L’Île aux Perroquets, sur la Côte-Nord, dans les Îles de Mingan.
L’Île aux Perroquets, sur la Côte-Nord, dans les Îles de Mingan.

La leçon de Henry de Puyjalon

Chaque semaine, l’historien «volant» Pierre Lahoud dévoile au Mag les secrets derrière ses plus belles photos du Québec. Cet été, il nous fait découvrir les «îles au trésor» qu’il explore du haut des airs depuis près de 40 ans. Aujourd’hui, l’Île aux Perroquets, sur la Côte-Nord, dans les Îles de Mingan.

«La morphologie de cette île est particulière, tout comme sa couleur verdoyante entourée de masses rocheuses blanches, comme on en voit dans la plupart des Îles de Mingan, raconte M. Lahoud. Mais l’histoire de cette île m’impressionne encore plus : celle d’un comte français qui s’appelait Henry de Puyjalon, qui a un jour décidé de laisser ses châteaux de France pour devenir gardien de phare à Mingan, à la fin du 19e siècle. Il a passé sa vie en Basse-Côte-Nord et est même mort sur une île voisine.»

«Je pense que c’est une leçon pour nous : parfois, il faut que des gens viennent de l’étranger pour nous rappeler à quel point nos paysages sont beaux. Ils nous disent : “regardez donc ce que vous avez”. Souvent au Québec, on a eu tendance à vivre dans ces environnements sans nécessairement les apprécier. Bon, il y avait la lutte pour la survie et la conquête du territoire. Mais parfois des gens viennent d’ailleurs et choisissent de s’installer dans ces milieux difficiles. Et Dieu sait que de Puyjalon vivait bien en France! Par son exemple, il nous a montré un amour du pays qu’il nous arrive d’oublier. Depuis, on a fait un gin en son honneur; il paraît qu’il est très bon!»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info : pierrelahoud.com

+

À VOIR AUSSI
Harrington Harbour, la grande séductrice
Une île arc-en-ciel…
La malédiction du Rocher aux oiseaux

L’Île aux Perroquets, sur la Côte-Nord, dans les Îles de Mingan.