Intrus, une cidrerie au coeur de Québec

Raphaëlle Plante
Raphaëlle Plante
Le Soleil
La capitale accueille depuis peu la cidrerie naturelle Intrus, dont les installations sont situées dans le parc industriel Saint-Malo. Le quatuor derrière ce projet a commencé l’embouteillage de ses premières cuvées, qui devraient être disponibles sur les tablettes des dépanneurs spécialisés au printemps prochain.

Le cidre embouteillé doit reposer quelques mois avant la mise en marché afin que les «pétillants naturels» s’activent, explique Gabriel Boutin, qui a lancé Cidrerie Intrus avec Pierre-Édouard Perron, Charles Lapointe et Simon Rooney. 

L’idée a pris forme en mai dernier et les quatre amis de longue date se sont lancés dans la production dès l’automne. «Pierre-Édouard et moi, on avait déjà fait du cidre artisanal. On avait le projet de cidrerie en tête, mais ça s’est précipité avec la pandémie», mentionne M. Boutin, précisant que ses associés et lui avaient alors plus de temps pour concrétiser leur idée. 

Ils ont déniché un local voisin de Noctem Artisans Brasseurs, où ils se concentrent sur la production. Leur permis de cidrerie industrielle leur permet de se procurer les fruits de producteurs — notamment les pommes de la Ferme Raynald Drouin sur l’île d’Orléans — au lieu d’avoir à les cultiver eux-mêmes.

Le visuel de Cidre Intrus

«On va produire environ six cuvées différentes. Nos cidres sont naturels à 100%, faits uniquement de pommes ou encore en co-fermentation avec d’autres fruits comme des poires, des prunes et des canneberges», indique Gabriel Boutin, précisant qu’il n’y a donc aucun intrant ajouté en cours de production. 

Les produits de Cidrerie Intrus auront des noms différents pour chaque cuvée — pas encore dévoilés — en une teneur en alcool entre 5% et 6% environ. Les fondateurs ont pu compter sur les précieux conseils du copropriétaire de la Cidrerie Le Somnambule à Saint-Henri dans Bellechasse : «On a visité la cidrerie l’été dernier et Émile Robert est devenu un mentor, un coach pour nous», souligne M. Boutin, reconnaissant. 

Info : Cidre Intrus sur Facebook