Beurk, des germes! Avons-nous raison d'avoir peur d'eux?

En cette période électorale, les poignées de mains se multiplient... et les microbes se partagent à tout vent, pensent ceux qui ont peur des germes. De nos jours, les désinfectants à mains sont partout, que ce soit à l’épicerie, à l’hôpital, au gym ou dans nos milieux de travail. Les gens semblent de plus en plus préoccupés par l’hygiène et la propagation des maladies, deux sujets qui font régulièrement l’actualité. Mais avons-nous raison d’avoir peur des germes?

Selon le microbiologiste Jason Tetro, surnommé «the germ guy» ou «l’évangéliste des germes», nous ne devrions pas avoir ces organismes microscopiques en horreur. Nous devrions même les aimer. Après tout, affirme-t-il, la plupart des microbes sont soit bénins pour notre santé soit carrément bénéfiques.

Les germes constituent environ 90 % de la composition cellulaire de notre corps, rappelle Tetro dans l’un des deux livres qu’il a écrits au sujet des germes : The germ code. Ceux qui se retrouvent dans notre tube digestif font notamment en sorte que notre système immunitaire peut combattre plus facilement des maladies. D’autres se retrouvent sur notre peau, nos yeux et nos poumons.

Le microbiologiste Jason Tetro, appelé l'«évangéliste des germes»

Étudier les microbes
Pourtant, Tetro aurait toutes les raisons d’avoir peur des microbes. Alors qu’il avait quatre ans, il a failli être tué par l’un d’eux. Il remercie d’ailleurs encore aujourd’hui les docteurs qui l’ont soigné. Mais plutôt que de développer une phobie, il a tenté de comprendre. Et l’«évangéliste des germes» s’est donné comme mission depuis plusieurs années d’informer le public des résultats de ses recherches.

Ce qu’il a découvert au fil de ses études a calmé sa crainte des germes. «Seulement 0,01 % des espèces de germes sont pathogéniques (peuvent causer des maladies), explique-t-il. Les autres ne sont pas menaçants.»

Et comment se protéger du 0,01 % des microbes qui peuvent parfois hypothéquer notre vie sur une courte ou une longue période? «Les pathogènes des humains sont transmis par les humains», précise M. Tetro. Donc si une personne est isolée, les chances qu’elle soit contaminée par des germes sont quasi nulles. Par contre, si une personne prend les transports en commun, par exemple, ses chances se multiplient en raison de la proximité des autres. «Chaque personne a un nuage de microbes, avance Tetro. De 1 million à 30 millions de microbes sont transmis chaque heure. Du moment où une personne entre dans une pièce, il y a des germes.» Donc si vous ne voulez pas vivre comme un ermite, une seule solution demeure : l’hygiène.

Quand la peur devient une phobie
Avant de sourire en voyant votre voisin de bureau utiliser un désinfectant à mains plusieurs fois par jour, gardez-vous une petite gêne. Car cette personne pourrait avoir développé une véritable obsession des germes.

Le psychologue clinicien spécialiste du traitement des troubles anxieux et vice-président de l’organisme Phobies-Zéro, Camillo Zacchia, voit régulièrement en consultation ceux qu’on appelle les spermatophobes. «Ces gens ont une peur irrationnelle, explique-t-il. Ils deviennent inconfortables à l’idée d’être sales et d’attraper des microbes. Donc ils se lavent les mains plusieurs fois par jour. Ce geste calme temporairement leur anxiété.»

Le psychologue clinicien spécialiste du traitement des troubles anxieux et vice-président de l’organisme Phobies-Zéro, Camillo Zacchia

La peur des germes fait partie des troubles anxieux. Lorsqu’elle devient une obsession, on parle de trouble obsessionnel-compulsif (TOC). La contamination fait partie des obsessions les plus fréquentes, selon Phobies-Zéro. Les causes sont multiples. La peur fait partie du tempérament de certaines personnes. L’entourage et l’éducation jouent aussi un rôle. Un déséquilibre du cerveau, l’hérédité et les traumatismes subis sont aussi à prendre en compte. Une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou une médication appropriée sont suggérées aux personnes affectées par ce problème.

Mais à la base, rappelle Dr Zacchia, l’anxiété nous tient en vie. «Tout comme nous ressentons de la douleur lorsque nous éprouvons un problème physique, l’anxiété est ce que notre corps ressent lorsqu’il est menacé. L’anxiété nous dit : “Fais quelque chose! Protège-toi!”», dit-il. À doses normales, elle nous protège. Mais à doses excessives, «elle nous emprisonne».

L’«évangéliste des germes», Jason Tetro, croit que la relation la plus importante de notre vie est celle avec les germes. Alors, on leur donne rendez-vous?

Les troubles anxieux en chiffres

- Ils touchent environ 12 % des Canadiens.

- Ils sont les problèmes de santé mentale les plus répandus.

- Les femmes ont deux fois plus de risque d’être atteintes que les hommes.

- Ils sont le trouble de santé mentale le plus fréquent chez les enfants

Source : Institut universitaire en santé mentale Douglas

Infos :

Organisme Phobies-Zéro : phobies-zero.qc.ca

Site Web de Jason Tetro : jasontetro.com

Site Web de Camillo Zacchia : drzacchia.com

***

J'AI PEUR DES GERMES... MAIS JE ME SOIGNE!

Ça y est, je le confesse : j’ai peur des germes! 

Cette crainte des microbes est arrivée en même temps que la maternité. Enceinte de mon premier enfant, j’avais l’impression que tous les microbes que je croisais se jetaient sur moi. Résultat : un rhume n’attendait pas l’autre. Je me suis même déplacée une vertèbre de la cage thoracique à force de tousser. C’est tout dire!

J’ai alors commencé à me laver les mains plusieurs fois par jour. Et à prendre un papier essuie-mains pour ouvrir la porte de la salle de bain, surtout après avoir réalisé que plusieurs personnes ne daignaient se servir de l’eau et du savon après être passées au petit coin. Beurk! 

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’avais une phobie des germes. Mais ils étaient pour moi une grande préoccupation.

Après la naissance de mon fils, la vue de sa suce tombée sur le plancher et de ses doigts dans sa bouche après avoir touché à absolument tout autour de lui me dégoûtait au plus haut point. Je frissonnais lorsque quelqu’un lui chatouillait le bout du nez sans s’être d’abord désinfecté. 

Piscine, buffets, alouette!

Quand mon enfant a eu six mois est arrivé l’un des plus grands défis pour une «germophobe» comme moi : les cours de piscine! Une étendue d’eau remplie des microbes de tous ceux qui y sont passés avant nous, des planchers mouillés qui semblent toujours malpropres, des douches aux rideaux souillés... La totale!

Et que dire des claviers d’ordinateur qu’on se partage. Et des buffets! Ce lieu où TOUT le monde prend la même cuillère pour se servir. Avant de visiter un tel lieu, je dois me parler pour calmer ma petite frousse intérieure et un dédain certain.

Mais depuis quelques mois, je vais mieux. Pour des raisons de logistique, j’ai décidé d’utiliser le transport en commun pour me rendre au travail. Et comme il paraît un peu étrange de porter des gants en plein été pour éviter le contact des germes avec mes mains, je fais des efforts... de gros efforts. 

Dans ma tête, chaque chose que je touche (sonnettes, poteaux, etc.) a un potentiel microbien. Mais je me répète les paroles de «l’évangéliste des germes», Jason Tetro, comme quoi la majorité des germes ne sont pas nocifs pour la santé et j’arrive, en général, à chasser mes mauvaises pensées. 

Mais devinez ce que je fais en arrivant au bureau? Eh oui, je me lave les mains!

J’ai dit que je me soignais, pas que j’étais guérie...  Daphné Bédard

***

QUELQUES CÉLÉBRITÉS SPERMATOPHOBES

Donald Trump

Lors de sa première conférence de presse en tant que président américain, Donald Trump a confirmé qu’il était «germophobe». Il tente d’ailleurs le plus possible d’éviter les poignées de main, qu’il qualifie de pratique «barbare».

Lena Dunham

L’auteure et actrice de la série à succès Girls craignait d’attraper une maladie grave lorsqu’elle était enfant.

Howie Mandel

L’animateur de Deal or no deal a troqué l’habituelle poignée de mains avec les participants du jeu télévisé pour un poing-à-poing (fist bump) en raison de sa peur des germes.

Howard Hughes

Le réalisateur et aviateur serait mort isolé en raison de ses nombreuses phobies, notamment celle des microbes.

Robbie Williams

Une vidéo du chanteur se désinfectant les mains après avoir touché à des spectateurs lors d’un de ses concerts a fait le tour du monde. (goo.gl/vHNVNV)

***

DES PHOBIES ÉTONNANTES

-Anuptaphobie : peur de rester célibataire

-Hypégiaphobie : peur des responsabilités

-Koréphobie : peur des poupées

-Nomophobie : peur de ne pas avoir son téléphone mobile    

-Ouranophobie : peur du ciel

-Phobophobie : peur de la peur

-Pogonophobie : peur des barbes

-Triskaïdékaphobie : peur du chiffre treize