Les Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie, appelées commuménent <em>brandy pot</em>, dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Rivière-du-Loup.
Les Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie, appelées commuménent <em>brandy pot</em>, dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Rivière-du-Loup.

Des repaires de contrebandiers!

Chaque semaine, l’historien «volant» Pierre Lahoud dévoile au Mag les secrets derrière ses plus belles photos du Québec. Cet été, il nous fait découvrir les «îles au trésor» qu’il explore du haut des airs depuis près de 40 ans. Aujourd’hui, les Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie, appelées commuménent brandy pot, dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Rivière-du-Loup.

«À l’époque, ces îles étaient des repaires importants pour faire la contrebande d’alcool. Pendant des années, une grande partie des îles du Saint-Laurent était des territoires de contrebandiers, raconte M. Lahoud. C’était facile : leurs bateaux partaient de Saint-Pierre-et-Miquelon chargés de rhum, arrivaient ici avec des goélettes qui s’échouaient sur les berges de l’île, déchargeaient leur marchandise puis repartaient. C’était des endroits parfaits, isolés, où la garde côtière et la police n’allaient jamais. Ç’a prospéré pendant des années.»

«Ce qui est bien, c’est que l’endroit est devenu une destination touristique très recherchée. La compagnie propriétaire (Société Duvetnor) en a fait une espèce d’auberge où les gens vont vivre la sensation d’être gardien de phare. C’est une belle histoire!»

Propos recueillis par Francis Higgins

Info : pierrelahoud.com

+

À VOIR AUSSI
Harrington Harbour, la grande séductrice
Une île arc-en-ciel…
La malédiction du Rocher aux oiseaux
La leçon de Henry de Puyjalon
Une image de résistance
Cherche aide pour déménager phare…

Les Îles-du-Pot-à-l’Eau-de-Vie, appelées commuménent <em>brandy pot</em>, dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Rivière-du-Loup.