Pierogis accompagnés de crème sure et d’oignons verts hachés
Pierogis accompagnés de crème sure et d’oignons verts hachés

Épicerie Vladimir: un goût d’Europe de l’Est à Québec

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
L’épicerie Vladimir quittera bientôt le sous-sol du 3400, chemin des Quatre-Bourgeois pour s’installer au 3060, avenue Maricourt en septembre. Surnommé «l’épicerie russe», ce commerce offre bien plus que des produits importés de Russie. Le propriétaire, Vladimir Gaspariants, se spécialise dans la vente de produits d’Europe de l’Est qu’on ne retrouve pas dans les autres commerces de Québec.

Il y a maintenant 17 ans que l’épicerie Vladimir importe des produits de Roumanie, de Hongrie, de Russie et bien plus, permettant ainsi aux ressortissants de ces communautés de cuisiner leurs plats traditionnels au Québec, de raviver des souvenirs par le goût et de partager leur culture par la nourriture. Avec le temps, les Québécois du quartier et ceux adeptes de la gastronomie d’Europe de l’Est ont également découvert cette épicerie aux produits d’importation exclusifs.

Quand le propriétaire de cet épicerie fait le portrait de sa clientèle, il affirme que les ressortissants des pays d’ex-Yougoslavie sont les plus nombreux dans la capitale. Les familles russes, polonaises et des autres pays de l’est de l’Europe se comptent par centaines pour chaque communauté, estime-t-il.

Les bonbons en vrac, vendus au poids et provenant de plusieurs pays de l’est de l’Europe, sont très populaires.

Chaque immigrant se dirige systématiquement vers les produits de son pays, raconte Vladimir Gaspariants. Ses clients québécois aiment bien les bonbons en vrac vendus au poids. On retrouve plusieurs friandises de fruits séchés ou confits enrobées de chocolat. Les fruits sont un peu différents de ce que l’on retrouve traditionnellement dans les bonbons au Québec; des saveurs tels pruneau, orange ou cassis sont particulièrement présentes. Même chose pour les confitures qui se déclinent en plusieurs saveurs et consistances. On retrouve aussi des bonbons faits avec une meringue tendre et sucrée.

Les charcuteries ne sont pas des importations, mais attirent autant les Québécois que les immigrants. Ces viandes de qualité viennent du Québec et de l’Ontario, mais sont préparées «comme chez nous», précise l’épicier originaire de Russie.

Charcuteries préparées comme en Russie

Plusieurs pots de légumes marinés selon des recettes spécifiques à chaque pays ornent les étagères. Les feuilles de chou en saumure sont un bon vendeur. Particulièrement délicates, ces feuilles de chou seraient idéales pour confectionner les cigares aux choux dont on raffole en Europe de l’Est.

Grand classique

Dans les congélateurs, on retrouve un classique de la gastronomie russe : les pierogis. Les pierogis sont souvent comparés à des raviolis. Alors que dans les raviolis, la pâte a une place plus importante que son contenu, c’est plutôt l’inverse pour les pierogis, explique Vladimir Gaspariants. Les pierogis s’accompagnent traditionnellement de crème sure, mais pas nécessairement celle du Québec. On peut la remplacer par du yogourt nature, selon ses goûts, propose l’épicier. Ces raviolis russes peuvent être salés ou sucrés. On en retrouve avec de la viande, des légumes et même des fruits! D’ailleurs, leur nom change un peu selon ce que contient le pierogi, son format ou son pays d’origine. Il existe une grande variété de saveurs et de variantes!

Pour l'accomapgnement de ses pierogis, M. Gaspariants propose de remplacer la crème sure par du yogourt nature, qui est une option moins calorique.

L’épicerie Vladimir importe notamment du pain noir, aussi appelé pain de seigle, en provenance d’Estonie. C’est avec un tel pain, une fois fermenté, qu’on obtient le kvas, une boisson pétillante légèrement alcoolisée (moins de 5 %) qu’il est possible de découvrir dans ce commerce. On retrouve également une grande sélection de thés, car les Russes en boivent énormément! Dans les trains qui traversent ce vaste pays, un grand réservoir d’eau chaude (qui s’apparente à un samovar) est accessible gratuitement aux passagers qui désirent infuser un sachet de thé. D’ailleurs, de magnifiques samovars trônent sur une tablette derrière le comptoir de charcuterie du présent local de l’épicerie Vladimir.

En septembre, le nouveau local sur l’avenue Maricourt permettra de tenir plus de produits en magasin et plusieurs nouveautés seront au rendez-vous. Ce local sera plus de deux fois la taille du local actuel, indique l’épicier.

L’épicier Vladimir Gaspariants est également un grand joueur d’échecs reconnu à l’international.

+

Vladimir Gaspariants, champion d’échecs et épicier

«Vladimir Gaspariants est une personnalité échiquéenne de premier plan au Québec», indique d’emblée la Fédération québécoise des échecs (FQE). Il y a 17 ans, M. Gaspariants avait comme aspiration d’enseigner les échecs à Québec; ce qu’il a fait un certain temps par lui-même, à l’Université Laval et au Cégep Garneau.

Initialement, cet entraîneur émérite d’échecs avait loué le local au sous-sol du 3400, chemin des Quatre-Bourgeois pour le diviser en deux : une section pour les échecs et une autre pour l’épicerie.

L’épicerie devait financer le projet à vocation sociale de Vladimir Gaspariants qui était de partager sa passion et son expérience pour les échecs. «Je suis plus un homme social qu’un homme d’affaires», soutient le propriétaire du commerce. Or, il est «tombé dans le piège», avoue-t-il. Tenir un commerce à Québec demande beaucoup d’énergie et d’investissement. En témoigne le défilé de commerces voisins qui sont nés et morts au fil des dernières 17 années, souligne le maître reconnu par la Fédération internationale des échecs (FIDE).

L’épicerie Vladimir a finalement happé toute l’énergie de son propriétaire et le projet d’enseignement des échecs est retombé au point mort, pour l’instant. Vladimir Gaspariants serait heureux de trouver une manière de conjuguer à nouveau ses deux occupations. Il se rappelle encore l’engouement et l’émerveillement des adultes comme des enfants quand il réalisait des parties simultanées, seul menant une vingtaine de parties à la fois!

Selon le classement de la FIDE, Vladimir Gaspariants est présentement 83e au Canada, même s’il est moins actif sur la scène compétitive dans les dernières années. En 2001, il s’est classé 7e au Championnat Invitation Échecs du Canada, en 2002 il remporte le prestigieux Tournoi d’échecs du Carnaval et, en 2004, il était le champion local dans la ville de Québec.

Les samovars remplis d’eau chaude permettent à chacun de remplir sa tasse.