Alimentation

On a goûté : les repas de Tout cuit dans le bec

Ce n’est pas le choix qui manque au chapitre des repas prêts à manger livrés à domicile, alors que l’offre se multiplie ces dernières années!

Nous avons fait l’essai tout récemment des repas de Tout cuit dans le bec, une division du Groupe Je Reçois qui a fait son apparition il y a un an et qui a connu une croissance fulgurante — 300 % d’augmentation entre les six premiers mois et aujourd’hui, ce qui représente des milliers de plats expédiés chaque semaine au Québec et en Ontario.

Nous avons opté pour le coffret végétarien, qui comprend quatre portions individuelles de chacun des mets suivants : couscous aux légumes, sauté de tofu, pain de lentilles et manicotti fromage et épinards. Le tout a été livré au bureau (on peut aussi opter pour son domicile), dans une boîte isolante qui permet de garder les repas surgelés jusqu’à 48 heures après leur expédition — donc pas de stress si on n’a pas de congélateur!

On a apprécié d’avoir un suivi de notre commande, et le service à la clientèle efficace qui nous a permis de changer notre lieu de livraison.

D’emblée, le format des portions nous plaît : elles sont généreuses sans être démesurées. On a particulièrement aimé le pain de lentilles avec fromage mozzarella et sauce tomate — on en aurait même pris davantage, et un peu moins de purée de pommes de terre. Le plat de manicotti était aussi délicieux et généreux en fromage (un peu moins en sauce toutefois). 

Le sauté de tofu plaira à ceux qui aiment les sauces sucrées de style asiatique. La portion de protéines servie sur un lit d’orzo est généreuse, mais la quantité de légumes est plutôt chiche. Quant au couscous cari-orange avec pois chiches, brocolis, champignons, raisins secs, oignons et carottes — un peu sec —, on a aimé le mélange de saveurs, mais on aurait pris un peu plus de garnitures et un peu moins de semoule. Dans l’ensemble, on a trouvé l’essai concluant.

Outre le coffret végétarien (109,99 $ pour 16 plats), on a le choix parmi les suivants : BBQ (nouveau), asiatique, poissons, pâtes, plats sans allergènes. On peut également faire une sélection à l’unité. Il n’y a aucune obligation de commander régulièrement. Info : toutcuitdanslebec.ca  

Alimentation

Régal express

Des glaces et sorbets signés Gaël Vidricaire

Décidément, les glaces artisanales ont la cote! Au tour de Gaël Vidricaire de proposer dans sa pâtisserie du quartier Montcalm (200, rue Crémazie Ouest) des glaces et sorbets artisanaux faits maison. Servis sur cornet ou en coupe, ces délices glacés concoctés avec les meilleurs ingrédients se déclinent dans les saveurs de marron et abricots, agrumes et fines herbes, fraise, cerise ou pamplemousse rose pour les sorbets, et chocolat Manjari, caramel à la fleur de sel ou nougat au coulis de bleuet pour les glaces. On peut y ajouter une sauce au caramel, et pourquoi par opter aussi pour un macaron glacé! À noter que les saveurs devraient varier régulièrement au cours de l’été. Des formats pour emporter (12 onces) sont aussi en vente. Pour info : gaelvidricaire.com  

Alimentation

Laurent Matte-Boily: le cuisinier des bois

RIMOUSKI — Quand il n’est pas en cuisine, Laurent Matte-Boily est dans le bois. Pas surprenant que le jeune homme ait hésité entre la profession d’agent de protection de la faune et celle de cuisinier. Si le finaliste de l’émission «Les Chefs!» a choisi la cuisine, c’est parce que ça lui permet de cuisiner la forêt. «Le meilleur des deux mondes», reconnaît le sous-chef du restaurant Chez Saint-Pierre.

«La forêt fait partie de ma vie autant que la cuisine», souligne le jeune homme de 26 ans, originaire de Stoneham. Il faut dire qu’il a toujours adoré cuisiner avec sa mère. «Elle nous apprenait tout, à mon frère et moi, raconte Laurent. D’ailleurs, il est un excellent cuisinier lui aussi!» Samuel, pour qui Laurent a un attachement profond, est de 9 ans son aîné. «Ce que j’aime le plus, dans ma profession, c’est de rendre les gens heureux avec ce qu’il y a dans la cuisine», explique-t-il.

La Capitale

Os-Rôtisserie de Quartier ferme dans Limoilou

Os-Rôtisserie de Quartier, ouvert en 2016, sur la 3e avenue dans Limoilou, a annoncé vendredi sur sa page Facebook qu’il s’agissait de sa dernière journée de service,

«Aujourd’hui, nous offrirons notre dernier service chez Os Rôtisserie de Quartier. Nous fermons cette page afin d’en ouvrir d’autres et de vivre de nouvelles aventures. Mille mercis à vous tous et toutes qui nous avez suivis dans cette aventure! Merci pour vos bons mots, vos yeux salivants, vos appétits débordants d’amour pour #dubonpoulet.

Et surtout...Merci à notre équipe, sans qui nous n’aurions jamais pu passer ces deux belles années.»

Alimentation

Décès d’Anthony Bourdain: rien de criminel

PARIS — Les autorités françaises n’ont trouvé aucune preuve qu’un crime avait été commis en lien avec la mort du célèbre chef Anthony Bourdain, qui a été retrouvé sans vie dans une chambre d’hôtel de l’est de la France.

L’animateur de la série Parts Unkwown diffusée à CNN s’est enlevé la vie vendredi dans un luxueux établissement hôtelier situé dans le village historique de Kaysersberg, en Alsace, a déclaré le procureur de Colmar, Christian de Rocquigny, en entrevue avec l’Associated Press.

M. de Rocquigny a précisé que M. Bourdain ne semblait pas avoir planifié son suicide.

Il a ajouté qu’aucun élément ne permettait de croire que quelqu’un était entré dans la chambre et qu’un médecin légiste avait conclu que le corps ne portait aucune trace de violence.

Selon le procureur, des tests toxicologiques étaient en cours afin de déterminer si l’Américain âgé de 61 ans avait consommé des médicaments ou de la drogue avant de mettre fin à ses jours.

Olivier Nasti, le chef et propriétaire de l’hôtel Le Chambard, l’établissement où Anthony Bourdain s’est enlevé la vie, a rendu hommage à son illustre collègue samedi.

«C’est avec un immense respect pour le chef, l’auteur, le présentateur, le visionnaire qu’était Anthony Bourdain, que j’adresse toutes mes condoléances à sa famille et aux anonymes du monde entier qu’il a tant fait rêver», a écrit M. Nasti

«C’est toute la famille de la gastronomie française qui se joint à moi, pour renouveler notre profonde amitié à nos confrères américains endeuillés.»

Alimentation

Les histoires de pêche du chef Jean-Luc Boulay

La saison de la pêche est déjà bien entamée, en particulier pour les mordus qui prennent d’assaut les lacs dès que ceux-ci sont calés. Le Soleil vous propose des conseils et astuces d’un grand amateur de pêche pour déguster ses prises aussitôt que celles-ci sont sorties de l’eau… parce que rien ne vaut un poisson bien frais dans l’assiette!

Jean-Luc Boulay est bien connu des gens de Québec en tant que chef propriétaire du restaurant Saint-Amour. Il y a aussi le restaurant qui porte son nom, le bistro boréal Chez Boulay, pour lequel il s’est associé avec le chef Arnaud Marchand. Et les téléspectateurs de partout en province l’ont découvert en tant que juge à l’émission Les chefs!, à laquelle il participe toujours. Mais plusieurs ignorent peut-être que M. Boulay est un pêcheur aguerri…

Alimentation

Régal express

Bouchées, cocktails et terrasses

Pour célébrer en grand l’ouverture officielle des terrasses, le Quartier Petit Champlain, place Royale et le Vieux-Port de Québec accueillent pour une cinquième année le Parcours des terrasses gourmandes. Le vendredi 15 juin, de 15h à 22h, 17 restaurateurs de ces secteurs proposeront des bouchées et cocktails exclusifs créés avec des produits locaux. Les rues seront réservées aux piétons pour l’occasion, et des bars extérieurs ainsi que plusieurs scènes musicales (dès 16h) agrémenteront le parcours, qu’on peut faire dans l’ordre souhaité. Trois forfaits sont offerts (taxes en sus), comprenant une bouchée par restaurant : La virée découverte (7 bouchées, 20 $), La promenade gourmande (12 bouchées, 33 $) et La grande tournée (17 bouchées, 42 $). On nous indique qu’ils s’envolent vite, alors mieux vaut se les procurer d’avance! À noter que l’événement sera remis au lendemain en cas de forte pluie. Pour découvrir les menus et acheter un forfait : bit.ly/2JEqCSr

Alimentation

On a goûté

Le gin BeOrigin

Microdistillé à Québec, plus précisément à Saint-Augustin-de-Desmaures, le gin québécois BeOrigin se trouve sur les tablettes de la SAQ depuis novembre dernier.

Premier spiritueux de Vice & Vertu Distilleries, fondé par le Dr Franck Sergerie, ce gin artisanal est distillé à la façon London Dry Originale avec un ingrédient indigène bien de chez nous : l’écorce de bouleau.

Au nez, on perçoit aisément la lavande et, plus subtiles, les pétales de rose. À l’écorce de bouleau s’ajoutent la baie de genièvre, la coriandre, le bleuet et le zeste d’agrumes — qu’on perçoit bien en bouche.

Délicat, ce gin issu de la première distillerie de Québec se déguste aisément pur, avec un ou deux glaçons, et rivalise sans gêne avec d’autres gins de grande qualité qu’on retrouve sur nos tablettes. Le Dr Sergerie a donc une excellente raison de délaisser un peu la radiologie pour cette autre passion qu’est l’alchimie des alcools!

Mention aussi pour la bouteille, au design audacieux, avec une illustration contemporaine des personnages d’Adam et Ève rappelant «l’éternelle dualité de l’homme».

À surveiller : Le Soleil indiquait récemment qu’un nouveau gin de Vice & Vertu devrait faire son apparition d’ici la fin de l’été, si tout va bien, et le Dr Sergerie espère produire prochainement sa première vodka. On a déjà hâte.  

Le gin BeOrigin est en vente à la SAQ au coût de 50 $ (bouteille de 750 ml, 43 % d’alcool, code : 13483523)

Alimentation

Le chef américain Anthony Bourdain retrouvé mort en France

KAYSERSBERG — Anthony Bourdain, chef américain devenu mondialement célèbre grâce à son émission de télévision culinaire «Parts Unknown» sur la gastronomie des quatre coins du monde, s’est suicidé en France à l’âge de 61 ans.

Le procureur de Colmar, Christian de Rocquigny du Fayel, a indiqué à l’AFP qu’il avait été retrouvé pendu dans un hôtel de luxe de Kaysersberg, le Chambard.

Selon CNN, Anthony Bourdain a été découvert dans sa chambre d’hôtel par son ami français, Eric Ripert, le copropriétaire et chef du Bernardin, l’un des plus célèbres restaurants des États-Unis, situé à New York.

«C’était mon amour, mon roc, mon protecteur», a tweeté l’actrice italienne Asia Argento, avec laquelle il était en couple depuis plusieurs mois et qui s’est dite «plus que dévastée».

Chef de formation, Anthony Bourdain a passé plusieurs décennies aux cuisines de plusieurs établissements, notamment la Brasserie Les Halles, un restaurant français situé dans le sud de Manhattan.

Alimentation

Mort d'Anthony Bourdain: des restaurateurs de Québec sous le choc

Le suicide d’Anthony Bourdain, ce chef américain devenu mondialement connu grâce à son émission de télévision culinaire «Parts Unknown», a causé vendredi une onde de choc partout sur la planète. Même à Québec, des restaurateurs émus se souviennent de son passage dans la capitale, en 2013. Portrait d'un homme qui a marqué son milieu, qui est parti «trop vite», dans le mystère et l'incompréhension.

Lors du tournage de son émission dans les villes de Montréal et de Québec, l’as de la gastronomie s’était notamment arrêté à l’Affaire est Ketchup, sur la rue Saint-Joseph. Joint par Le Soleil, l’un des serveurs et propriétaires de l’établissement, Olivier Lescelleur St-Cyr, a parlé d’un homme «extrêmement intègre».

«Il était extrêmement facile d’approche et hyper ouvert. Quand il est débarqué ici, on avait des attentes nécessairement, puisque ça restait un personnage tellement important. Mais on a vite réalisé à son arrivée que ce qu’il y avait dans son show, c’était exactement ce que tu voyais dans la vie: un chic type, une bonne personne.» Sans façade, le chef cuisiner représentait «tout ce qu’il y avait de plus vrai» dans l’industrie, aux yeux de l’homme d’affaires.

LIRE AUSSI: Le chef américain Anthony Bourdain s’est suicidé

Même son de cloche du côté du Continental, sur la rue Saint-Louis dans le Vieux-Québec, qui avait également reçu M. Bourdain à l’époque. Son copropriétaire, Mathieu Pettigrew, affirme qu’il conservera toujours l’image de «quelqu’un qui était simple, authentique et très apprécié, partout où il passait».

«Ça avait été tout un honneur de le recevoir, lance-t-il. Encore aujourd’hui, les gens nous en parlent. À chaque semaine, cinq ans après, on a des clients qui viennent manger parce qu’ils ont vu son émission. Il touchait énormément de gens, et ça se voit.»

En 2013, l’engouement était tel, selon lui, que quatre clients américains sur dix venaient au Continental après avoir vu son émission. «Ça nous a vraiment fait connaître à l’international, ça a été pour nous la plus belle publicité et la plus belle renommée dans le monde. On ne pourra jamais assez le remercier pour ça.»

Surprise et tristesse 

Ce matin, quand il a appris la nouvelle par des amis et des collègues qui l’envahissaient de messages, Olivier Lescelleur St-Cyr n’en revenait tout simplement pas. 

«C’est tellement triste, et surtout, on se demande tous exactement ce qui s’est passé, et pourquoi, explique-t-il. On parle d’une grande perte pour le milieu de la restauration. Cet homme-là a tellement été un vulgarisateur incroyable et surtout quelqu’un qui a apporté au milieu dans plusieurs régions autour de la planète.»

Dans le cas de Mathieu Pettigrew, le choc était tout aussi énorme, autant pour lui que pour son équipe, dont plusieurs membres toujours actifs, avaient eux aussi rencontré Anthony Bourdain il y a maintenant cinq ans. 

«À l’interne, toute l’équipe a été profondément attristée et choquée, poursuit-il. C’est très surprenant pour nous, surtout dans les circonstances dans lequel il a été trouvé. Quand on parle de suicide, pour nous, c’était pas quelqu’un qui dégageait ça. Il aimait rire, manger, profiter de la vie et voyager. On ne pensait pas du tout à suicide en pensant à Anthony Bourdain.»