Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters
La brasserie Le Naufrageur à Carleton sur Mer
La brasserie Le Naufrageur à Carleton sur Mer

En route vers Percé – 2e partie

CHRONIQUE / Philippe est sur la route cet été. Il parcourt le Québec et vous invite à profiter de ses découvertes, rencontres et idées d’excursions au sujet de la bière, mais aussi du terroir.

C’est par la vallée de la Matapédia que nous avons fait notre entrée sur la péninsule Gaspésienne. Les amateurs de pêche au saumon connaissent bien la région, la pêche sportive étant très populaire. J’ai privilégié les rencontres d’amis brasseurs sur le bord de la baie des Chaleurs. Prétexte parfait pour se mettre à jour.

Le Naufrageur - Carleton sur Mer

Le Naufrageur est la brasserie de Louis-Frank Valade et ses associés. Établie depuis 2008, elle brasse des bières d’inspirations variées et fait vivre le centre-ville de Carleton, en offrant une très sympathique terrasse, une salle de restaurant, un petit marché et une boulangerie appartenant aux mêmes associés.

Il est donc possible de fréquenter l’établissement du matin au soir, en commençant par un renversé à l’érable, qui ne vous laissera pas indifférent, à la boulangerie La Mie véritable et une bière forte de votre choix sur la terrasse en fin de soirée. Un concept unique au Québec qui mérite le détour.

Le Naufrageur, c’est aussi des bières en bouteilles, de différents formats, que l’on retrouve chez votre détaillant favori. Si vous trouvez des bières de format 750 ml, n’hésitez pas à en rapporter, ce sont des millésimes particuliers, au gout évolutif et à quantité limitée.

Ghislain, collectionneur d’objets brassicoles, nous a fait découvrir son «paradis».

Pit Caribou - Anse-à-Beaufils et Percé

Si vous ne connaissez pas encore la terrasse du Pit Caribou, prenez quelques minutes pour vous y arrêter. On raconte qu’on peut y voir des baleines. Mais vous aurez au moins l’occasion d’y croiser des amateurs de bières et partager quelques cuvées en fût. La brasserie possède également le pub dans le centre-ville du village, qui fait office de quartier général pour toute âme qui a soif.

On y retrouve une ambiance fraternelle, où touristes et locaux se côtoient, la bière étant la pierre angulaire de l’amitié. Mention spéciale pour Ghislain, collectionneur d’objets brassicoles, qui nous a fait découvrir son « paradis » en partageant quelques bouteilles de son chai. Un après-midi sous le signe de la spontanéité comme on les aime.

Brett & Sauvage - Sainte-Thérèse de Gaspé

La très jeune nanobrasserie Brett & Sauvage n’a pas encore vendu une seule bière qu’elle a déjà fait couler beaucoup d’encre. Elle est donc très attendue par bon nombre d’amateurs de bière, car le fondateur, Francis Joncas, ancien propriétaire de Pit Caribou, a comme ambition de brasser, fermenter, affiner et embouteiller des bières qui auront été en contact avec fruits sauvages et levures naturelles.

Un projet si tendance que la barre est haute, Francis le sait. Après avoir été formé sur les techniques de fermentation naturelles par plusieurs brasseurs belges de renommées internationales, il peaufine son projet et se prépare à sortir ses premières bouteilles prochainement.

La brasserie Auval à Val d’Espoir

Brasserie Auval - Val-d’Espoir

Auval, c’est le projet d’un brasseur de talent qui a décidé de continuer à brasser et d’offrir ses produits sans souci de productivité, de temps, de rentabilité ou de distribution. Ben Cougar est l’ancien cofondateur de Pit Caribou avec Francis Joncas. Il y a 5 ans, il a décidé de vendre ses parts, partir en voyage et construire une brasserie à échelle humaine… qui va rester à échelle humaine. 100 000 litres de bière sont produits chaque année et il n’est pas dans les plans de changer le volume annuel pour le moment.

Seules quelques techniques d’affinage ont été modifiées afin de conserver et améliorer le processus qualité de la bière. Vous l’aurez compris, Auval, c’est le sésame de la bière. Beaucoup d’amateurs font des centaines de kilomètres pour se procurer quelques bouteilles de la brasserie. En été, la vente se fait uniquement à la petite boutique située en avant de la brasserie. Il faut suivre sa page Facebook pour connaitre les produits disponibles. En hiver, Ben fait affaire avec un distributeur de la Gaspésie pour offrir ses produits chez divers détaillants.

C’est la seule manière d’en avoir. D’ailleurs, si vous passez par là, achetez-en, vous allez sûrement trouver un amateur de bière très content dans votre entourage.

Et le terroir ?

Et voici quelques découvertes agréables sur notre chemin du retour :

• La Cantina à la plage de Hadilmand de Gaspé. Le prétexte parfait pour manger quelques tacos et autres spécialités latines, sur le bord de la plage. Un coup de cœur.

• Le vin de rhubarbe de la ferme Bourdages. On y retrouve des notes fraiches et légèrement acidulées, mais le tout très bien équilibré.

• Le saumon fumé de Mr Chassé, à Saint-René-de-Matane. Nous y avons stationné le VR pour la nuit et visité ses installations. Un très bel accueil et des installations originales, secondées par une dégustation de saumon fort agréable.

Et une petite déception de voir tout le temps les mêmes fruits de mer, si peu originaux dans les « poissonneries » de la péninsule. Sans compter l’erreur d’appeler « bouillabaisse » une soupe de saumon, crevettes et pétoncles…

Après discussion avec des « locaux », je comprends que le « touriste » ne désire pas forcément plus que son homard, ses crevettes et ses pétoncles, mais nous avons la chance d’avoir accès à un patrimoine culinaire bien plus vaste que l’éternel trio des mers, il serait bon de le présenter. Parce qu’à part la vue, je ne vois pas de différence entre une poissonnerie de la métropole et une autre de Gaspésie…