La matière première de l’artiste japonaise Chie Hitotsuyama : les journaux

As-tu vu ça? De journaux à bestiaire

Elle coupe des bandes de papier journal, les humidifie, les roule et donne vie à une faune expressive.

L’artiste japonaise Chie Hitotsuyama, qui travaille en duo avec le directeur artistique Tomiji Tamai, a le sens du réalisme. Pour créer ses sculptures, elle s’inspire d’informations et d’images glanées sur Internet ou dans les livres. Mais le duo cherche aussi à percer la nature profonde, voire les sentiments des animaux créés. «Un défi», puisque les chimpanzés et les lézards «ne tiennent pas de blogue» sur leurs états d’âme. Une par une, chaque ficelle de journal est placée pour former fourrure, écailles, griffes, dans un dégradé de couleurs calculé. Pour Chie Hitotsuyama, son art s’inscrit dans l’histoire de sa famille, qui a exploité une usine de papier durant des générations. Pour en savoir plus sur Hitotsuyama Studio : hitotsuyamastudio.com

Regarder au ciel avec des yeux de lézard
Larmes de morse
Un hymne à tes pleurs, je les entends encore aujourd’hui - Rhinow
La famille morse, une installation au Lancaster Museum of Art and History
Pour entendre tes pas - Lièvre
Retrouvailles sombres - Bébé chimpanzé
Tendre les oreilles au son du sommeil des singes - Singes japonais
Détail d’une sculpture de lézard