Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le 101 restaurant de quartier devrait ouvrir à l'automne dans ce bâtiment de style second empire sur la rue Saint-Joseph Est, dans Saint-Roch.
Le 101 restaurant de quartier devrait ouvrir à l'automne dans ce bâtiment de style second empire sur la rue Saint-Joseph Est, dans Saint-Roch.

Le 101 restaurant de quartier: une toque dans Saint-Roch

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Remettre la toque au goût du jour : voilà la mission que s’est donnée le chef Charles Gignac avec Le 101 restaurant de quartier, qui doit ouvrir ses portes à l’automne dans Saint-Roch. 

Pourquoi 101? «On voulait d’abord appeler le restaurant Cuisine 101, en référence à la maîtrise des bases en cuisine. Le nom a évolué tout en gardant cette philosophie», explique le chef Gignac, ajoutant que l’adresse de son resto est aussi le 101, rue Saint-Joseph Est. 

«On souhaite défaire le mythe que la haute cuisine coûte cher. Notre objectif est de répondre aux besoins du quartier Saint-Roch et de rester abordable et proposant une cuisine contemporaine, sans prétention, définie par les saisons», ajoute M. Gignac

Le chef a acquis l’immeuble au coin de la rue Saint-Anselme avec sa conjointe Sandra Beausoleil-Auclair, qui est en charge des résidences touristiques situées aux étages supérieurs. «Ça fait plus de deux ans qu’on prépare notre projet, avec toute l’incertitude liée à la pandémie. On a aussi attendu que les baux des commerces au rez-de-chaussée prennent fin avant de commencer les travaux pour remettre la bâtisse à jour, un immeuble de style second empire qui date des années 1800», indique Charles Gignac. 

Le bâtiment accueillait auparavant le marché d’alimentation latino-américaine et africaine La Fiesta ainsi qu’un salon de coiffure. Les deux locaux sont maintenant jumelés pour aménager le restaurant.

Le chef-propriétaire Charles Gignac souhaite «remettre la toque à la mode chez nous».

Du rêve à la réalité

L’ouverture du 101 était d’abord prévue l’année dernière, mais la hausse du prix des matériaux a fait exploser les coûts de construction, explique Charles Gignac. Le chef sera bientôt récompensé pour sa patience, lui qui caressait le rêve d’ouvrir son propre restaurant depuis longtemps. «Je ne me sentais jamais assez mûr», confie-t-il.

Le chef a fait son diplôme d’études professionnelles en cuisine «sur le tard», à 25 ans, après des études universitaires. Il a aussi complété des spécialisations en pâtisserie et en cuisine du marché à l’École hôtelière de la Capitale.

Après avoir réalisé des stages en France et au Japon — au restaurant Beige du grand Alain Ducasse à Tokyo — Charles Gignac a notamment travaillé aux côtés du chef Arnaud Marchand pour l’ouverture de Chez Boulay, en 2012. Il a aussi fait partie de la brigade de chefs du Manoir Richelieu pour le Sommet du G7 en 2018 et œuvré au restaurant gastronomique du prestigieux hôtel de La Malbaie. «C’est à partir de là que l’idée a germé d’ouvrir mon resto», indique le chef, qui a entretemps été de passage chez Rioux & Pettigrew.

Charles Gignac souhaite maintenant «remettre la toque à la mode chez nous». «C’est mon petit délire! Je veux montrer que la toque, l’uniforme blanc, ce n’est pas hautain. Il faut travailler comme une grande maison pour être une grande maison», signale celui qui a œuvré un an dans de grand établissements français, en 2014.

Avec son restaurant d’un maximum de 45 places, le chef fait le choix de recevoir moins de convives, «mais de bien les recevoir, sans les presser». Son menu sera élaboré avec des produits de saison, locaux en majorité, mais sans en faire une contrainte absolue : «Si c’est la saison des bananes ou des ananas, c’est possible qu’il y en ait. Je suis aussi un amoureux de la tomate et des légumes, je veux offrir une belle place aux légumes “oubliés” dans les assiettes». 

Le 101 restaurant de quartier proposera une petite carte et mettra de l’avant un menu découverte qui variera régulièrement. L’établissement sera divisé en trois sections : un salon privé pour 8 à 10 personnes — «idéal pour les rencontres d’affaires» —, un salon de vins pour prendre l’apéro ou le digestif ainsi qu’une salle à manger avec cuisine ouverte. On prévoit ouvrir cinq soirs semaine, pour commencer. 

Info : lacuisine101.com et @le101restaurantdequartier sur Facebook