La température est descendue à -0,2 °C le 19 septembre dernier au vignoble.

C’est parti!

CHRONIQUE / Les vendanges sont lancées dans la majorité des vignobles de la province! Pour l’occasion, je vous propose une activité des plus intéressantes pour vibrer vous aussi au rythme de l’effervescence vigneronne!

Côtes du rhône villages 2015, Les Cassagnes, La Nerthe
26,05 $ • 13992854
14 % • 3,8 g/l 

J’attendais l’arrivée de cette nouveauté en SAQ avec grande impatience. Cet assemblage bio composé de grenache (60 %), syrah (30 %) et mourvèdre (10 %) est une véritable infusion aromatique mettant en exergue la garrigue et la cerise noire. Du beau jus super bien fait, costaud et étoffé. Avec un tel volume, un tel grain de tanin et une telle texture, on en redemande. À découvrir, résolument! En ligne, sur SAQ.com.

Bourgogne 2017, La Sœur Cadette, Valentin Montanet
25,40 $ • 11460660
13 % • 2,1 g/l

Jean et Valentin Montanet travaillent leurs vignes en agriculture biologique et œuvrent le plus naturellement possible à la cave. L’expression du chardonnay se fait ici aérienne, minérale et fruitée, notamment sur la nectarine et la pomme verte. C’est net, salin et tout en fraîcheur — parfaitement indiqué pour lancer l’apéro ou accompagner un guacamole.

Côtes du rhône, Les abeilles, Jean-Luc Colombo
18,50 $ • 14 077 228
13 % • 2,3 g/l 

Ce côtes du rhône blanc, issu d’un assemblage de clairette, roussanne et grenache blanc, produit par le Domaine Jean-Luc Colombo, est présentement en conversion bio. Pourquoi Les Abeilles? Parce que Jean-Luc verse, pour chaque bouteille vendue, un montant à une association de défense de l’environnement.

Le vin présente une belle richesse aromatique et un fruit bien mûr. Au-delà des notes de miel, d’abricot et de vanille, une certaine finesse se dégage du nez. Joli blanc de caractère au ton énergique et aux airs de famille avec un crozes-hermitage (pour une fraction du prix!). Beaux duos à prévoir avec le maïs grillé et les dernières grillades sur le BBQ.

Vigneronne en herbe : semaine 19

Tout l’été, vivez avec moi mes aventures d’apprentie vigneronne au Domaine Bergeville dans les Cantons-de-l’Est!

Ça y est! La plupart des vignerons ont donné le coup d’envoi des vendanges. Timidement, car cette année, l’ensemble du vignoble accuse un retard de deux semaines. Mettez ça sur la faute du printemps tardif et la fraîcheur de juin.

La dernière semaine qu’on a connue s’est déroulée en dents de scie — à commencer par le gel du 19 septembre qui a donné des sueurs froides à certains vignerons et qui en a écorché d’autres. Ils sont peu à en parler, mais certains ont connu des conséquences dramatiques avec la perte intégrale du feuillage sur certains cépages. Chez Bergeville, où le thermomètre est descendu à -0,2 °C, il y a eu un peu de dommage sur le feuillage dans les zones qui n’étaient pas couvertes par la tour à vent. Mais rien qui ne devrait trop entraver le mûrissement des fruits.

Beaucoup d’espoirs reposaient sur les beaux jours annoncés de la fin de semaine dernière, afin de rattraper le retard de maturité. Le vigneron, Marc Théberge, souligne que si la chaleur a effectivement été au rendez-vous, il manquait toutefois de lumière : « Habituellement, on déclenche les vendanges à 1050 degrés-jour [NDLR : somme des températures supérieures à 10 degrés Celsius pendant l’année]. Cette année, nous n’aurons d’autre choix que de commencer avant, puisqu’on est présentement à 980 degrés-jour [NDLR : en date du 23 septembre] à Hatley. »

Force est d’accepter que, ce millésime, la maturité des baies ne pourra être constatée que dans les régions les plus chaudes, exprime le vigneron. « Cette année, c’est là qu’on verra les vrais vignerons se démarquer de ceux qui font des recettes », lance-t-il.

Vendangeurs en herbe recherchés !

Vous rêvez de vivre la frénésie des vendanges? C’est le moment ou jamais de vous manifester! Nul besoin de prendre un billet pour la France pour vivre cette expérience aussi joyeuse que conviviale, puisque de nombreux vignobles d’ici sont à la recherche de vendangeurs bénévoles. 

Certains donnent un petit goûter, voire un dîner ou un souper, incluant un verre de vin ou une dégustation de plusieurs produits. D’autres offrent même des animations ou des chansonniers. Dépendant de où vous allez, l’expérience sera gratuite ou demandera de débourser un petit montant pour défrayer les petits à-côtés.

Évidemment, il faudra réserver votre place. Pour plus d’information au sujet du fonctionnement et des dates, rendez-vous sur le site web ou la page Facebook des vignobles ou appelez-les directement. 

Du pur plaisir garanti!