Steeve Fortin
Le Quotidien
Steeve Fortin

Évitez de tomber dans le panneau

CHRONIQUE / Avec le confinement, les achats sur Internet sont plus populaires que jamais. Mais qui dit crise dit opportunité. Plusieurs sites frauduleux en profitent donc pour faire leur apparition et utilisent la publicité sur Facebook pour cibler leurs victimes. Votre fil d’actualité Facebook est probablement envahi par de la publicité frauduleuse. Voici quelques trucs pour ne pas tomber dans le panneau, étant donné que Facebook semble se fermer les yeux sur ces pratiques douteuses.

Le bon outil entre de mauvaises mains

L’attrait principal de la publicité sur Facebook ou Google est le ciblage précis des utilisateurs en fonction de leurs préférences. Par exemple, si vous magasinez une nouvelle piscine pour vaincre la canicule, votre mur Facebook se trouvera inondé de publicités relatives aux piscines. Or, ce ciblage peut être utilisé par quiconque achète de la publicité, ce qui veut dire que cette masse de données peut être entre les mains de fraudeurs... pour ainsi trouver l’appât idéal à chaque poisson !

La première chose à faire est d’aller consulter la page Facebook de l’auteur de la publicité. Dans la majorité des cas, la page Facebook est relativement récente, ne contient pas d’informations à propos de l’entreprise, compte très peu de publications et n’a pas de logo. Parfois, une plantureuse jeune femme fait office de photo de profil, ce qui prouve le sérieux de l’affaire !

Le prix trop bas

Le premier signe d’une potentielle arnaque est le prix. Un article est vendu pour une infime partie de sa valeur réelle. Par exemple, un gros coffre à outils professionnel, offert à 99 $, livraison incluse, lorsque le même produit se détaille 1300 $ chez Home Depot. Les fraudeurs utilisent les photos officielles du produit en prenant parfois soin de masquer la marque de celui-ci. Lors de mes recherches, j’ai même vu des cabanons, des machines à café et des vélos pour moins de 100 $.

L’invention révolutionnaire

Les fraudeurs parcourent aussi les sites de sociofinancement comme Kickstarter afin de dénicher des produits innovants. Ils utilisent ensuite les photos et les vidéos des produits afin d’alimenter leur site et de concevoir des publicités parfois fort convaincantes. Pour les vidéos promotionnelles, les fraudeurs prennent le soin de remplacer la narration par de la musique, tout en brouillant quelques parties de la vidéo pour masquer la marque du produit.

Les fraudeurs copient les sites originaux et utilisent les mêmes images, tout en prenant soin d’effacer la marque du produit. Aussi, la différence de prix devrait immédiatement éveiller des soupçons.

Un Nom de site douteux

Les fraudeurs vont utiliser une adresse Internet qui, souvent, n’a aucun lien avec le produit présenté. Cette manoeuvre a pour unique but de duper les moteurs de recherche et les outils antifraude.

Ils ne veulent probablement pas être indexés par Google. Fait intéressant : la majorité des sites que j’ai répertoriés durant mes recherches sont déjà chose du passé !

Livraison et remboursement inexistants

Par malheur, si vous tombez dans le panneau, les chances de recevoir votre commande sont quasi nulles ; celles d’un remboursement, inexistantes.

Les politiques de retour et de confidentialité sont souvent nébuleuses. J’ai même vu une adresse de courriel pour le service à la clientèle de plusieurs sites et des adresses farfelues.

La majorité des sites frauduleux ont tant de similitudes qu’ils proviennent probablement des mêmes auteurs.

Qui plus est, plusieurs sites sont créés et hébergés sur la plateforme chinoise Xshoppy, laquelle permet de mettre en ligne un site transactionnel en quelques minutes. La plateforme Shopify est également courue des fraudeurs pour sa simplicité d’utilisation et le niveau de confiance qu’elle inspire chez les consommateurs. J’ai tenté de joindre les relations publiques de Shopify, mais n’ai pas obtenu de réponse avant cette publication.

Facebook : canal ou complice ?

À voir le nombre de publicités frauduleuses sur Facebook, c’est à se demander si le réseau social est complice de l’arnaque, en étant si permissif envers les fraudeurs.

J’ai contacté Facebook en soumettant quelques exemples de sites frauduleux.

Voici la réponse du porte-parole : « Nous avons beaucoup investi dans le renforcement de notre technologie pour empêcher les arnaqueurs d’utiliser Facebook et pour supprimer les comptes qui violent nos politiques lorsque nous les découvrons, comme c’est le cas ici. Nous encourageons les gens à nous signaler immédiatement les pages et publicités suspectes afin que nous puissions prendre des mesures. »

« Nous avons examiné les trois pages [soumises] et les avons supprimées pour violation de nos règles publicitaires sur les pratiques commerciales inacceptables. Conformément à nos politiques, les publicités ne doivent pas promouvoir de produits, de services, de manoeuvres ou d’offres reposant sur des pratiques trompeuses ou mensongères, notamment pour soutirer de l’argent ou des informations personnelles aux personnes. Nous prenons au sérieux toute violation de nos règles. »

Cette publicité Facebook de l’utilisateur Clota-C pour le site borealis.store n’est rien de moins que le Chevalet Worx disponible chez Canadian Tire pour 180 $, vous comprendrez que votre 16,82 $ risque de disparaître à jamais si vous commandez le produit !

L’imposant volume de publicités frauduleuses doit générer de bons revenus pour Facebook, qui laisse la responsabilité de signaler les publications douteuses dans les mains de l’utilisateur.

Le meilleur conseil pour éviter la fraude sur Internet est de prioriser l’achat local.

Vous pourrez ainsi recevoir votre marchandise, tout en dynamisant votre milieu de vie !

+

À RETENIR

• Consultez la page Facebook du vendeur

• Méfiez-vous du prix

• Vérifiez le nom du site

• Ne payez jamais par virement bancaire 

• Vérifiez la politique de livraison et de remboursement