Cyril Pringault et Jonathan Gagnon travaillent depuis près de deux ans sur l’implantation d’une boulangerie communautaire dans Saint-Sauveur.

Une boulangerie communautaire bientôt dans Saint-Sauveur

Le quartier de Saint-Sauveur aura droit à une nouvelle boulangerie à partir de décembre, mais celle-ci aura une vocation plus large que de vendre uniquement du pain.

Le commerce, qui se nommera Des pains sur la planche, est une initiative de Cyril Pringault et Jonathan Gagnon. Les deux jeunes entrepreneurs travaillent depuis près de deux ans sur ce projet d’implanter une boulangerie communautaire dans Saint-Sauveur.

En plus de vouloir offrir du pain à un «prix plus abordable que dans les autres boulangeries», ceux-ci ont une motivation sociale en lançant cet organisme à but non lucratif (OBNL).

«En apparence, au niveau de l’achat de pain, on n’est pas différent des autres. Par contre, nous sommes un OBNL, alors les profits seront réinvestis dans les activités de la boulangerie. Cela fait partie de nos valeurs et de notre mission. Nous voulons proposer des ateliers de fabrication de pain pour tout le monde, rendre le pain accessible pour les gens du quartier. On souhaite partager des informations sur le volet nutritionnel et l’impact d’acheter un bon pain de qualité», explique Jonathan Gagnon.

Cyril Pringault ajoute à cela que leur OBNL organisera des activités faisant la promotion des autres cultures.

«Le pain est un aliment rassembleur, on en mange partout à travers le monde. Ça sera intéressant de montrer aux gens comment on le produit dans les autres pays», ajoute-t-il.

Dans une étape plus lointaine, les deux jeunes hommes souhaitent contribuer à la réinsertion socioprofessionnelle de certains individus.

«On veut participer au développement économique de Saint-Sauveur et cela passe aussi par le retour au travail de membres de ce quartier. Nous sommes déjà en contact avec certains organismes pour voir comment on peut réintégrer ces personnes», ajoute Cyril Pringault.

Même si aucun des deux instigateurs du projet n’a travaillé dans une boulangerie par le passé, ils sont convaincus que leur projet a les atouts nécessaires pour bien s’établir dans le quartier.

«J’ai toujours voulu ouvrir une boulangerie et j’aime le concept des entreprises sociales qui font participer la communauté. Notre commerce aura ce mandat et je suis certain que les gens répondront présents», soutient Cyril.

Engouement contagieux

Les jeunes instigateurs du projet peuvent déjà être confiants par rapport à la popularité de leur projet.

En plus d’avoir attiré l’attention d’un boulanger de Kamouraska pour s’occuper de la conception de leurs produits. Jonathan et Cyril ont pu compter sur le support de bénévoles.

«On a rencontré plusieurs personnes qui ont accepté de nous aider bénévolement, que ce soit pour élaborer le modèle d’affaires, pour les communications, le design du logo», mentionne Jonathan Gagnon.

Pour financer leur projet, les deux entrepreneurs ont opté pour une campagne de sociofinancement sur la plateforme de La Ruche. Après un mois et demi, ils ont déjà dépassé leur cible budgétaire, qui était de 8000 $.

À l’image du quartier

Bien qu’ils n’aient pas une aversion envers les nouveaux commerces du quartier, les créateurs de Des pains sur la planche désirent freiner la gentrification du quartier.

«On veut donner un lieu où tout le monde du quartier peut se réunir et échanger […] Il n’est pas question de faire un commerce qui ne reflète pas la diversité des gens du quartier», explique encore Cyril.

Même si le concept de leur OBNL aurait pu s’implanter dans un autre secteur de la ville de Québec, Jonathan et Cyril voulaient davantage s’établir dans Saint-Sauveur pour pouvoir ajouter leur touche personnelle dans le développement du quartier.