Philippe Wouters, chroniqueur bière et animateur du concours La Grande Brasse, Jeff Boudreault, porte-parole du Bières et saveurs de Chambly, Daryl Shelton, de Bièrerie Shelton, et Sylvain Chaumont, de Moût International.

Sures aux fruits : tradition ou modernité ?

CHRONIQUE / De plus en plus populaires, les bières acidulées avec ajout de fruits inondent les tablettes de votre détaillant spécialisé préféré. Raz-de-marée à peine assumé, de très nombreuses brasseries se sont lancées dans la bière aux fruits non sucrée créant, parfois, des paradoxes intéressants à étudier.

Le 18e Festival Bières et Saveurs de Chambly s’est terminé lundi soir, couronnant la Saison sure houblonnée de Bièrerie Shelton grande gagnante du concours La Grande Brasse devant la Sure camerise des brasseurs de West Shefford. Deux bières acidulées en finale d’un concours de bières jugé par des amateurs sélectionnés parmi le public, dans le cadre d’un concours sur les réseaux sociaux. Deux bières sures, parmi plus d’une vingtaine d’autres bières sures.

Le concours de La Grande Brasse, en est un que j’ai eu le plaisir d’imaginer et que j’anime devant public avec mon complice Jeff Boudreault, porte-parole du festival jusqu’à cette année. Cinq juges, remplacés à chaque ronde du concours, votent pour la meilleure des deux bières qui se trouvent devant eux. Un concours aléatoire qui tient compte d’un facteur très important dans le processus de décision : la bière est-elle bonne ou pas. Les juges peuvent donc se retrouver devant d’une IPA et un Stout, par exemple. Choisir la meilleure est donc basée sur des choix bien personnels. C’est un concours qui se rapproche grandement de vos habitudes de consommation. Pour ce neuvième concours, nous avions plus d’une vingtaine de bières acidulées aux fruits. Un véritable raz-de-marée. Qu’elles soient acidulées à l’aide de bactéries lactiques ou acétiques, les bières proposaient souvent le même spectre de saveurs et de goûts.

Les trois premiers jurys ont dégusté 16 bières, en première ronde (32 bières divisées par deux jurys) et la ronde suivante (les 16 meilleures bières des 32 bières inscrites au concours). Commentaires des très nombreux juges : « L’acidité de la bière, on sature ! »

Même si les bières étaient souvent excellentes. Même si les bières étaient rafraîchissantes, les juges n’en pouvaient plus ! Ils n’arrivaient même plus à retrouver le fruit dominant dans chacune, signe d’une saturation du nez et du palais.

On retrouve ici un symbole en lien avec le marché de la bière : trop de tendance tue la tendance ! Pendant de nombreuses années, les grandes brasseries nous ont fait croire que les bières aux fruits étaient forcément sucrées. Aujourd’hui, les petites brasseries véhiculent l’image d’une bière fruitée acidulée. Je crois en un retour de l’équilibre, y compris dans les bières aux fruits.

Un dossier à suivre...

Une adresse ou un savoir-faire ?

À propos de bières aux fruits, la semaine dernière je vous parlais d’un festival d’artisans brasseurs à Bruxelles, désormais un incontournable à l’international. La liste des exposants, sélectionnée avec soin, offrait une belle brochette de brasseries à découvrir, y compris des brasseries tendance.

J’ai donc pu y goûter différentes bières provenant de la région du Pajottenland — la région brassicole du lambic située près de Bruxelles — créées par de nouvelles « brasseries » ou « assembleurs de lambic ». Le premier brasse son moût sur place alors que le second achète du moût à d’autres brasseries et réalise des assemblages.

J’ai été étonné du peu de caractère de la bière, noyé dans des quantités de fruits astronomiques. Pour moi, un lambic aux fruits, c’est avant tout le caractère du lambic, appuyé par celui du fruit, si on se fie au savoir-faire empirique des brasseries de lambic établies depuis longtemps dans la région de Bruxelles, et non le caractère du fruit acidulé par celui de la bière. Il est faux de penser que le lambic n’offre qu’acidité, alors que ses saveurs et arômes sont bien plus complexes. Une dégustation à l’aveugle de certains de ces produits, en présence de bières fruitées acidulées nord-américaines, me laisserait croire qu’on n’arriverait pas à faire la différence. Le terroir n’est plus qu’un prétexte à afficher son adresse postale, gage de qualité pour plusieurs. Encore une dérive de plus dans le monde de la bière.

Saison sure houblonnée de Bièrerie Shelton

Saison sure houblonnée

Bièrerie Shelton

Saint-Basile-le-Grand

Une bière acidulée, mais également bien houblonnée, offrant une acidité mordante et une belle amertume. Un produit complexe que les amateurs du style apprécieront, car il n’essaie pas de rejoindre le plus de monde possible, mais assume entièrement son caractère lactique et amer.

Cote : 3,5/5

Sensation : Amère tranchante

Accord : Fromage à pâte cuite affiné plus de 18 mois

QV12 d’À la Fût

QV12

À la Fût

Saint-Tite

On se retrouve sur une belle note de fruits rouges, accompagnée d’une acidité plus acétique qui offre une belle complexité à la dégustation. Un produit à découvrir à différentes températures, laissant tous les caractères de la bière s’exprimer différemment. La bière est vendue en quantité limitée.

Cote : 4/5

Sensation : Fruitée mordante

Accord : Fromage frais, petits fruits rouges, sirop d’érable

Framboise Noire de Beauregard Brasserie Distillerie

Framboise noire

Beauregard Brasserie Distillerie

Montréal

Quelle couleur ! La présence de framboises noires, sur une bière acidulée et l’ajout de houblon en houblonnage à cru par la suite, en fait une bière étonnante à boire. On se retrouve en présence d’un produit exceptionnel qui vaut vraiment le détour.

Cote : 4,5/5

Sensation : Fruitée acidulée

Accord : Gâteau chocolat noir