Le Bloc du boucher de Kanel
Le Bloc du boucher de Kanel

On a goûté: la nouvelle épice Bloc du boucher de Kanel

La fabricante d’épices Kanel a lancé juste à temps pour les grillades estivales un nouvel assaisonnement pour carnivores (et les autres aussi) baptisé Bloc du boucher. Composé de cèpes (champignons), de grains de poivre noir, d’ail piquant et de morceaux de sel de mer, cet ajout plus «traditionnel» vient étoffer une gamme d’épices qui fait souvent la part belle aux saveurs plus créatives confectionnées à partir d’ingrédients de partout dans le monde.

Le Mag a testé cette nouvelle proposition sur du steak poêlé et du poulet au four, puis sur des brocolis et des choux de Bruxelles grillés et même dans un Virgin Caesar. L’entreprise suggère de l’essayer aussi sur le tofu grillé, les pâtes crémeuses et le risotto. Curieusement, c’est une dans une petite soupe aux légumes tranquille qu’elle s’est vraiment fait remarquer…

Goûteux, le Bloc reste tout de même une drôle de bête à apprivoiser. Au pif, on salive en imaginant le résultat. En bouche, on se fait plutôt surprendre par la subtilité, voire la timidité de la chose. On comprend alors qu’il faut se lancer en quête du parfait équilibre. Trop peu et on le devine à peine. Trop et l’ail et le poivre prennent toute la place, montrant des dents avec plus de chaleur que ce qu’on aurait désiré ou attendu.

À LIRE AUSSI :
Quand Montréal vient épicer Québec…
Un vin chaud à la scandinave
13 idées cadeaux de dernière minute pour hommes

De toute évidence, il faudra apprendre à y aller d’une main à la fois délicate et généreuse au moment d’appliquer ce rub sur le steak. Bref, une touche traditionnelle qui vient diversifier l’offre de Kanel, sans toutefois menacer le trône de nos chouchous Chorizo fumé, Poké ‘ono Hawaïen et sel de mer fumé à froid.

Prix : 13 $ pour 90 g. En vente dans les boutiques et points de vente Kanel ainsi que sur le site Web de l’entreprise.

Info : kanel.com


*Vous voulez que Le Mag essaie, goûte ou teste votre nouveau produit? Écrivez-nous maintenant à lemag@lesoleil.com.