Galeries gourmandes: Madame Chose se dévoile [VIDÉO]

Rideau de bruine, brise odorante, chants d’oiseaux, glycine tombante... Elle n’est pas banale, l’antre de Madame Chose, nouveau restaurant des Galeries gourmandes, qui s’ouvre le 6 décembre aux Galeries de la Capitale. La mise en scène, entre funky et surannée, a été orchestrée par le concepteur et producteur Olivier Dufour, et l’expérience se fait sentir jusque dans la carte des cocktails, où l’absinthe se mêle à la crème de menthe. Présentations!

Pour ce projet de 4 millions $, le propriétaire Restos Plaisirs a donné carte blanche à Olivier Dufour, connu pour ses spectacles multimédias, dont Le Chemin qui marche, conçu pour le 400e de Québec. Si le créateur a déjà travaillé pour des restaurants intégrés à ses projets en Asie, il n’avait jamais eu autant de liberté pour un concept gastronomique. «Un fantasme!»

Toute sa vision tourne ici autour de la fantomatique Madame Chose, une «charmante vieille dame exubérante» qu’il imagine avoir parcouru le monde, survécu à tous ses maris et qui «habite juste en haut». À travers les quelque 60 haut-parleurs dissimulés un peu partout, il faut s’attendre à l’entendre marcher, draguer, demander le menu, sans jamais se dévoiler, sinon par un portrait de profil au bar.

Pierre Moreau, président-directeur général de Restos Plaisirs, Christine Normand, associée et directrice de Madame Chose et le chef Patrick Dubé

L’idée: plonger les 170 convives, nombre de places assises, dans une expérience immersive. Titiller tous les sens, jusqu’au toucher, avec des fauteuils en velours et des couverts fini cuivre qui ont «juste le bon poids».

Voisin de la boutique Ricardo, le restaurant est accessible par les Galeries gourmandes. Devant sa façade, sous l’ancienne coupole de Simons, déshabillée et peinte en bleu, se dressent le bar L’Orée et un espace lounge où sont servis huîtres, charcuteries, oeufs mimosa, cocktails, mocktails et compagnie. Une mise en bouche de Madame Chose.

L'Orée de Madame Chose, une mise en bouche avant d'entrer dans le restaurant
Vue de l'extérieur du restaurant, situé aux Galeries de la Capitale. On y entre par les Galeries gourmandes, à l'intérieur.

Le plat de résistance se vit à l’intérieur. Dès l’entrée, un rideau de brouillard veut transporter le visiteur dans une autre dimension, loin du centre commercial de Lebourgneuf. Les 8000 pieds carrés de plancher se découpent en zones.

Le Jardin, plus feutré, est fleuri et tapissé d’un papier peint vert «qui n’avait pas été acheté depuis longtemps», rigole Olivier Dufour. Au mur, des souvenirs de voyages de Madame Chose, des photos de famille.

Le Jardin de Madame Chose est la partie la plus feutrée du restaurant

Au centre, la Clairière est composée de grandes tables communes aux formes organiques qui permettent intimité ou proximité, selon le souhait des visiteurs. Dans cette partie conviviale, les gens dresseront la table eux-mêmes et pourront piger dans les pots de fines herbes comestibles. Attention, les enfants pourraient voir passer un écureuil dans l’arbre de cuivre ou entendre un chien japper.

La Clairière et ses grandes tables conviviales. La firme d’architecture LemayMichaud a collaboré avec Olivier Dufour dans la réalisation du restaurant.

Cette section est aussi animée par la cuisine «vivante et bruyante» du chef Patrick Dubé. Il  promet une carte internationale, une cuisine saisonnière et 25 % de plats végétariens ou véganes. Le menu affiche dumpling aux légumes, aussi bien qu’une bavette de boeuf ou un burger au portobello.

La cuisine ouverte sur le restaurant et la réserve

La sommelière et associée de Restos Plaisirs, Louise Bilodeau, a complètement embarqué dans le concept d’Olivier Dufour. Son cocktail signature, le Madame Chose, est servi dans une coupe bleutée, et se compose d’absinthe Balzac, de crème de menthe Isabelle, des produits québécois, de lime et de soda, le tout surmonté de feuilles de menthe. La section bar l’Étang, «plus adulte», réserve aussi des surprises avec son mur de losanges ondulants et ses écrans fenêtres.

Une centaine d’employés seront à l’oeuvre pour servir déjeuners, dîners et soupers.

La section l’Étang réserve des surprises avec ses écrans fenêtres animés, annonce Olivier Dufour.