin de semaine pour le brunch

Cuisine du marché avec de belles options végés
Bouteilles de vin de 40 $ à 135 $
Plats de 15 $ à 24 $

Coût de l’addition pour deux avant taxes, pourboire et alcool: 86 $ (pour une entrée, quatre plats à partager et deux desserts)

Bravo: pour la capacité à marier simplicité et raffinement dans les assiettes; les découvertes offertes au verre ou en bouteille; la magnifique déco.
Bof: la cadence du service a varié lors de notre repas; on a entre autres attendu longtemps après le premier de nos quatre plats.