Environ un demi-million d'abeilles récolteront le nectar de la montagne.

Du miel forestier au Massif

M le Miel, une entreprise de Baie-Saint-Paul, installera six à huit ruches sur le site du Massif de Charlevoix cet été.

Près d’un demi-million d’abeilles butineront les fleurs de la montagne, un écosystème forestier qui donnera au miel une couleur, une texture et un goût uniques, selon l’apiculteur responsable Jean-Philippe Desindes. 

Pour l’heure, l’idée est de trouver un emplacement adéquat, d’évaluer la production sur place et de rééquilibrer les colonies au besoin. Une première récolte pourra être goûtée et analysée dès le mois d’août. Un projet d’interprétation de l’abeille, situé à la base de la montagne, permettra de faire connaître les particularités d’un miel artisanal au public à compter de l’été 2020. 

Créer des «produits à la saveur du Massif» est le souhait d’André Roy, vice-président exécutif et directeur général de Groupe Le Massif.  

À droite, Jean-Philippe Desindes, apiculteur et fondateur de M le Miel, en compagnie de Jennie Barrette, co-fondatrice