Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des serres et des champs de fraises à l’île d’Orléans.
Des serres et des champs de fraises à l’île d’Orléans.

Dire qu’on se moquait de la fraise!

Francis Higgins
Francis Higgins
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Depuis près de 45 ans, «l’historien volant» Pierre Lahoud fait le tour du Québec du haut des airs afin d’en immortaliser la beauté et l’histoire. Il propose maintenant une série de clichés sur l’agriculture dans la Belle Province. Aujourd’hui, des serres et des champs de fraises à l’île d’Orléans.

«Cette production de fraises est l’une des plus grosses à l’île d’Orléans. Sur cette photo, on voit le déshabillage des fraises en début de saison pour permettre au soleil de les éclairer. Jusqu’à la fin du 19e siècle à l’île, on cultivait de façon autarcique ou pour les marchés de Québec. Toutefois, il n’y avait pas de cultures spécifiques. Or, dès la fin du 19e siècle, des cultivateurs ont décidé de se lancer dans la culture de la fraise et de l’introduire sur l’île. À l’époque, ces cultivateurs étaient regardés avec beaucoup, beaucoup de scepticisme par leurs collègues qui y voyaient une culture risquée, dangereuse et mal avisée», raconte M. Lahoud.

«Pourtant, la culture de la fraise est aujourd’hui l’un des fleurons de ce territoire! Ça fait maintenant partie du mythe de l’île grâce à des producteurs qui ont osé innover à l’époque. Et c’est un peu ce qui continue de se faire sur l’île : il y a de petits producteurs qui commencent à proposer des choses différentes des autres et de la manière uniforme de cultiver.»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info : pierrelahoud.com

Des serres et des champs de fraises à l’île d’Orléans.
Pierre Lajoud en plein vol!