Morphine

Halluciner pour son art : 9 questions à l’artiste de la conscience altérée [PHOTOS]

Le LSD a transformé la musique des Beatles. La marijuana est la muse de Willie Nelson. Et on ne peut parler d’absinthe sans évoquer Vincent Van Gogh. Il semble que l’histoire de l’art soit jonchée de seringues usagées, de papiers à rouler et de verres vides.

À ce chapitre, le peintre du Tennesse Bryan Saunders est un généraliste. Les drogues, il les essaient toutes, avant de dessiner ou de peindre un autoportrait, pour ensuite comparer les résultats. 

À l’ère de la légalisation du cannabis, que peuvent apporter la drogue, l’alcool et les médicaments au processus créatif? M. Saunders est en quête d’une réponse à ce mystère. 

Voici neuf questions à un artiste cinquantenaire qui continue de souffrir – et d’halluciner – pour son art.

Méthamphétamine en cristaux (crystal meth)

1) D’où vient l’idée de faire des autoportraits sous l’influence de diverses drogues?

Un jour, je me suis dessiné alors que j’étais ivre. Quatre mois plus tard, je me suis dessiné «gelé». Trois ans et demi ont passé et je me suis dessiné pendant que je fumais de l’opium. C’était très différent. Au cours des deux années suivantes, j’ai essayé six autres produits et j’ai vu émerger un pattern. Ce motif s’est développé en une conscience de moi-même simplifiée et plus pure. J’ai alors décidé de tenter quelque chose de différent chaque jour afin d’en voir les effets. J’ai pris 18 drogues en 12 jours. Et je me suis vraiment fait du tort (really messed myself up).

Cocaïne (un demi-gramme)

2) Qu’avez-vous subi comme séquelles?

J’ai développé un ralentissement psychomoteur [NDLR : ralentissement généralisé des réactions physiques et émotionnelles d’une personne dans la gestuelle, la parole, les capacités cognitives et l’expression faciale, dixit l’Office de la langue française]. Les dessins allaient bien, mais ma santé en a gravement souffert. Heureusement, les impacts négatifs n’ont pas duré trop longtemps.

Haschich

3) A-t-on déjà tenté de vous en empêcher?

Mon médecin m’a déjà donné de forts sédatifs pour m’amener à arrêter. Mon amie Audra a essayé une fois, mais j’étais en état d’hallucination et je la voyais comme si elle était 20 personnes en même temps.

Morphine

4) Qu’espériez-vous découvrir sur vous-même ou sur l’art?

J’ai découvert que tout ce que nous vivons est une combinaison de nos souvenirs et de nos attentes envers le futur. Si j’ai des souvenirs de films ou d’incidents réels de gens utilisant des sédatifs, il est impossible de ne pas mélanger mes souvenirs à toutes les attentes possibles quand j’expérimente moi-même un sédatif. Ça arrive de manière inconsciente. Je crois que c’est d’où viennent plusieurs de nos préjugés. Il semble physiquement impossible de séparer nos souvenirs de notre processus de prédiction, mais c’est ce qu’il faut faire si on veut vivre quelque chose de vraiment nouveau avec un «regard neuf». Notre but ne devrait pas être de nier l’influence de notre mémoire. Il faudrait plutôt devenir plus sélectif dans notre façon de créer les expériences qu’on vit. Peut-être devrions-nous mieux choisir nos façons de créer des souvenirs en gardant à l’esprit nos attentes futures. Ce faisant, nous pourrons peut-être améliorer notre conscience.

Nicotine (en gommes à mâcher)

5) Quelles autres idées avez-vous déjà tentées?

J’ai fait des choses plus intéressantes que juste les dessins de drogues. J’ai déjà expérimenté avec la stimulation sexuelle (voir plus loin). J’ai essayé de dessiner en étant aveugle pendant 30 jours, en 2018. Ou alors que j’étais sourd durant un mois. Je me suis dessiné durant plusieurs mois alors qu’on me torturait physiquement. Et je me suis aussi dessiné chaque jour pendant un mois entier où j’avais fait vœu de silence. Et la liste continue.

Psilocybine (hallucinogène extrait du champignon Psilocybe mexicana)

6) Comment définissez-vous votre art?

Je crois fortement que la définition de l’art est le progrès, l’évolution, l’avancement. Et pour évoluer, je me donne des défis afin de me pousser au-delà de mes limites physiques, psychologiques et sensorielles. Mon art tombe dans la catégorie des «autoportraits quotidiens». J’ai commencé le 30 mars 1995 et je n’ai jamais raté une journée depuis. J’ai créé plus de 11 800 des ces autoportraits. Chacun est unique puisque mon attention au moment de créer s’arrête toujours sur quelque chose d’unique. Un autoportrait quotidien n’est jamais une œuvre «complétée», mais plutôt une accumulation géante de mes expériences affectives.

Acide (LSD de mauvaise qualité)

7) Y a-t-il une expérience artistique que vous avez préféré ne pas faire parce qu’elle était trop risquée?

Plusieurs, mais je vais peut-être les faire un jour. Le saut en parachute est peut-être la prochaine. Beaucoup de ce que je fais me sert à vaincre mes peurs. Je veux devenir une personne sans peur, mais prudente. J’aimerais essayer d’être aveugle et sourd avec des gants pendant tout un mois. J’ai 20 ou 21 projets d’une durée d’un mois que j’aimerais faire avant de mourir. J’aimerais en faire qui dure une année entière aussi, mais je n’ai pas les ressources nécessaires.

Sels de bain (famille de drogues dont les effets sont semblables à ceux de la cocaïne, de la méthamphétamine et de l’ecstasy)

8) Est-ce que dessiner de simples paysages est devenu trop ennuyeux pour vous?

Oh, je dessine et peins des paysages, mais je me glisse dedans si j’en ai envie. Je mets tout ce que j’ai dans mes autoportraits quotidiens.

Protoxyde d’azote et Valium (le protoxyde d’azote est un anesthésique général utilisé en chirurgie dentaire, notamment).

9) Sur quels projets travaillez-vous maintenant?

Je vais lancer un disque vinyle des enregistrements audio faits quand j’ai essayé d’être aveugle. Je publierai bientôt un autre numéro de Just Noticeable Difference, le magazine où je raconte mes expériences de dessin sensoriel. Ce sera sur des expériences de températures extrêmes avec de la chaleur intense et des bains de glace. Je cherche une caméra thermique pour m’aider à compléter ce travail. L’éditeur Chocolat Monk du Royaume-Uni publiera un recueil des expériences de dessins, fait avec ma conjointe Nicole Bailey, qui s’intitulera Sensations. Pour le faire, nous avons chacun notre tour stimulé physiquement – et parfois sexuellement – l’autre de manière agréable avant de le dessiner, question de pouvoir ensuite comparer les similarités et les différences dans nos réactions.

Note : certains passages de cette entrevue traduite de l’anglais ont été légèrement édités de manière à mieux cadrer le propos dans un format questions-réponses.

Absinthe

+

INFO

- bryanlewissaunders.org

- Voyez gratuitement le documentaire canadien Art of Darkness sur l'expérience des autoportraits et des drogues de M. Saunders ici.

- The Interviews Vol.1, livre d'entrevues avec M. Saunders

- Boutique d'impressions de l'expérience Under the Influence

Ritalin (aspiré par le nez)
Valium (anxiolytique)