La Colombie- Britannique, Whistler et ses montagnes offrent un magnifique terrain de jeu pour les adeptes de randonnée.

Guillaume Vadeboncoeur, happé par la beauté de Vancouver et des alentours

Ils viennent du Québec, mais sont partis vivre aux quatre coins du monde. Pour le travail, par amour, pour aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Le Mag vous les présente et vous décrit leur quotidien. Tranches de vie.

NOM: Guillaume Vadeboncoeur

ÂGE: 37 ans

PROFESSION: Ingénieur en science du bâtiment

«Mon début de carrière en science du bâtiment.»

Trajectoire

«Ma conjointe et moi sommes déménagés de Québec à Vancouver en 2004. Nous habitons maintenant en banlieue de Vancouver avec nos deux petites filles, Chloé et Eva.»

Chloé et Eva lors d’une randonnée pédestre.

Raison

«Lorsque j’ai gradué de l’Université Laval en génie mécanique en 2004, les postes en ingénierie à Québec se faisaient rares. Mon ami, Billy Huet, et moi avons décidé de visiter d’autres grandes villes canadiennes après une compétition d’ingénierie à Detroit (Supermileage). On a traversé le Canada et une fois arrivés à Vancouver, on a été très impressionnés par cette belle ville. J’ai alors demandé à ma conjointe Annie de venir me rejoindre. Elle a accepté et, 15 ans plus tard, on y habite toujours avec nos deux petites poupounes.»

Le plus dur à apprivoiser…

«Je parlais déjà anglais avant de déménager, donc la langue n’a pas été un problème pour moi. Mais il a été un défi pour Annie. Elle a commencé à travailler comme serveuse et barmaid, ce qui a accéléré son apprentissage. Elle a tellement bien appris l’anglais qu’elle a réussi à faire un certificat et ensuite un baccalauréat dans des universités anglophones.»

La famille réunie après la graduation d’Annie.

«Le plus dur à apprivoiser a finalement été de faire notre place dans la communauté et de se faire un groupe social.»

Aujourd’hui, je vis comme un Vancouvérois parce que...

«Je bois du café Starbucks, je fais régulièrement de la randonnée — ici du hiking —, à travers la province avec ma femme et mes filles. Je dois aussi acheter à ma femme des vêtements Lululemon [une ligne de vêtements de yoga lancée à Vancouver] qui coûte un prix de fou!»

Je mange...

«À Vancouver, on est chanceux de vivre dans un ville multiculturelle qui offre une grande variété de nourriture. J’adore les sushis, le pho, les ramen (les vrais… pas ceux de la marque Gattuso!), les mets indiens et les mets thaïlandais. Mais je suis Québécois dans l’âme, j’adore toujours la poutine, le pâté chinois et la tourtière!»

Les ramen de Vancouver n’ont rien à voir avec ceux vendus dans les supermarchés.

J’habite...

«À Surrey, une banlieue de Vancouver. On est sur la frontière entre Surrey et Langley. On adore notre quartier qui s’appelle Clayton Heights. Il y a plusieurs familles, des parcs et on est pas trop loin de Vancouver et des montagnes locales.»

«Surrey est une assez grande ville. Sa population est presque la même que la ville de Québec selon Wikipédia.»

Je m’ennuie...

«Surtout de ma famille, beaucoup de ma mère, de mon père et de ma sœur, qui a maintenant trois enfants. J’aimerais pouvoir les voir beaucoup plus souvent. Je m’ennuie aussi d’aller jouer au hockey sur une patinoire extérieure. Ici, je joue dans une ligue de garage, mais je ne peux pas aller jouer dehors quand je veux, tout au long de l’hiver.»

Je reste branché au Québec en...

«Visitant régulièrement ma famille. On revient au Québec tous les étés et quelques fois à Noël. Annie écoute ses émissions québécoises comme Unité 9 et Lâcher Prise. On écoute aussi le Bye Bye chaque Jour de l’An. Je suis un partisan du Canadien et je regarde les matchs tous les samedis. Nos filles, Chloé et Eva, vont à l’école en français, dans une commission scolaire francophone.

La famille après un match des Canucks contre les Canadiens. «Les Canadiens ont gagné!»

Un bon coup de ma ville d’adoption que je rapporterais au Québec...

«L’importance donnée à la santé et aux activités de plein-air. Et si je pouvais donner les hivers tempérés de Vancouver aux citoyens du Québec, je crois que je deviendrais un héros!»

«Annie et moi lors de notre voyage de surf annuel.»

***

ÉCRIVEZ-NOUS!

Vous avez envie de nous raconter votre vie à l’extérieur du Québec? Écrivez-nous à lemag@lesoleil.com, nous pourrions vous fournir notre questionnaire.