L'historienne Catherine Ferland et le chef Stéphane Modat, en compagnie... de bacon.

Le roi bacon!

Le bacon était roi, samedi après-midi, à l'occasion du Baconfest. Qu'il agrémente vos déjeuners, dîners ou même soupers, le célèbre aliment aurait retrouvé ses lettres de noblesse dans les dernières années.
Ils étaient des dizaines, amoureux du bacon et des multiples façons de l'apprêter, à écouter attentivement l'historienne Catherine Ferland. Celle-ci partage une bonne nouvelle: le bacon est de retour en force depuis quelques années.
C'est que les nutritionnistes, dans les années 80, auraient donné la vie dure à ce produit provenant du porc. «J'ai l'impression que dans les 30 dernières années, c'est comme si le bacon transgressait [les normes]», a confié Mme Ferland, une historienne qui s'intéresse entre autres à l'histoire culinaire.
Bref, on assisterait aujourd'hui à la revanche du bacon. «On dirait que quand on sort le bacon, c'est la fête», a lancé l'historienne. «On amène une dimension gastronomique au bacon», a-t-elle ajouté, soulignant par exemple qu'on servait aux amateurs du brandy... au bacon!
Pourquoi s'intéresser au bacon, en 2017? «Je m'intéresse aux aliments plaisir. Je ne pense pas que j'irais faire une conférence sur la salade», a rigolé Mme Ferland, soulignant que plusieurs visiteurs du Baconfest sont venus en apprendre sur l'histoire du bacon. «Les gens veulent aller manger du bacon, mais ils veulent aussi en savoir plus. On goûte l'histoire», a-t-elle imagé.  
Le Baconfest a attiré des centaines de personnes samedi, toutes attirés par les effluves de porc fumé ou braisé, servi de différentes façons. L'événement, qui avait lieu à Expocité, en était à sa deuxième présentation.