Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Guidée par la règle des 5R, je me suis mise à la recherche de solutions écologiques qui me permettront de refuser mes anciennes habitudes.
Guidée par la règle des 5R, je me suis mise à la recherche de solutions écologiques qui me permettront de refuser mes anciennes habitudes.

Changer ses habitudes, un geste durable à la fois

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
VERS LE ZÉRO DÉCHET / Puisque la pandémie a chamboulé nos habitudes, c’est le bon moment d’en prendre de nouvelles… et pourquoi pas des meilleures? Chaque mois, j’adopte une nouvelle habitude pour réduire ma production de déchet. Comme journaliste et citoyenne, j’ai vu s’implanter et se multiplier les initiatives pour rendre le mode de vie zéro déchet accessible. Je vous propose ce nouveau rendez-vous mensuel afin d’explorer les différentes manières de tendre vers le zéro déchet, un petit geste durable à la fois.

La règle des 5R

Comme plusieurs, je traîne mes sacs réutilisables, je recycle et, autant que possible, j’achète des articles de seconde main. Somme toute, j’intègre bien les R de recycler et de réutiliser faisant partie de la règle des 5R qui guide le mode de vie zéro déchet. Le temps est venu de m’attaquer à un troisième R : refuser.

En fait, Refuser est le premier R de cette règle proposée par la blogueuse et auteure Béa Johnson. Et l’ordre est important. En refusant ce dont on n’a pas besoin et en refusant les produits suremballés ou à usage unique, on aura moins de matières à Réutiliser, à Recycler et à Rendre à la terre par l’entremise du compost.

C’est également le but du deuxième R, Réduire, qui encourage à revoir à la baisse nos habitudes de (sur)consommation afin de produire moins de matière résiduelle.

Guidée par cette règle, je me suis mise à la recherche de solutions écologiques qui me permettront de refuser mes anciennes habitudes.

Le détergent à lessive : un premier pas facile

Arrivée au fond de mon gallon de détergent à lessive, je me suis dit que celui-ci serait mon dernier. Le savon à lessive est un produit qu’on n’achète pas toutes les semaines. On peut donc se permettre plus facilement de faire un détour pour acheter ce produit en vrac.

J’ai d’abord identifié les points de vente les plus près de chez moi. Je savais que La Récolte sur l’avenue Cartier était une option et j’ai découvert que la pharmacie Uniprix au coin de l’avenue Belvédère et du boulevard René-Lévesque vend aussi des produits ménagers en vrac.

Pour s’approvisionner au Uniprix en produits PureNature, il faut acheter une première fois le contenant de cette marque qu’on réutilisera à chaque visite.

Chez La Récolte, on peut apporter les contenants de son choix préalablement lavés. On les pèse, on note leur poids et on va les remplir du produit désiré. La boutique peut aussi vous prêter des contenants (consigne de 2 $). Elle offre également un service de livraison et de cueillette, dont vous trouverez les détails sur leur site Web.

Chez La Récolte, on peut apporter les contenants de son choix préalablement lavés.

Ici, le détergent vendu en vrac est celui de la marque PURE. Ça ressemble drôlement au nom de la première marque, non?

PureNature et PURE se distinguent surtout dans la manière de procéder, car elles appartiennent au même fabriquant : Total Fabrication Inc., une usine située à Saint-Alexandre-de-Kamouraska qui développe, fabrique et emballe des produits ménagers écologiques.

Les produits PureNature sont offerts chez des bannières telles Uniprix, Familiprix et Proxim. Lancée il y a deux ans et demi, PureNature répond aux besoins de standardisation de ces pharmacies, alors que les produits PURE sont vendus dans des commerces locaux et indépendants, explique Jennyfer Hodgson, directrice des communications et du marketing chez Total Fabrication.

Les produits PureNature sont offerts chez des bannières telles Uniprix, Familiprix et Proxim.

PURE et Bionature sont les marques les plus fréquemment rencontrées dans les boutiques qui vendent des produits ménagers en vrac, souligne la propriétaire de l’Atelier en Vrac de Stoneham, Lucie Trahan, qui tient en magasin cette autre marque locale d’un fabriquant différent.

En discutant avec elle de l’efficacité des savons écologiques, Lucie Trahan m’a fait remarquer qu’on peut facilement faire ses propres tests dans les boutiques comme la sienne qui permettent de remplir les contenants de son choix, en achetant d’abord une petite quantité afin de vérifier que le produit répond à nos besoins.

Avec ce conseil en tête, j’ai lavé mon gallon de détergent acheté à l’épicerie et fait ma première récolte de savon à lessive en vrac sur l’avenue Cartier. Leur produit a passé le test pour moi. Une fois convaincue, je suis retournée remplir un deuxième contenant afin d’être certaine de ne pas être prise au dépourvu et de ne pas retomber dans mes vieilles habitudes.

En plus du détergent à lessive et des assouplisseurs en vrac de marque PURE, La Récolte vend les ingrédients nécessaires pour fabriquer son savon à lessive en poudre. Il existe plusieurs recettes faciles sur Internet, indique Sylvia Beaudry, gérante de cette boutique. Notamment, celle partagée par la blogueuse et auteure Elisabeth Simard dans une vidéo publiée en 2017. «Écoamical, simple et frugal», sa recette n’utilise que quatre ingrédients : bicarbonate de soude, cristaux de soude, sel d’Epsom et sel de table.

La Récolte vend les ingrédients nécessaires pour fabriquer son savon à lessive en poudre.

Ces déchets plus discrets

Enfin, il y a les déchets qu’on n’observe pas directement au quotidien comme le microplastique. À chaque lavage, les fibres synthétiques qui composent nos vêtements relâchent des microparticules dans l’eau. Celles-ci sont si petites qu’elles échappent souvent aux filtres et aux traitements des eaux usées. Le microplastique se répand ensuite dans nos rivières, nos fleuves, nos océans et bien au-delà.

Particules de plastique que j’aie trouvées au bord du Laguna de Rocha, un paysage protégé, en Uruguay (2019).

Pour produire moins de microplastique avec notre lessive, on peut réduire la fréquence à laquelle on lave son linge. À l’avenir, on peut aussi préférer les vêtements en fibres naturelles.

Personnellement, depuis que je télétravaille et que mes interactions sociales sont réduites à l’essentiel, j’ai facilement réduit la fréquence de mes lessives; faut voir le bon côté!