Harrington Harbour
Harrington Harbour

Harrington Harbour, la grande séductrice

Francis Higgins
Francis Higgins
Le Soleil
Chaque semaine, l’historien «volant» Pierre Lahoud dévoile au Mag les secrets derrière ses plus belles photos du Québec. Cet été, il nous fait découvrir les «îles au trésor» qu’il explore du haut des airs depuis près de 40 ans. Aujourd’hui, le village de Harrington Harbour, au large de la Côte-Nord.

«Comme tout le monde, j’ai été absolument enchanté, ravi et impressionné par le film La grande séduction. Quand je l’ai vu, je me suis dit que je devais à tout prix aller voir ce paradis perdu qu’est Harrington Harbour, raconte M. Lahoud. Alors, j’ai pu me rendre admirer cette magnifique île où on voit des trottoirs de bois partout. Il n’y a pas une rue dans ce village de pêcheurs! Les insulaires me fascinent. Ce sont des irréductibles, comme les habitants du village d’Astérix qui résistent encore et toujours à l’envahisseur.»

«Les conditions de vie sur une île exposée au vent, en plein golfe, doivent être difficiles. Malgré tout, ces gens s’y plaisent. Ils y ont créé quelque chose d’exceptionnel aux plans de l’architecture et de l’aménagement. On se croirait revenir en plein milieu du 19e siècle. Cette photo m’inspire parce qu’elle montre à quel point l’homme, quand il s’enracine dans son milieu, peut être fort et puissant. Aussi, sur la photo, la petite trace d’un bateau à moteur rappelle que les gens qui y vivent sont toujours là.»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info: pierrelahoud.com

Pierre Lahoud