Le camion de cuisine de rue du Chic Shack

Cuisine de rue: camion à vendre sur Kijiji

Camion cuisine entièrement équipé à vendre pour 60 000 $. Seulement trois étés d’opération au Québec. Le Chic Shack se départit de son camion de cuisine de rue pour se concentrer sur son restaurant de la rue du Fort, dans le Vieux-Québec.

L’annonce paraît depuis quelques jours sur Kijiji. Elle décrit un «superbe» camion cuisine entièrement équipé pour effectuer un service de restauration rapide en mode festival, un service à domicile «ou autre selon vos activités».

Le camion, qui a fait l’objet de plusieurs améliorations au fil des ans et dont les équipements fonctionnent principalement au gaz propane, peut opérer de façon autonome pour environ quatre jours consécutifs, précise-t-on encore.

Au bout du fil, mercredi, le chef du Chic Shack, Mikael Garneau, a expliqué que la décision de se départir du camion était davantage une «décision d’affaires» qu’un «pied de nez» à la Ville de Québec. 

«On veut se concentrer sur des opérations plus payantes, soit sur notre restaurant dans le Vieux-Québec. Le food truck aura surtout été un outil de marketing. […] Pour nous, avec les enjeux de main-d’œuvre qu’on connaît en plus, c’était plus avantageux de s’en départir», a exposé M. Garneau.

Succès mitigé

Au-delà d’être une décision stratégique d’entreprise, la vente du camion cuisine du Chic Shack n’est pas étrangère au succès mitigé qu’a connu le restaurant dans le projet pilote de cuisine de rue à Québec, convient Mikael Garneau.

«C’est sûr qu’il y a un peu de ça. Nos chiffres à la fin de l’année montraient que les efforts versus le gain, ce n’était pas avantageux. Pour nous, c’était un peu comme un coup d’épée dans l’eau. Ce n’est pas nécessairement ce qu’on envisageait. […] Oui, la Ville va faire des ajustements, mais c’est trop tard pour nous, pour notre planification», explique-t-il. 

Le Chic Shack compte parmi les trois restaurateurs qui ont mis un terme à leur aventure dans le projet pilote de cuisine de rue à Québec avant la fin de la première saison. Le camion Food Fighters 504 et celui des Recettes paumées ont également jeté l’éponge, essentiellement en raison des sites choisis par la Ville.

En septembre, Mikael Garneau expliquait avoir l’impression de faire davantage une cuisine de parc qu’une cuisine de rue et de ne pas être près de la clientèle cible. 

En juillet dernier, un mois après la mise en place du projet pilote, la Ville de Québec a fait passer de 13 à 5 le nombre de sites de cuisine de rue à la suite d’une demande des propriétaires de camion restaurant. 

Les sites choisis étaient essentiellement des parcs en banlieue (la base de plein air de Sainte-Foy, le parc de la plage Jacques-Cartier, le secteur de l’étang de la Côte, dans Beauport, le domaine Maizerets et le parc Victoria). 

Les quatre propriétaires de camion cuisine qui sont demeurés dans le projet pilote jusqu’à la fin souhaitent maintenant s’établir sur des sites plus achalandés, près du fleuve et des endroits touristiques.