Contenu commandité
L'appel de la «van life»
L'appel de la «van life»
Les <em>minivans</em> de RoadLoft comprennent comprennent un lit, une table, des banquettes, une cuisinette coulissante avec évier et du rangement.
Les <em>minivans</em> de RoadLoft comprennent comprennent un lit, une table, des banquettes, une cuisinette coulissante avec évier et du rangement.

RoadLoft, quand la van life vient en kit [PHOTOS & VIDÉO]

DOSSIER / La van life vous tente, mais les motorisés coûtent trop cher, les Westfalia sont toujours brisés et les roulottes sont un cauchemar à manœuvrer. La compagnie RoadLoft débarque avec sa solution : un kit amovible qui permet de convertir de façon temporaire votre minivan ordinaire en véritable autocaravane.

C’est lors d’un long voyage que Laurence Dufour et Samuel Gauthier ont attrapé la piqûre du nomadisme automobile. «En 2016, on cherchait une façon de découvrir le Canada et les États-Unis de manière économique et autonome. On était déjà de grands voyageurs, ayant parcouru beaucoup de pays en sac à dos, mais on s’est rendu compte qu’on ne connaissait pas notre propre pays», raconte Mme Dufour.

En explorant les options de transport, ils ont noté que certaines petites fourgonnettes familiales avaient une superficie intérieure comparable à celle d’un Westfalia, emblème de la van life. Le couple de Lac-Beauport a donc converti sa première van pour partir à l’aventure. Pendant huit mois, les complices ont visité le Canada jusqu’au Yukon, fait un détour en Alaska et ont descendu la côte ouest jusqu’en Californie.

Au retour, l’idée d’une entreprise qui miserait sur cette formule de voyage avait germé.

La <em>van</em> permet de s’évader, de relaxer, de se retrouver en nature, de voyager au loin ou juste de briser la routine la fin de semaine, explique la copropriétaire Laurence Dufour.

Dès 2017, RoadLoft était fondée. Sans attendre, le développement de prototypes (13 au total) a été lancé à vitesse grand V. Les partenaires en amour comme en affaires gribouillaient des ébauches, consultaient un designer industriel, fabriquaient leurs modèles à la main pendant de longues heures, testaient leurs inventions sur le bitume, choisissaient des matériaux et des vernis les plus sains et écolos possibles, etc. Toujours en cherchant à ajouter des fonctionnalités qui répondent aux «vrais besoins sur la route».

UN DOSSIER DU MAG À LIRE ICI :
Van life, la vie sur la route
Van life : un chef en tournée… en autobus jaune
Trois destinations pour s’initier à la van life

Pendant trois années, ces anciens travailleurs du monde de la santé et de l’intervention sociale ont vécu dans leur minivan adaptée de mai à décembre. L’hiver, ils louaient un appart ou un chalet. Ainsi, ils pouvaient continuer de voyager, certes. Mais, surtout, ils économisaient des sous qu’ils réinsufflaient dans l’entreprise.

«Plus accessible»

Dans son atelier de Québec, RoadLoft confectionne des kits adaptés à plusieurs modèles de minivans sur le marché. Ils comprennent un lit, une table, des banquettes, une cuisinette coulissante avec évier et du rangement. Faits de peuplier, un bois léger, durable et résistant à l’humidité, ils peuvent loger deux ou quatre personnes et s’installent en cinq minutes sans avoir besoin d’endommager l’habitacle. Ils sont invisibles de l’extérieur et s’emboîtent pour être rangés hors de la voiture.


« C’est idéal de traîner cette maison avec nous : on a la stabilité et le confort, mais on est quand même en train de voyager! »
Laurence Dufour, cofondatrice de RoadLoft

Le prix: 4490 $ (taxes en sus) incluant un matelas en mousse de haute densité et cinq rideaux. On peut ajouter des accessoires au choix, tels réfrigérateur, panneaux solaires, toilette intérieure ou douche portative solaire.

«Il y a moyen d’être 100 % autonome. La van permet de s’évader, de relaxer, de se retrouver en nature, de voyager au loin ou juste de briser la routine la fin de semaine, partage Mme Dufour. C’est pourquoi on a créé un kit durable contre l’obsolescence programmée. Il répond aux besoins à un point tel qu’on se fait parfois arrêter sur la route par des gens qui veulent savoir ça vient d’où! Des voyageurs d’expérience de tous les âges nous disent que ça change leur manière de voyager. Plusieurs personnes de 45 à 65 ans qui ont déjà eu une fifth-wheel ou une roulotte l’aiment beaucoup.»

Le fondateur du magazine-boutique en ligne Go-Van, Julien Roussin Côté, abonde dans le même sens. «C’est un produit vraiment génial pour le prix. Pour quelqu’un qui n’a pas les moyens de se payer une van à 100 000 $, un kit converti qui permet de transformer son véhicule pour un week-end ou une semaine, ça rend la van life plus accessible à plus de monde. Il y a beaucoup d’innovation dans ce monde-là, dont une belle petite industrie québécoise.»

«Une solution recherchée»

Même si la crise de la COVID-19 leur a mis des bâtons dans les roues en forçant l’annulation des commandes et en reportant le déménagement de leur atelier de Québec, les entrepreneurs de 28 ans repartent sur leur «belle lancée». Ils espèrent exporter leurs produits chez l’Oncle Sam à l’automne. Ils ont même participé récemment à l’émission Dans l’œil du dragon à Radio-Canada, où ils ont accepté une offre de la femme d’affaires Isabèle Chevalier.

«La van life, c’est une solution très recherchée ces temps-ci, assure Laurence Dufour. On peut voyager au Québec, c’est beau chez nous. Et le faire avec un kit RoadLoft est une belle manière d’être autonome dans ses voyages.»

Info : roadloft.com et @RoadLoft sur Facebook, YouTube et Instagram