Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters

Bière et homard

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / La saison du homard gaspésien commence cette semaine. Le célèbre crustacé québécois sera bientôt offert sur bon nombre d’étals de vos magasins préférés. Mais que boire avec le homard ?

Si vous lisez cette chronique assidument, vous savez qu’il existe trois types d’accords bières et mets. D’abord, les accords de contraste, qui opposent deux goûts comme l’amer et le piquant par exemple. Les accords de résonnance, qui permettent de relancer deux goûts ou arômes identiques dans le plat ou la bière. Puis, les accords de complémentarité, qui permettent d’y trouver un troisième arôme ou goût en fonction de la bière et du plat.

Une bière Imperial Stout aux notes chocolatées et une tarte à la framboise, laissant deviner les notes aromatiques d’un gâteau forêt noire, est un exemple gourmand.

Du côté du homard, ce sont surtout les accords de complémentarité qui sont les plus intéressants. L’idée étant de ne pas dissimuler la finesse de sa chair et son goût légèrement iodé et sucré avec des arômes ou des goûts bien trop puissants dans la bière.

Oublions donc les bières amères, acidulées, trop sucrées, liquoreuses, et profitons de la douceur d’une bière légèrement alcoolisée et pas trop houblonnée. On pourra se laisser tenter par des bières aux profils céréaliers blonds et pas trop caramélisés, aux notes légèrement épicées, mais pas trop. Existe-t-il ce genre de bières ? Il y en a des centaines; ce sont les bières de blé de type blanche ou weizen. Et elles adorent le homard.

Les blanches sont d’inspiration belge. On apprécie les malts d’orge utilisés, mais surtout le blé. Le brasseur ajoutera, pendant le brassage, de la coriandre et des écorces d’orange séchées pour offrir un bouquet aromatique, bien présent, mais pas trop puissant.

Du côté des weizen allemandes, c’est la levure qui offre de belles notes fruitées et quelques notes aromatiques épicées, sur le clou de girofle par exemple. On ne les choisira pas trop puissantes — de trop nombreuses bières de type weizen disponibles au Québec tombent dans la caricature plutôt que dans la finesse. L’accord se voudra sur la finesse des arômes et la douceur des goûts. Et si vous avez envie de pousser l’exercice jusqu’à servir une bière de chaque style à vos convives, vous créerez certainement des discussions comparatives, mais ô combien gourmandes.

Blanche du paradis – Dieu du Ciel!

Une blanche typique, aux notes légères d’agrumes et au profil céréalier assez doux. Une de mes blanches préférées offertes au Québec.

Blanche de Chambly – Unibroue

La bière blanche la plus populaire au Québec. Un profil très légèrement acidulé qui permet de bien rebondir sur les notes de coriandre et d’agrumes de la bière.

Belle Gueule Hefeweizen – Brasserie RJ

Brassée dans la plus pure tradition des bières de blé allemande, elle est appréciée pour la finesse de ses arômes provenant de la levure. Une excellente complice du homard. On la trouve partout.