De nombreux éléments du décor de Broue font référence à la bière.

De Blanche et de Broue

CHRONIQUE / Sur les routes du Québec durant tout l’été, j’en profite pour vous parler de l’actualité bière, de rencontres d’artisans ou de découvertes brassicoles. Le fil conducteur de cette chronique ? De la spontanéité et de la bière.

De la blanche de Chambly en canette

Le phénomène de la canette au Québec ne cesse de progresser, devenant ainsi le format préféré des Québécois. Même la brasserie Unibroue a succombé aux charmes du contenant en aluminium en proposant, depuis peu, sa célèbre Blanche de Chambly en canette.

Le maître brasseur Jerry Vietz a travaillé de longs mois sur le processus d’encannage afin de s’assurer que la Blanche de Chambly, originellement refermentée en bouteille, mais que vous buvez en canette, soit le plus proche possible des sensations acquises alors que vous la buviez en bouteille. La blanche, dans la canette, n’étant pas refermentée.

Cela ne change pas le goût typique de la Blanche de Chambly qui est, ma foi, une des meilleures blanches belges au monde, les notes agréables des agrumes se conjuguant parfaitement avec celles de la coriandre et des céréales comme le blé.

Voilà un prétexte parfait pour emporter quelques canettes avec vous, format plus utile que la bouteille, on va se le dire.

La Blanche de Chambly est maintenant disponible en cannette.

Broue

J’emprunte le chapeau de chroniqueur culturel pour vous inviter à découvrir la pièce de théâtre Broue, nouvelle administration, actuellement présentée au Théâtre du Vieux-Terrebonne.

Une nouvelle interprétation fort sympathique et très drôle de la célèbre pièce, qui aura attiré des millions de spectateurs depuis 1979. Les jeux d’acteurs de Benoît Brière, Luc Guérin et Martin Drainville sont remarquables, nous nous sommes régalés, même si j’avais déjà vu la pièce il y a quelques années, jouée par Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté.

Mais pourquoi je vous en parle dans ma chronique bière?

On ne parle pas forcément de bières dans Broue, même si l’histoire se déroule dans une taverne, le dernier jour avant l’autorisation aux femmes de fréquenter les tavernes.

Il y a bien quelques allusions à la Labatt 50 et la Dow, si on se fie aux caisses transportées par les acteurs, mais pas de quoi allumer un amateur de bières.

Non, je vous invite plutôt à être très attentif aux éléments du décor. Il me semble qu’un anachronisme s’est glissé côté cour, en lien avec la bière. La petite publicité de 33 Export devrait-elle être là ? Il me semble qu’elle n’était pas disponible au Québec en 1979.

Des experts et collectionneurs dans la salle ?