CluedUpp fonctionne par géolocalisation avec vidéos, questionnaires en ligne et cartes qu’il faut examiner à l’aide d’un téléphone intelligent muni de l’application CluedUpp Detective.

Des détectives amateurs dans les rues du Vieux-Québec samedi

C’est ce samedi 10 août 2019 que plusieurs centaines de détectives amateurs devraient arpenter les rues du Vieux-Québec à la recherche d’indices et de suspects pour CluedUpp, un meurtre et mystère virtuel et grandeur nature dans les rues de la ville. Il semble que les Québécois n’ont pu résister à la tentation de jouer les «Sherlock Holmes en herbe» puisque l’événement affiche complet.

Le Soleil annonçait en mai la tenue de cette enquête virtuelle de type «Clue format géant» où il faut partir àa la chasse aux indices, témoins et suspects pour résoudre une complexe affaire de meurtre. Le tout avec une touche techno à la Pokémon GO (sans réalité augmentée, cependant) puisque le jeu fonctionne par géolocalisation avec vidéos, questionnaires en ligne et cartes qu’il faut examiner à l’aide d’un téléphone intelligent muni de l’application CluedUpp Detective.

C’est le premier été où l’entreprise britannique CluedUpp tient un événement dans la Belle Province et au Canada. Montréal aura son tour le 31 août.

Au total, 296 billets d’équipe ont été vendus en vue de l’aventure de Québec. Le nombre de participants dans chaque équipe peut varier de deux à six. On peut donc imaginer que de 592 à 1776 apprenti inspecteurs se présenteront dans le vieux quartier samedi. Au prix de 65 $ à 80 $ par groupe, l’affaire devient lucrative, considérant qu’aucun employé de CluedUpp ne sera sur place. Tout est fait virtuellement, via l’application, à distance.

Devant cette popularité, le concept est-il appelé à revenir à Québec? «Tous nos événements canadiens se vendent vraiment bien et les villes dans lesquelles nous sommes allés ont hâte que nous y retournions», se limite pour le moment à dire Nicki Tyrrell, de CluedUpp.

L’enquête de CluedUpp baptisée «Sneaky Finders» est  inspirée de la télésérie britannique «Peaky Blinders». Cette dernière raconte les péripéties d’un caïd (interprété par l’acteur irlandais Cillian Murphy, au centre) déterminé à grimper les échelons du crime organisé, dans l’Angleterre des années 1920.

Déguisés en Peaky Blinders

Le Vieux-Québec risque de devenir encore plus charmant qu’à l’habitude puisque tous les participants sont invités à se costumer dans le style des années 1920. En effet, l’enquête baptisée Sneaky Finders est directement inspirée de la télésérie britannique Peaky Blinders. Cette dernière raconte les péripéties d’un caïd (interprété par l’acteur irlandais Cillian Murphy) déterminé à grimper les échelons du crime organisé, dans l’Angleterre de l’après-guerre.

Pourquoi tenter de résoudre cette affaire? Pour l’honneur de la victoire, rien d’autre. Aucun prix en argent ne sera remis aux vainqueurs, contrairement à la chasse au trésor Gold Rush Canada, un autre événement du genre qui dissimule 80 000 $ dans certaines villes canadiennes, dont Ottawa et Montréal (mais pas Québec). CluedUpp offre toutefois des médailles à l’équipe la plus rapide, la mieux déguisée, à celle au surnom le plus original, entre autres.

À LIRE AUSSI : Chasse au trésor Gold Rush Canada: une Ottavienne gagne 80 000 $

À noter, le jeu est uniquement offert en anglais. La compagnie aimerait l’adapter dans la langue de Molière, mais pas avant l’année prochaine.

Événement surprise

À l’Office du tourisme de Québec de même qu’à la Ville, c’est avec surprise qu’on a appris par Le Soleil la future tenue de cette activité. Aucune demande de permis ni annonce n’avait été faite auprès des deux organismes. Ces derniers sont toutefois loin de s’en formaliser, bien au contraire.

«Selon notre compréhension de l’événement, celui-ci ne requiert aucune utilisation physique du domaine public (fermeture de rues, utilisation longue durée d’un espace public, etc.). Le cas échéant, la Ville n’a pas de permis particulier à délivrer. Il sera toutefois important, si des sites sont utilisés, que les autorisations soient demandées aux propriétaires ou gestionnaires de lieux», avait expliqué au printemps Rose-Marie Ayotte, conseillère en communication à la Ville.

Du côté de l’Office de tourisme, on a même ajouté «avec plaisir» l’événement au calendrier des activités du site Internet.