Les visiteurs pourront goûter à des hot-dogs faits avec des saucisses des Viandes biologiques de Charlevoix ou à ceux du Moulin à saucisses.

«Trip» bouffe au Festif!

Du 19 au 22 juillet, Baie-Saint-Paul vibrera pour une 9e année au rythme du Festif! L’an dernier, le festival de musique y a rassemblé quelque 38 000 personnes, selon les organisateurs. Et pour nourrir tout ce beau monde, pas besoin de chercher bien loin : le garde-manger de Charlevoix regorge de produits qui sauront plaire à chacun.

Le Festif!, c’est avant tout un festival de musique qui envahit Baie-Saint-Paul pour une longue fin de semaine. Mais où que l’on se trouve en ville pendant ces quatre jours, impossible de passer à côté : le festival est partout, pas seulement dans les salles.

C’est d’ailleurs ce qui fait la réputation de l’événement, sa convivialité et cette impression que l’action est tout autour de soi : tomber par hasard sur un spectacle-surprise improvisé dans la cour arrière d’une maison ou en se promenant sur le quai fait partie de l’expérience.

Et pour se sustenter, les festivaliers qui iront voir les Patrick Watson, Tiken Jah Fakoly, Fred Fortin, Keith Kouna et de nombreux autres pourront déguster une foule de produits locaux mis de l’avant par des producteurs et restaurateurs.

Nouveauté
La grande nouveauté, ce sont les «pop-up bouffe». Le chef Émile Tremblay, copropriétaire du restaurant Les Faux Bergers, a mis à contribution ses acolytes de la capitale pour offrir des «performances culinaires» gratuites aux festivaliers mettant en vedette des produits du terroir. «Le Festif! se démarque des autres [festivals] par ses spectacles-surprise, on a donc pensé faire des pop-up aussi pour le volet bouffe. C’était notre fantasme. Cette année on fait un projet pilote, on va voir la réponse du public», signale le chef Tremblay.

Ce dernier a fait appel aux chefs David Forbes du Ciel! Bistro-Bar — avec qui il a déjà travaillé dans les cuisines du défunt Cercle dans Saint-Roch —, Mathieu Brisson du Clocher Penché, et Thania Goyette et Louis Bouchard Trudeau du Pied Bleu. «Ils seront en mode “cuisine de brousse”, et il y aura clairement un côté artistique à leurs propositions, que ce soit dans la préparation, la présentation ou les aliments choisis», indique M. Tremblay, sans vouloir trop en révéler.

Les chefs participant aux «pop-up bouffe» : Mathieu Brisson (Clocher Penché), Thania Goyette et Louis Bouchard Trudeau (Pied Bleu), Émile Tremblay (instigateur, des Faux Bergers) et David Forbes (Ciel! Bistro-Bar)

Ces «prestations» auront lieu à des «moments stratégiques» et seront soit annoncées sur l’application du Festif! et les réseaux sociaux, ou se déploieront de façon spontanée… suffira «d’ouvrir les yeux» et de rester à l’affût!

Et pourquoi des chefs de Québec et non de Charlevoix? «Parce que les chefs de la région sont déjà tous dans le gros jus pendant le Festif!» s’exclame Émile Tremblay, dont le restaurant sera même fermé durant la fin de semaine pour assurer une présence sur le site du festival — un kiosque près de la scène principale, et un autre pour la «bouffe de nuit». De la même manière que les artistes prenant part au Festif! «ne sont pas juste de Baie-Saint-Paul», on a voulu mettre à contribution des gens de l’extérieur aussi pour le volet culinaire, explique M. Tremblay.

À toute heure
Pour combler les appétits nocturnes jusqu’à 3h du matin, le chef des Faux Bergers — qui a pris part au Festif! pour la première fois l’an dernier tout juste après l’ouverture de son restaurant — revient avec une rôtisserie verticale mettant en vedette sa spécialité : la cuisine sur feu de bois. «On propose des “chapelets” d’ailes de poulet [un clin d’œil à l’emplacement, entre le presbytère et l’église], mais aussi une offre végétarienne.»

Émile Tremblay, le chef des Faux Bergers, revient cette année avec la cuisine sur feu de bois.

Pendant le festival, les visiteurs pourront aussi goûter à des hot-dogs faits avec des saucisses des Viandes biologiques de Charlevoix ou à ceux du Moulin à saucisses, aux crêpes bretonnes maison du restaurant Mouton noir, ou encore à un déjeuner sur le feu au camping du parc du Gouffre, signale Clément Turgeon, directeur général et artistique du Festif! Les artistes ne seront pas en reste, puisqu’une cantine leur étant dédiée mettra tout autant l’accent sur les produits locaux.

Autre collaboration de taille, celle avec la Microbrasserie Charlevoix, qui a élaboré cette année la bière Festif! spécialement pour le festival. Elle sera évidemment bien en vue pendant toute la durée de l’événement, mais elle est aussi dès maintenant distribuée «un peu partout au Québec», indique M. Turgeon, qui se réjouit de la participation de la microbrasserie depuis la 4e édition du Festif!.

Le directeur général ajoute aussi l’importance pour son organisation d’offrir une «alimentation responsable» en diminuant les déchets le plus possible, soit en éliminant les verres et bouteilles en plastique, en employant des assiettes biodégradables ou en privilégiant l’épicerie en vrac, entre autres.

Pendant ces quatre jours en ville, impossible de passer à côté : le festival est partout, pas seulement dans les salles.

VOUS VOULEZ Y ALLER?

- Quoi : Le Festif! compte plus de 65 performances artistiques présentées sur une vingtaine de scènes

- Où : aux quatre coins de Baie-Saint-Paul

- Quand : du jeudi 19 au dimanche 22 juillet

- Billets : les prix varient selon les spectacles, passeports aussi en vente (certains spectacles gratuits); achat en ligne ou sur place

- Pour tout savoir : lefestif.ca

*

ON A GOÛTÉ

Musique festive, bière festive

Tant qu’à accueillir la visite pendant quatre jours, pourquoi ne pas l’abreuver avec un produit bien local? C’est probablement ce que se sont dit les organisateurs du Festif!, qui ont eu la bonne idée de faire concocter par un fleuron local, la Microbrasserie Charlevoix, un breuvage bien charlevoisien qui saura désaltérer les festivaliers. 

Avec sa belle couleur jaune, la bière simplement nommée Le Festif! suggère l’été puis, encore mieux, goûte l’été, tout en faisant montre d’un beau caractère. D’une india pale lager (cousine de fermentation basse d’une india pale ale), on pouvait s’attendre à une certaine amertume; celle-ci est effectivement bien présente, mais se fait remarquer en bouche de manière très graduelle. Au contact, ce sont d’abord des notes citronnées, très douces, qui se manifestent, puis une amertume assez modérée s’élève en fin de bouche et «traîne» au fond du palais, ce qui invite à la gorgée suivante. 

Le résultat est on ne peut plus rafraîchissant et, surtout, à la portée d’un large public, tant en raison du goût que du taux d’alcool (à 4,5 %, pas de grand danger d’abuser des bonnes choses). Bref, si les artistes présents à Baie-Saint-Paul sauront en mettre plein les oreilles, la bière de l’événement saura combler d’autres sens. La combinaison parfaite, quoi.  Stéphan Lévesque (collaboration spéciale)