Bouchées servies au brunch littéraire l’an dernier

Quand art culinaire et 7e art se rencontrent [VIDÉO]

Un festival de films qui met l’eau à la bouche en rendant hommage à l’art culinaire et à ses artisans : c’est ce que propose Cuisine, cinéma et confidences, qui revient pour une troisième année à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix, du 8 au 10 novembre.

Fondé par la réalisatrice Lucie Tremblay et le chef Jean Soulard, ce rendez-vous est le prétexte idéal pour déguster les produits du terroir charlevoisien tout en découvrant des films haut en «saveurs» et en ayant l’occasion d’échanger avec des chefs et des producteurs de la région.

Parmi les nombreux participants, les chefs Émile Tremblay et Sylvain Dervieux du restaurant Les Faux Bergers (Baie-Saint-Paul) sont de retour, après avoir pris en charge le brunch littéraire du dimanche l’an dernier. «Cette fois, on fait le souper d’ouverture le vendredi, en s’inspirant du film La saveur des ramen, mentionne Émile Tremblay. Ça raconte l’histoire d’un jeune homme qui travaille dans la shop de ramen de son père au Japon lorsque ce dernier meurt soudainement. Il décide de partir pour Singapour d’où vient sa mère et retrouve les saveurs de son enfance, dont le bak-kut-teh», une soupe chinoise typique de l’endroit dont le nom signifie «viande-os-thé».

Le chef Émile Tremblay à Portland, Maine

«On ne sait pas encore exactement ce qu’on va faire, est-ce que ce sera inspiré des ramen, du bak-kut-teh ou d’un mélange des cuisines japonaise et chinoise», cogitait toujours le chef lorsque Le Soleil l’a joint début octobre. Le fait de devoir s’inspirer d’un film «nous amène à sortir de notre zone de confort, à explorer des choses différentes. On est à la merci de la créativité du réalisateur», ajoute Émile Tremblay. Les chefs des Faux Bergers pourront compter sur la collaboration de Sloane Lamarre du Noren, resto japonais à Montréal.

La programmation bien garnie, qui comprend la projection de nombreux films, compte une soirée gala le samedi au Germain Charlevoix (comme la veille), inspirée du film Les recettes du bonheur. Les convives assisteront à la rencontre de la cuisine indienne et de la gastronomie française grâce au savoir-faire des chefs Yvan Lebrun (L’Initiale, qui vient tout juste de fermer à Québec), Baptiste Peupion (Le Reine Elizabeth, Montréal), Pierre-Olivier Ferry (L’atelier culinaire Pierre-Olivier Ferry, Métis-sur-Mer) et Philippe Petrazzini (Petrazzini Artisan Pâtissier, Baie-Saint-Paul), avec la participation de Nancy Samson (Chocolaterie Samson, Trois-Rivières).

Le chef Jean Soulard l’an dernier au festival

Le brunch littéraire du dimanche, ayant pour thème «Le roman noir se met à table», sera animé par l’écrivaine Chrystine Brouillet avec la participation de Jonathan Lapierre-Réhayem, chef exécutif du restaurant de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), à Montréal.

Le chef français Édouard Loubet, deux étoiles Michelin et membre Relais & Châteaux, est l’invité d’honneur de la troisième présentation du festival, tandis que la directrice de l’ITHQ Lisa Frulla en est la présidente d’honneur et Christian Bégin est de retour comme porte-parole.

Une première dans le Maine

Le festival Cuisine, cinéma et confidences s’est déplacé dans le Maine, le 22 septembre dernier, pour faire découvrir aux gens de Portland les saveurs du Québec. «C’était une sorte de pop-up du festival. Il y a vraiment une scène culinaire pétillante, effervescente à Portland», indique le chef Émile Tremblay, qui a pris part à la rencontre en compagnie de quatre autres chefs québécois de renom — Jean Soulard, David Forbes (Ciel!), Alexis Jégou (Germain Charlevoix) et Thierry Ferré (Mouton Noir).

Des bouchées servies à Portland, lors d’une version pop-up du festival, le 22 septembre dernier.

La première journée, les restaurateurs locaux ont assisté à la projection des films Le nez (documentaire de Kim Nguyen) et Le déclin de l’empire américain (de Denys Arcand, avec la présence du producteur Roger Frappier), suivie d’une dégustation gastronomique inspirée des films et préparée par les chefs du Québec à partir de produits du terroir. «Une belle façon de mettre en valeur des producteurs de Charlevoix», note Émile Tremblay.

Le lendemain, les chefs québécois se rendaient dans les cuisines des restaurants locaux participants pour proposer un plat original, indique le chef Tremblay, qui croit à un retour «probable» de cet échange l’an prochain. «Les chefs qu’on a rencontrés là-bas devraient aussi venir à Baie-Saint-Paul l’automne prochain pour une collaboration», ajoute-t-il.

Infos et achat de billets : cuisine-cinema-et-confidences.com

+

Duo de photos prises par Benoit Levac pour l’exposition «L’Art à table»: le chef Émile Tremblay et un plat avec du fromage Deo Gracias du producteur Alexandre Dufour (avec haricots jaunes, fraises, fleurs d’ail fermentées, avoine nue au beurre noisette).

L’alimentation s’expose

Jusqu’au 17 novembre, le Carrefour culturel Paul-Médéric accueille l’exposition en arts visuels L’Art à table, qui fait partie de la programmation du festival. Trois artistes présentent des œuvres sur le thème de l’alimentation : le photographe Benoit Aquin expose la collection Chasse, Benoit Levac présente un jumelage de photos de cinq chefs et cinq producteurs de Charlevoix avec les produits et les plats associés, tandis que le peintre Pierre Bouchard propose un regard sur le commerce des aliments.

Infos : L'art à table du Festival Cuisine, cinéma et confidences