Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François-Olivier Roberge
Collaboration spéciale
François-Olivier Roberge

Quel type de coureur êtes-vous?

Article réservé aux abonnés
CADENCE / Cadence est la nouvelle chronique bimensuelle du Mag qui donnera la parole aux sportifs de tous les calibres! Elle mettra en lumière un mode de vie actif et proposera même une section «courrier des lecteurs». Ainsi, votre participation et celles d’experts invités bonifieront chaque thème. Ce printemps, la course à pied sera notre centre d’attention. Parlons motivation, équipement, performance, nutrition, entraî­nement, etc. Le terrain de jeu est vaste!

Une godasse, une autre godasse, hop sur le bitume. On se croise, on s’envoie la main. C’est la norme. Le code. J’aime vous voir courir. Vous êtes beaux. Uniques. À toutes celles et à tous ceux qui ont opté pour un mode de vie actif, nous sommes curieux de savoir ce qui vous anime! Ouvrons la discussion, ici, dans ces pages.

Vous êtes présents, pour chacune de mes courses. À défaut de connaître vos motivations, je l’avoue… je vous classe, vous les protagonistes de mes sorties, selon votre «type» de coureuse et de coureur.

Il y a les vétérans. Pas léger. Regard déterminé. Ils se sont mis à la course bien avant qu’elle soit à la mode, influencés notamment par les Olympiques de 1976. J’étais en poussette et ils arpentaient déjà les rues de leur quartier, et leur quartier a bien changé depuis.

Il y a les collectionneurs de chandails officiels des courses organisées. Descente royale 2017. Défi des escaliers 2016. Marathon SSQ 2018… À cette catégorie se greffent les Ironman qui ne peuvent mystérieusement s’habiller que de vêtements marqués de l’homme de fer rouge.

Il y a la souriante salueuse. Tous devraient envoyer la main aux amis coureurs. La souriante salueuse, elle, ne se contente pas de présenter la paume, non, elle lance un «Allô!!» à toutes et à tous avec la même énergie. Les plus chanceux peuvent même espérer un «bonne course!».

Il y a les selfies. Ils sortent d’une story d’influenceurs. Les mannequins d’une vitrine de boutique de sport. J’adore voir les couples de selfies. On lit toute leur ambition dans leur souci d’avoir le bon équipement pour chaque condition météo. Vent d’ouest de 20 km/h sera de face en deuxième moitié de sortie, pluie fine, 5 degrés Celsius. Les selfies ont ce qu’il faut : le manteau juste assez épais, mais pas trop, les petits gants juste assez épais, mais pas trop, hésitation pour la tuque et c’est le bandeau qui l’emporte finalement, juste assez épais, mais pas trop.

Notre chroniqueur François-Olivier Roberge se classe parmi les chauffeurs de taxi. Le «type» de coureur qui a plusieurs tours dans son sac pour mettre toutes les chances de son côté.

Plusieurs guerriers. Les guerriers ont rarement l’air contents. Ils foncent tête baissée. Le guerrier est un bœuf musqué. Un char d’assaut qui roule à l’année. Les guerriers nous font sentir coupables, nous qui les regardons de la fenêtre du salon lorsque la météo nous a convaincus de nous servir un deuxième café au lieu de prendre les armes.

Il y a les navetteurs. Sac à dos. Quatre saisons. Ce spécimen est son propre véhicule. On souhaite à leurs collègues que le bureau soit doté d’une douche. Les navetteurs ont dû se redéfinir en période de confinement. Les quelques pas vers le bureau du sous-sol ne suffisaient plus.

Il y a les chauffeurs de taxi qui trimbalent leurs enfants partout en poussette. J’en suis. Les chauffeurs d’expérience ont plusieurs tours dans leur sac pour mettre toutes les chances de leur côté. Leurs sièges sont en classe affaires avec collation, divertissement et discussions animées. Le pop-corn est inclus pour les longues sorties.

Il y a les élites. Petites cliques d’Elfes se rassemblant à l’avant du peloton dans les courses organisées. Ils se connaissent entre eux. Ils planent au-dessus des parcours. Ils ne sont pas des mortels comme nous. Les élites peuvent être intimidants par la détermination qui leur transperce le regard, mais ils s’avèrent doux, inoffensifs et adorent (!!) parler de course.

Il y a les remises en forme. Ils désirent perdre du poids ou retrouver une vie active et l’entraînement fait partie de leurs outils. Leur foulée n’est pas toujours la plus gracieuse, mais ils remportent la palme de la volonté.

Voyez le genre? J’en oublie sans doute. Les Phoebe Buffay, les loups solitaires, les meilleurs amis du chien, les «Go Go Gadgets»…

Ces catégories se combinent pour autant d’unicité que de personnes croisées! La guerrière-selfie-élite. Le remise en forme-navetteur. La chauffeuse de taxi-élite-selfie-souriante salueuse! Nul doute que les motivations qui vous animent sont, à votre image, empreintes de singulières originalités.

+

COURRIER DES LECTEURS

Votre pièce d’équipement préférée?

Le printemps est bien installé. Les boutiques de sports sont assaillies par les coureurs depuis déjà quelques semaines. Je regarde le fil de certains groupes Facebook consacrés à la course. Les questions y sont parfois des plus pointues et les réponses fusent! Comme quoi le sujet passionne :

«Depuis pas mal d’années je cours avec des New Balance fresh foam 1080. Mais là, j’hésite avec cette semelle pas mal plus épaisse…»
«La meilleure montre pour la course, sans avoir trop de gadgets? Je vise plutôt un modèle de base qui va me permettre de faire des intervalles.»
«Je suis à la recherche de leggings pour courir pendant ma grossesse…»

Comme première question, commençons donc par la base, par un sujet qui anime les pros et les débutants : quelle est votre pièce d’équipement de course préférée? Et pourquoi?

Maximum 150 mots. Soyez créatifs. Mettez-y du cœur. On recherche des textes allant de la déclaration d’amour pour une pièce d’équipement jusqu’au texte plus technique décrivant avec précision les avantages d’un tel produit. Laissez-nous entrer dans votre intimité de coureuse et de coureur.  Faites parvenir vos missives à foroberge@lesoleil.com d’ici le 25 avril.

Hâte de vous lire! Partagez! Ces deux pages bimensuelles sont à nous! À nous d’en faire une aventure incontournable.

+

QUI EST NOTRE NOUVEAU CHRONIQUEUR?

Après une carrière en patinage de vitesse l’ayant mené à deux Jeux olympiques, François-Olivier Roberge a travaillé comme journaliste au Soleil jusqu’en 2014, où il a notamment signé une série de chroniques hebdomadaires sur les sports olympiques. Il est de retour avec Cadence, une rubrique qui donne la parole aux sportifs de tous les niveaux.