Le chef et coordonnateur de la restauration des Jardins de Métis, Pierre-Olivier Ferry, est le co-organisateur de La Grande Table.

La Grande Table est mise aux Jardins de Métis

Que diriez-vous de partager un repas gastronomique inspiré du terroir et du patrimoine québécois avec de grands chefs qui ont concocté votre plat? C'est ce que propose La Grande Table qui se tiendra les 15, 16, 17 et 18 septembre aux Jardins de Métis, aux portes de la région touristique de la Gaspésie.
 Présenté pour une deuxième année consécutive et placé sous le thème «Donner du sens à l'acte de cuisiner», l'événement réunit de grands noms de la gastronomie québécoise. Entrevue avec le co-organisateur Pierre-Olivier Ferry, chef et coordonnateur de la restauration des Jardins de Métis.
Q Décrivez-moi, dans vos mots, ce qu'est La Grande Table?
R L'idée de La Grande Table est de faire la promotion de la culture culinaire et de la célébrer. On veut favoriser les rencontres entre le grand public, les producteurs et les restaurateurs. C'est aussi pour s'approprier notre patrimoine, notre territoire et notre paysage québécois. L'Atelier Pierre Thibeault a conçu trois tables dans trois environnements différents.
Q Pourquoi avoir donné comme nom «La Grande Table» à l'événement?
R  En gastronomie, on parle de grandes tables. On parle aussi d'une grande tablée quand la famille se rassemble. Ça peut être aussi une table de discussions. La Grande Table, ça fait le lien entre nos différentes valeurs. 
Q Quels sont les publics cibles?
R  Pour les mordus d'alimentation qui veulent vivre des expériences, ce sera le samedi 16 septembre avec les trois Grandes Tables, le Banquet des origines et la Soirée festive des microbrasseries. Le dimanche 17 septembre, c'est pour le grand public. Il y aura Le Brunch et La Grande Messe pour célébrer cette terre qui nous nourrit. Le lundi 18 septembre, ce sera pour les professionnels. Une journée de réflexion sera animée par la journaliste Hélène Raymond.
L'Atelier Pierre Thibeault a conçu trois tables dans trois environnements différents.<strong></strong>
Q L'événement allie la cuisine au patrimoine, à l'histoire, à l'art et à l'architecture. Quels en sont les liens?
R Pour être créatif, en cuisine, il faut s'inspirer de différents mouvements. Il y a des liens qui se tissent et qui nous amènent plus loin. En cuisine, on joue avec les odeurs, les saveurs et les textures. Lors de l'événement, on rajoute une autre étape. Par exemple, la table de la chef Colombe St-Pierre sera installée en bordure du fleuve Saint-Laurent. Les gens vont manger des espèces qui vont avoir l'odeur de la brise du fleuve et des herbes qui sont autour d'eux. L'expérience du repas devient plus que culinaire. 
Q Où en est le développement de la culture culinaire au Québec?
R Michel Lambert, qui est sans aucun doute la sommité au Québec sur cette question-là, pourra y répondre. Notre territoire est très vaste. Donc, je crois que notre identité culinaire est beaucoup plus régionale. En Gaspésie, chaque clocher a des différences marquées dans certaines recettes. 
Pour information: www.lagrandetable.tv