Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Notre chroniqueur François-Olivier Roberge au pas de course sur la route 132.
Notre chroniqueur François-Olivier Roberge au pas de course sur la route 132.

Ces parcours que l’on aime

François-Olivier Roberge
François-Olivier Roberge
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
CADENCE / Je te côtoie sous différentes identités : M. Marie-Victorin, Mme Route du Fleuve, M. Guillaume-Couture. La rumeur veut que tu changes de nom 156 fois* de Dundee à Sainte-Flavie en passant par ta boucle gaspésienne. Chère route 132, tu es mon incontournable, mon ancrage. Foulée après foulée.

Enfant, tu étais ma limite territoriale. Ma terre interdite. Tu nous séparais de ce dépanneur, nous à ton nord, la confiserie bas de gamme à ton sud, avec ses Oh Henri! et ses jujubes à 1 cenne pigés main nue dans les jarres. Maman, papa, oui, on a parfois désobéi. Oli, Alexandre, Francis et Seb. Tous coupables d’avoir fait la grande traversée.

On se tutoie depuis mon adolescence, alors qu’à l’époque, déjà, tu as partagé mes confidences et ma sueur. Les sorties à vélo passaient inévitablement sur ta voie. Toujours la même boucle bien lacée. Jamais je ne me suis lassé.

Je t’ai quittée pendant une décennie, occupé à me lancer dans ma vie de jeune adulte en appartement «en ville» à courir sur les Plaines et entre les passants sur Cartier. Puis, la famille, puis le retour aux sources. Comme on se retrouve. J’ai troqué le vélo pour les godasses et j’ai pris quelques rides.


« Départ vers l’ouest et toujours vers l’avant. Le fleuve au nord, les montagnes le surplombant. Le regard se perd à l’horizon. La méditation peut commencer »
François-Olivier Roberge


Toi, toi, tu rajeunis. Tu te modernises. Tu es méconnaissable à Saint-Romuald, où tu as d’ailleurs changé de nom. Mais tu restes la même à l’ouest du village de Saint-Nicolas, et à mes yeux, c’est bien là où tu es la plus radieuse. C’est là où je vais lorsque mon petit quartier me blase.

Pour une sortie de 5 km en partant de chez moi? Je connais différents parcours pour réaliser la distance au mètre près, plus fiable que mon GPS. Redondance... J’adore notre vie de banlieue (vraiment!), mais quand j’ai besoin de prendre le large, je lève les voiles et je m’élance sur la Route des Navigateurs, la 132.

Départ vers l’ouest et toujours vers l’avant. Le fleuve au nord, les montagnes le surplombant. Le regard se perd à l’horizon. La méditation peut commencer. De champ en champ. Le souffle constant. Le son des pas comme métronome. Un tapis se déroulant avec une rassurante régularité, du printemps à l’automne.

Dans les dernières années, je t’ai découverte vers l’est, de Saint-Michel-de-Bellechasse à Saint-Vallier où tu continues de m’éblouir par ta proximité avec l’eau, par tes couchers de soleil et par tes charmants villages.

Salutations, chère amie. On se voit bientôt, avant ou après les crêpes dominicales.

*Note : comme je n’ai pas trouvé l’information officielle, j’ai mandaté ma belle-mère de dénombrer les noms attribués à la 132 sur plus de 1600 km. Son décompte : 131 noms! Quelques-uns se répètent pour un total de 156 segments. Merci belle-maman!

*****

IMPARFAITE

C’est pas toi, je te jure, ce sont tes véhicules. Depuis un an, mes plus proches rapprochements avec des inconnus auront été sur ton accotement, frôlé par des automobilistes distraits ou irresponsables. Si seulement les autos pouvaient avoir la crainte du virus. Distance ou je te souffle sur le pare-brise.

*****

LES PARCOURS FAVORIS DE TROIS COUREURS

Ils courent quelques fois par semaine et bien qu’ils varient leurs circuits, ces trois coureurs de Québec ont un dada pour leur paysage de prédilection.

Guillaume Rioux sur l'anneau des plaines d’Abraham.

Les plaines d’Abraham
«Avec l’arrivée de la pandémie et du confinement, je me suis mis plus intensément à la course à pied. Je suis rapidement tombé en amour avec ce sport, un genre de méditation en mouvement durant laquelle on met le reste de notre vie sur pause le temps d’une sortie. J’aime aussi sa variété : courir plus longtemps ou moins longtemps, courir plus vite ou plus lentement, courir sur route, sur piste, en sentier, en montagne… Mon spot de prédilection : les plaines d’Abraham, qui offrent plusieurs de ces possibilités en plein cœur de notre belle ville. Je peux y courir sur route ou en sentiers avec ses différents parcours vallonnés. Je peux y faire du dénivelé dans les escaliers du Cap Blanc et dans la Côte Gilmour. J’adore surtout y faire des entraînements de “vitesse” sous forme d’intervalles sur son anneau. Dans la dernière année, j’ai aussi couru deux marathons sur cet anneau. Une trentaine de tours consécutifs et surtout un bon test de résilience! C’est d’ailleurs vers ce même anneau des Plaines que je courais chaque jour pour aller pratiquer au football à mes débuts en secondaire 4. M’y revoilà 16 ans plus tard, toujours à la course, comme quoi il y a des endroits marquants dans une vie qui deviennent des ancrages importants!»
Guillaume Rioux

+

Mireille Roberge le long de la rivière Saint-Charles.

Les rives de la Saint-Charles
«Dans mes conversations Messenger, ça jase de course à pied pas mal souvent. Je revois encore cette conversation avec Marie-Luce et Dominique: “Envie de vous stationner au Lac Saint-Charles et revenir dans Limoilou en courant?”. Le point d’interrogation est presque inutile. Pffff, on sait qu’on y sera et que le plaisir va s’étirer sur 32 kilomètres. Le sentier linéaire de la rivière Saint-Charles, c’est comme un beau gros cadeau pour les coureurs de Québec. Depuis quelques années, mon cœur (et mes jambes!) craque pour les racines, les roches et les parcours remplis de petites surprises pour mes yeux et pour mes mollets. Pour une petite sortie courte, sur semaine, ou pour une “longue” du samedi matin, c’est un parcours vraiment intéressant. Et peu importe le temps que j’y passe, je me répète tout le temps que je suis chanceuse d’avoir ce sentier en pleine ville. Alors Dominique et Marie-Luce, on remet ça?»
Mireille Roberge

+

Simon Gauthier sur le bord du fleuve à Lévis.

Le chemin du Fleuve à Saint-Romuald
«La piste cyclable qui longe le chemin du fleuve à Lévis est mon endroit préféré pour aller courir. Ayant très peu de dénivelés, c’est parfait pour les plus longues sorties. Quand je fais mes entraînements par intervalles avec des côtes, j’aime beaucoup la boucle sur le chemin du fleuve entre la Marina de La Chaudière et la Côte Rouge. Bien que je cours régulièrement sur la piste cyclable, j’ai toujours un doux sentiment quand je m’y retrouve. Comme si j’étais en vacances dans une autre ville et que je partais découvrir les environs lors d’une course matinale avant de revenir déjeuner avec ma blonde et mes enfants. Chaque fois, je m’émerveille devant les différents panoramas que je croise. J’admire toute la beauté et la grandeur du fleuve, ses berges avec ses oiseaux et ses bateaux, les belles maisons colorées et diversifiées, l’incroyable parc de l’Anse-Tibbits, le Quai Paquet, etc. Le temps d’une course, je ressens la quiétude et je réalise que c’est beau chez nous!»
Simon Gauthier

+

Mon coup de cœur
Une fois par année, tôt le matin, une journée tranquille de week-end alors que les automobilistes font la grâce matinée, partir de Saint-Nicolas près du Golf Stastny. Les yeux rivés vers l’ouest, n’arrêter ses pas que devant l’église de Saint-Antoine-de-Tilly, après 21,1 km. La famille à l’accueil de ce demi-marathon qui se doit d’être récompensé par un brunch à la Crêperie du Côté de chez Swann. Crêpe repas et (!!) crêpe dessert en succombant pour la banane-érable-citron!

*****

COURRIER DES LECTEURS

Vos coups de cœur!

La haute ville
«Mon parcours de prédilection se passe en haute ville tôt le matin, la fin de semaine, quand la ville est encore paisible et que le fond de l’air est encore frais. Je remonte le boulevard Laurier vers les Plaines, je bifurque sur les Plaines pour profiter de notre plus beau parc en ville avec vue sur le fleuve jusqu’au Concorde. Mon retour passe par l’avenue Cartier, où la vie des petits commerces commence à s’activer. En passant par Crémazie, je vais chercher Père-Marquette et je suis la voie réservée jusqu’à Eymard, à travers les beaux quartiers de Montcalm et Saint-Sacrement. Le tout pour un 8 à 10 km dépendant de mes inspirations du moment.»
Vincent Marquis, Québec

Stoneham
«Stoneham offre de merveilleux parcours pour tous les types de coureurs. La Grande Ligne, reliant l’Église St-Peters au lac Delage, est idéale pour se tester un peu tout en appréciant la beauté des Marais du Nord à l’aller et celle des montagnes au retour. Quand les jambes sont bonnes pour quelques mètres de dénivelé, j’y ajoute un tour du magnifique lac. Pour les entraînements de D+, la vue du sommet des Chalets alpins vaut assurément tous les rictus causés par l’ascension de ces interminables S. Mon coup de cœur : le chemin Crawford. Ce court segment menant à Talbot s’entame sur un petit pont de bois surplombant la rivière des Hurons. À sa sortie, une haie d’arbres matures nous enveloppe, laissant ensuite s’imposer au loin le mont Wright. Aux abords de l’étroite rue, des chevaux font office de spectateurs. C’est tout simplement magnifique!»
Marie-Michèle Fouint, Stoneham

Parc Les Saules
«Mon coin de paradis se situe au Parc Les Saules. Je fais mes entraînements de vitesse sur la promenade Champlain, mais lorsque je dois recharger mes batteries psychologiques et physiques, j’apprécie la course en sentier. Accessible, propre et peu achalandé, une course longeant la rivière Saint-Charles me permet de mettre la musique rock de côté pour celle des oiseaux. Sans trop tourner en rond, je peux courir 30 minutes, et si je veux augmenter la distance, j’ai le choix : vers la ville où je vais rejoindre la piste cyclable à Vanier ou vers le nord où je peux courir jusqu’au lac Saint-Charles. En regardant les canards sur la rivière, vous oublierez que vous êtes en pleine ville.»
Jean-David Gagné, Québec

Entre la haute et la basse ville
«J’adore ce parcours qui fait le lien entre la haute et la basse ville à Québec, combinaison de course et d’escaliers; Colbert, Lavigueur, Badelard, Faubourg, Lépine, Côte de la Montagne, terrasse Dufferin, promenade des Gouverneurs, quelques montées/descentes de l’escalier du Cap-Blanc, sentier dans le boisé sur les Plaines et on termine le long de la côte Gilmour pour atteindre l’anneau des Plaines. Une dizaine de kilomètres et 2000 marches. Ouf. Satisfaction à chaque fois.»
François Picard, Québec

Découvrir sa ville
«J’ai entamé en janvier 2020 le défi de courir toutes les rues de Québec. Je suis rendu à 91 % et je prévois de terminer au 30 juin. Je partage mon défi sur Instagram à louikini_court_quebec. J’ai eu l’occasion alors de découvrir de beaux coins de la ville que je ne connaissais pas! Toutes les vues sur le fleuve sont les plus relaxantes et je crois que de tous les arrondissements de la ville on peut voir au moins une fois le fleuve! Le secteur Bourg-Royal et sa rue du Vignoble était une belle découverte, car on peut vite se sentir à la campagne. J’aime beaucoup aussi rencontrer des œuvres d’art public, il y en a beaucoup dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou, mais aussi dans Beauport comme la statue Cooke-Sasseville proche de l’avenue Royale. Certaines rues sont carrément des sentiers comme le chemin du Lac des Roches, à la limite Sainte-Brigitte-de-Laval. Ça me permet de courir sur autre chose que l’asphalte! Je n’ai pas encore déterminé quelle était ma rue préférée de la ville, il y en a quand même plus de 4600! Je suis contente d’avoir fait ce défi pour aller plus loin que mon parcours habituel qui était juste de faire le tour du bloc! Et j’incite les coureurs à découvrir leurs villes de cette façon, tous les jours une nouvelle rue, tous les jours un nouveau tracé! La ville de Québec est belle et multiple!»
Marjorie Barry-Vila, Québec

De Saint-Sacrement à la Promenade des Gouverneurs
«J’ai choisi le quartier où résider en fonction de mon trajet de course hivernal préféré. J’habite donc le quartier Saint-Sacrement, car j’aime me rendre à la course sur la terrasse Dufferin pour regarder le Saint-Laurent. Je suis Gaspésienne, ça me prend ma dose régulière du fleuve! J’emprunte ensuite la Promenade des Gouverneurs, puis je reviens par les plaines d’Abraham. J’aime beaucoup les sentiers le long de la falaise. Lors de chaque sortie, je contemple le paysage comme si c’était la première fois que je le voyais. Québec est définitivement une magnifique ville pour y courir.»
Mylène Fillion, Québec

+

ÉCRIVEZ-NOUS!
Transport actif, vos conseils

Vous êtes nombreux à troquer l’auto ou le transport en commun pour les déplacements actifs, à la course ou en vélo. Nous voulons connaître vos trucs, vos conseils ou les bons coups de votre entreprise pour vous inciter à délaisser votre véhicule! Courriers au foroberge@lesoleil.com d’ici le 6 juin (150 mots max, inscrivez votre nom et votre ville).