Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Alimentation

Un vin chaud à la scandinave

Temps des Fêtes oblige, l’entreprise d’assaisonnements et de sels Kanel — qui s’est récemment installée à Québec — a ajouté une offre festive à ses produits : le mélange à vin chaud «Chaleur scandinave».

Vendu en ligne et à ses deux adresses de la capitale (Place Ste-Foy et Galeries gourmandes des Galeries de la Capitale), un sac de 40 grammes permet de concocter l’équivalent de deux bouteilles de vin. «La maison sent bon quand on le prépare!», assure Kim Wiseman, copropriétaire.

À LIRE AUSSI : Quand Montréal vient épicer Québec…

Parmi les ingrédients, on trouve cannelle, clou de girofle, piment de la Jamaïque, cardamome et zeste d’orange. Et les instructions sont des plus simples : chauffez une bouteille de vin rouge (ou du cidre de pomme) et la moitié d’un sachet à feu doux pendant 20 minutes, retirez du feu, filtrez et servez.

Prix : 6 $

Alimentation

Un nouveau bar à tartares à Donnacona

La fin de l’année est fort occupée à la Boucherie Godin et fils de Donnacona! En plus d’avoir un bébé tout neuf, le propriétaire Simon Denis-Godin et sa conjointe Marie-Hélène Gagnon viennent de déménager leur commerce de Cap-Santé à cinq minutes vers l’est (de l’autre côté de la rivière), en plus d’offrir de nombreux nouveaux produits et services, dont un bar à tartares de bœuf pour emporter, dès la semaine prochaine (du jeudi au dimanche).

Une jolie façon de bientôt célébrer les 40 ans de l’entreprise lancée par le paternel Alcide Godin. «Cap-Santé a vu naître la boucherie, mais le bâtiment que nous occupions était devenu trop étroit. Avec le déménagement, le commerce passe de 1 800 à plus de 3 000 pieds carrés de superficie. Le pôle d’attraction que nous intégrons fait en sorte qu’encore plus de gens pourront découvrir nos produits. L’équipement a été modernisé et de nouvelles embauches ont aussi été faites», a expliqué M. Denis-Godin par communiqué.

Autres nouveautés et améliorations : sandwichs et tortillas sur le pouce, mets préparés (dont des bols de poké), viandes vieillies, poissons et fruits de mer surgelés, une quarantaine de variétés de saucisses, bières de microbrasserie et leur fameux boudin. Et on ouvre désormais le dimanche.

Adresse : 270, rue de l’Église à Donnacona.

Info : boucheriegodin.com et @boucheriegodinetfils sur Facebook.

Alimentation

Le magazine Web de Geneviève O’Gleman se démarque

Lancé il y a moins d’un an, le 28 janvier dernier, le magazine Web de la nutritionniste Geneviève O’Gleman, savourer.ca, a été élu «meilleur site francophone de cuisine au Canada» par les très prestigieux Gourmand Awards — qui sont à la cuisine ce que les Oscars sont au cinéma!

La plateforme est aussi en lice pour le titre du «meilleur site de cuisine au monde», toutes langues confondues, aux côtés de 10 autres sites de divers pays (Israël, Mexique, Indonésie, Suisse, Angleterre, Corée du Sud, Australie, France, Ghana). Le gagnant sera connu lors d’une cérémonie officielle des Gourmand Awards à Paris, en juin 2020.

Alimentation

Des desserts à base de purée de légumes

Débarquée depuis peu au Grand Marché de Québec, l’entreprise Bela Peko propose ses desserts à base de purée de légumes prêts-à-cuisiner.

Deux saveurs sont offertes: amande et patate sucrée ou chocolat et betterave. Chaque boîte contient les ingrédients secs et la purée de légumes, auxquels on ajoutera un ou deux oeufs et un peu d’huile pour concocter un dessert délicieux, moins sucré et contenant plus de fibres.

Alimentation

Un marché de Noël pour La Folle Tablée

L’espace café de La Folle Tablée, installée au 8085, boulevard Henri-Bourassa, dans le secteur Charlesbourg, se transforme en boutique gourmande pour les Fêtes.

Du 10 au 24 décembre, l’entreprise, qui confectionne aussi des bars à gourmandises pour des événements festifs, organise son propre marché de Noël. Audrey-Anne Pouliot, la propriétaire, indique que les produits habituels adopteront des couleurs festives.

Au menu également, des boîtes gourmandes à offrir pour 2 ou 6 personnes, des sachets de meringues, sablés viennois, rochers à la noix de coco... déjà emballés, une bûche, des choux à la crème, ainsi que du popcorn des Fêtes. Ce maïs soufflé artisanal choco-caramel fleur de sel, présenté dans une boîte transparente, est vendu 20 $, dont 5 $ iront à Centraide.

L’objectif à atteindre : remettre 1000 $ à la fondation.

Info : lafolletablee.com

Alimentation

Une Boîte des Fêtes gourmande pour les enfants défavorisés

La Réserve culinaire de l’Académie culinaire de Québec lance sa «Boîte des Fêtes» pour emporter, qui contient un repas pour quatre personnes composé de potage, de cassoulet, de jardinière de légumes et d’une bûche de Noël. Chaque vente de ce produit permettra de fournir en nourriture deux enfants dans le besoin et qui n’ont pas de repas à l’école.

Offerte en collaboration avec le Club Kiwanis de Québec, cette boîte est vendue en ligne au prix de 129 $ et est livrée à domicile. Elle peut aussi être achetée en boutique au 300, rue Saint Paul, à Québec.

Par ailleurs, chaque client qui achètera n’importe quel produit de prêt-à-manger sur le site Web de La Réserve culinaire en utilisant le code KIWANIS contribuera à cette cause.

Info et achat : lareserveculinaire.com


À LIRE AUSSI :
Nouveau concept dans le Vieux-Port pour l’Académie Culinaire
L'Académie culinaire se lance dans le prêt-à-manger

Alimentation

Une vodka aromatisée au miel du Château

Pur Vodka lance une deuxième vodka aromatisée de sa série Autographe: après une première à la pomme Geneva, c’est cette fois le miel urbain récolté sur les toits du Château Frontenac qui apporte une touche unique au spiritueux.

Duvernois Esprits Créatifs, derrière les marques Pur Vodka et romeo’s gin, s’est associé avec l’emblématique hôtel pour utiliser le miel d’été cultivé par l’apiculteur Marc Lucas, tandis que l’équipe de mixologie et restauration du Château a étroitement collaboré à l’élaboration du produit final.

La couleur dorée de Pur Vodka Série Autographe Édition 02 est intensifiée grâce à une touche de safran québécois cultivé par l’artisane Micheline Sylvestre dans Lanaudière.

L’édition limitée de 3500 bouteilles est disponible dès maintenant à la SAQ au prix de 49,75$ (700 ml, 37,5% alc./vol.).

Pour info: purvodka.com

Alimentation

Une épicerie en vrac dans Portneuf

La région de Portneuf comptera bientôt une nouvelle épicerie en vrac. Mille & un Bocaux prévoit ouvrir ses portes dans quelques jours (on vise le 7 décembre) pour offrir aliments divers, produits de soins corporels ou de ménage, accessoires de réduction des déchets, ateliers, conférences, etc.

«J’ai découvert ce mode de vie il y a trois ans. Mais c’est quand je faisais de la randonnée en plein air et que je trouvais plein de papiers qui traînaient partout dehors que j’ai décidé de faire quelque chose», raconte l’entrepreneure Marilyn Beaulieu.

Elle a d’ailleurs lancé une campagne de sociofinancement sur La Ruche pour augmenter sa sélection de produits locaux et biologiques.

Adresse : 190, route 138 à Donnacona.

Info : milleetunbocaux.com et @milleetunbocaux sur Facebook

Le Mag

Quoi de neuf en vitesse…

Le bar de Noël éphémère Miracle revient à Québec offrir ses cocktails festifs en s’installant de nouveau au café Maelstrom Saint-Roch (dans le quartier du même nom, à Québec), du 1er au 31 décembre 2019. Musique, boissons et concours de chandails laids…

Alimentation

FoodHero, l’application anti-gaspillage alimentaire dans les IGA

Entre 25 % et 60 % de rabais sur des tomates, de la viande, du jus qui approchent de leur date de péremption, mais encore consommables. Voilà ce que propose l’application mobile anti-gaspillage FoodHero, maintenant offerte dans plus de 150 IGA au Québec.

«Saviez-vous que 40% de la nourriture produite n’est pas consommée?» questionne FoodHero sur son site Internet. L’application développée à Montréal se veut une économie pour le consommateur, mais aussi pour le marchand, qui voit baisser les coûts financiers et environnementaux liés à la production, au transport et à l’enfouissement des produits invendus. 

Après avoir téléchargé gratuitement FoodHero sur Android ou iOS, il suffit de localiser le magasin IGA du coin et de remplir le panier d’achats selon ses besoins. Une fois la transaction complétée, on récupère son sac FoodHero à l’heure choisie ou avant, si l’on reçoit la confirmation que la commande est prête. Tous les jours, l’application propose de nouvelles offres alimentaires. 

Alimentation

Monsieur Cocktail lance sa boîte de confection de boissons

On le surnomme Monsieur Cocktail, mais on pourrait l’appeler Monsieur Marketing. Après avoir lancé récemment une gamme de sirops à cocktails «vaguement inspirés» de Harry Potter, voilà que le mixologue-entrepreneur Patrice Plante dévoile aujourd’hui son «petit projet de l’année», juste à temps pour les Fêtes : une boîte à cocktails par abonnement baptisée La Box.

Le principe (le même que celui de GoodFood ou d’Oatbox) est maintenant connu : on s’abonne en ligne à une boîte mensuelle qui contient tout ce dont on a besoin pour préparer huit cocktails identiques (pailles en carton, garnitures déshydratées, outils si nécessaire, tout sauf l’alcool qui relève de la SAQ). Chaque mois, le client a le choix d’accepter l’offre ou pas. On peut aussi commander des boîtes à la pièce. Et le tout est livré à la maison.

À LIRE AUSSI :
Un petit goût de Harry Potter pour Monsieur Cocktail
Production triplée pour Monsieur Cocktail

Alimentation

Le propriétaire de Yannick Fromagerie lance un livre

Le marchand-fromager Yannick Achim, propriétaire de cinq fromageries — dont une sur la 3e Avenue dans Limoilou —, lance un premier livre intitulé «Les fromages… l’art de choisir, de présenter et de déguster».

L’ouvrage permet de découvrir la façon d’assembler des plateaux de fromages, de les accompagner et de les servir. Chacun des fromages est également présenté dans une section répertoire, avec des informations sur son origine, ses particularités et les artisans qui les ont créés.

M. Achim s’est inspiré des questions adressées par sa clientèle pour proposer des alliances entre vins et fromages, expliquer leur histoire et leur provenance et donner des astuces de dégustation et de présentation. Il est d’ailleurs très fier d’avoir inclus dans son livre les fromages de chez-nous.

«C’est la première fois que des produits québécois se retrouvent dans une sélection internationale parmi les meilleurs fromages au monde. Cet ouvrage met en valeur la qualité indéniable des fromages conçus au Québec», souligne M. Achim dans un communiqué.

Le lancement du livre à Québec se tient le jeudi 21 novembre, à 18h, à la boutique Yannick Fromagerie de Limoilou. 

Pour infoyannickfromagerie.ca

En cuisine

Grilled cheese… versions revues et augmentées

CHRONIQUE / Summum du simplissime souper et grand classique des repas pressés, le grilled cheese est synonyme d’assiette sur le pouce autant que de plat réconfort qui évoque les parfums de l’enfance. La « recette », qui aurait été popularisée en Amérique du Nord dès les années 1920, a traversé les années avec brio, en suivant la tendance du manger mieux. Résultat : il est loin le temps où le sandwich chaud se traficotait avec deux tranches de pain blanc et un caoutchouteux carré orange fluo.

Aujourd’hui, le grilled cheese se pare de fromages fins. On l’agrémente de condiments relevés. On le prépare avec du pain au levain, du pain aux raisins et d’autres miches artisanales goûteuses. On y intègre parfois des pommes ou des poires en tranches, des noix torréfiées, des oignons caramélisés, du chutney maison. On le mange au déjeuner comme au souper, à l’heure du lunch aussi bien qu’en collation de fin de soirée. 

Parce que depuis cinq ans maintenant, les restaurants L’Gros Luxe décrètent novembre le mois du grilled cheese, j’ai parlé des façons de renouveler le classique mets avec Alexandre Bastide, fondateur de la bannière. 

« Novembre, c’est toujours un moment un peu gris dans l’année. Le mois du grilled cheese nous permet de proposer un menu axé autour du comfort food, ce qui fait partie de notre signature depuis nos débuts, il y a un peu plus de cinq ans. Avec cet événement, on amorce vraiment la saison des plats réconfortants qui vont de pair avec la saison froide. » 

Le rendez-vous gourmand est à ce point établi que, pendant quatre semaines, le moelleux sandwich grillé s’y décline à toutes les sauces. Et quand je dis toutes les sauces, je n’exagère pas.

L’établissement (qui compte maintenant neuf franchises au Québec, dont une à Sherbrooke) réinvente le classique en osant l’amener à un niveau d’inventivité parfois étonnant. 

Pâté chinois, nachos, salade grecque, club sandwich et poulet indien sont quelques-unes des originales saveurs qui ont été déclinées entre deux tranches de mie ces dernières années. Ceci menant à cela, des frites, de la bruschetta, de la béchamel, des pépites de bacon, des cornichons, du brocoli, des choux de Bruxelles se sont déjà retrouvés sur pains (mais pas tous en même temps!).

« On ne se met pas beaucoup de limites et chaque restaurant L’Gros Luxe propose ses spécialités fromagées. Les chefs des franchises ont carte blanche pour jouer autour du concept et bâtir leur propre menu grilled cheese de novembre. Ils osent à peu près tous les possibles, du moment que ça tient entre deux carrés de pain. Et pour avoir multiplié les essais, je peux vous assurer qu’on peut à peu près tout mettre dans un grilled cheese. On a même déjà intégré des ramens dans l’une de nos recettes. » 

Des nouilles ramen? Vraiment? 

« Oui, oui. La seule chose à laquelle il faut faire attention, c’est la quantité de liquide qui imprègne la garniture. S’il y en a trop, ça risque de détremper le pain et de ruiner le sandwich. » 

Parmi toutes les options qui s’offrent aux clients, le grilled cheese poutine est un indémodable du menu régulier qui connaît évidemment beaucoup de succès. Un autre au trio salé doritos-bacon-macaroni au fromage a aussi séduit plusieurs palais.  

« Ce qu’il y a de très chouette, avec le grilled cheese, c’est que c’est tout simple à préparer, mais qu’on peut le réinventer à l’infini. Au fil des ans, on a dû créer 300 variantes. Et on a encore des idées pour amener le sandwich ailleurs. »

Alimentation

Une pâtisserie sans gluten, végétalienne, cétogène

«On mettrait nos gâteaux sans gluten, végétaliens, sans lactose, "kéto" à côté de gâteaux réguliers, pas sûr que vous verriez ou goûteriez la différence!», lance Charles-Étienne Bacon. Sa sœur pâtissière Mélissa et lui, tous les deux «bourrés d’allergies alimentaires», viennent de déménager et de repenser complètement leur commerce. Chez Hansel & Gretel Pâtisserie et Boutique se spécialise maintenant dans la cuisine avec restrictions alimentaires.

Leurs créations sont presque toutes conçues sans gluten et sans arachide. Elles peuvent aussi être préparées sans lactose, sans produits animaux, sans produits laitiers, sans maïs, sans œufs, sans beurre, faible en glucides, etc.

«Les gens nous approchaient beaucoup pour faire ça. Ça revenait souvent, alors on s’est mis à développer nos produits», raconte M. Bacon.

L’entreprise propose aussi des desserts «réguliers» faits sur mesure, préparés dans une partie distincte de la cuisine afin d’éviter toute contamination.

De plus, on offrira un bar à gaufres et à sandwichs, avec ou sans restrictions.

L’ouverture est prévue le 30 novembre.

Adresse : 1875, rue Notre-Dame, local 10, à L’Ancienne-Lorette (en face du marché Metro).

Info : @patisseriehanselgretel sur Facebook

Alimentation

Une nouvelle boutique de champignons sauvages

De nombreux restaurateurs de la région connaissent déjà Chapeau les bois. Bientôt, les consommateurs auront à leur tour l’occasion d’en faire la découverte puisque l’entreprise spécialisée dans les champignons sauvages, petits fruits et autres produits forestiers comestibles aura enfin pignon sur rue, après huit années d’existence.

Le commerce ouvrira cette semaine une boutique, une cuisine, une microbrasserie et un petit coin-repas dans ses nouveaux locaux du 790, rue Saint-Vallier Ouest, à Québec.

«On essaie de démocratiser ces produits qui jusqu’ici semblaient réservés aux grands chefs. L’idée est de faire découvrir les produits locaux du terroir à monsieur et madame Tout-le-Monde. Le Québec a plus de 3800 espèces de champignons en forêt, pas tous comestibles, mais là-dedans il y a des espèces extraordinaires au niveau gastronomique que d’autres pays nous envient», explique le propriétaire François-Olivier Fauck, un Français installé au Québec depuis 1989.

En plus de vendre les produits frais en saison, Chapeau les bois fait aussi de la transformation alimentaire. Au menu : mousses à tartiner, thés, hot dogs de porc et de lactaire à odeur d’érable, bières à base de champignon chaga, boissons gazeuses de chaga, etc. C’est d’ailleurs le chef Pierre-Olivier Pelletier, qui vient d’ouvrir le restaurant Kebec Club Privé, qui dirige la cuisine.

À terme, une terrasse et des ateliers s’ajouteront.

Info : chapeaulesbois.com ou cherchez Chapeau les bois sur Facebook

Régal et restos

La Boîte à Pain: 20 ans et un nouveau dessert décadent

Pour souligner en grand son 20e anniversaire, La Boîte à Pain propose une toute nouvelle pâtisserie cuite au four qui rappelle les origines du propriétaire et fondateur de l’entreprise, Patrick Nisot.

La tarte au riz, classique de son enfance en Belgique, est encore méconnue au Québec. Celle que propose la Boîte à Pain est à saveur d’érable et de pommes, pour offrir un délicieux mélange des deux cultures.

Ce dessert moelleux, avec une touche croquante qui rappelle la crème brûlée, est offert dans les quatre succursales de la Boîte à Pain jusqu’au 15 décembre : rue Saint-Joseph dans Saint-Roch (la première, ouverte en 1999), 3e Avenue dans Limoilou, chemin Sainte-Foy et le kiosque du Grand Marché ouvert tout récemment.

L’entreprise compte aujourd’hui 120 employés, un fournil, et produit 40 variétés de pains, sans compter des croissants, viennoiseries, desserts, sandwichs et pizzas (dans Limoilou et Sainte-Foy).

Info : boiteapain.com

Régal

Pour les amateurs d’huîtres!

Pour accompagner les huîtres fraîches sur écaille, dont un peut se délecter jusqu’en décembre, l’entreprise québécoise Océania propose les Mignonettes, des sauces au goût subtil qui se marient à leur côté salé et en rehaussent le goût.

Trois saveurs sont offertes: Classique (vinaigre de vin rouge et un soupçon d’échalote en brunoise), Bloody Mary (jus de palourdes, pointe d’épices et touche tomatée), Balsamique et basilic (balsamique blanc vieilli à point, basilic frais).

Les Mignonettes sont en vente dans la plupart des supermarchés au prix de détail suggéré de 1,99$ chacune (format de 40 ml).

Pour info: jaimeoceania.com

En cuisine

L’art du bon façon Dyan Solomon

CHRONIQUE / Ça fait des années qu’on lui réclamait un livre de recettes. Dyan Solomon, copropriétaire de l’emblématique restaurant montréalais Olive + Gourmando, a enfin trouvé le temps de se lancer dans l’aventure livresque.

« Sophie Bandford, chez KO Médias, m’avait dit qu’on pouvait tout faire en un an. On allait travailler fort, mais on aurait vite un livre entre les mains. J’ai dit oui », raconte la chef. 

Finalement, le bouquin s’est bouclé en moins de 12 mois. Le tout à une cadence digne de l’heure de pointe où ça se bouscule dans les cuisines pour faire rouler le restaurant plein au bouchon. 

Le plus difficile n’a pas été de maintenir ce rythme effréné, mais de choisir les plats qui allaient se voisiner dans le livre. Dyan s’est présentée chez l’éditeur avec 420 recettes sous le bras. Toutes lui semblaient essentielles pour retracer le parcours du restaurant qu’elle a ouvert rue Saint-Paul il y a 21 ans avec Éric Girard, précieux complice rencontré chez Toqué! 

« Tout de suite, ils m’ont dit : non, non, non, le manuel sera épais comme un dictionnaire! »

Il a fallu écrémer le contenu, trier, mettre de côté, sélectionner. L’exercice était costaud « parce que j’avais l’impression que pour vraiment être fidèle au resto, il fallait tout mettre. Juste au chapitre des soupes, j’avais du mal à trancher, parce qu’on en crée une par jour. J’ai finalement choisi avec le souci de bien représenter tout ce qui fait la couleur de notre établissement, en mettant un petit peu de tout », raconte la chef et autrice.

Salades variées, sandwichs, gâteries, douceurs, plats chauds et froids, avec de la viande ou tout végés, granolas signature, ricotta maison, condiments variés et bases polyvalentes composent l’alléchant circuit de 150 recettes. Au fil des pages, anecdotes et photos racontent l’importance des employés dans l’aventure d’Olive. Le livre est d’ailleurs dédicacé à tous ceux qui sont passés par l’institution du Vieux-Montréal.

« Pour moi, ça allait de soi. Les gens qui travaillent avec nous, c’est une très grande partie du succès de notre entreprise », résume celle qui pimente aussi le recueil de nombreuses confidences sur l’origine des plats. On apprend ainsi que la populaire salade #24 s’est retrouvée sur le menu grâce à… Jake Gyllenhaal.

Celui-ci tournait à Montréal et venait régulièrement chez Olive. Un midi, il a vu le bol de salade de Dyan, bricolé à la maison pendant une période où elle mangeait végétalien. Il a commandé la même chose. Seul hic : la somptueuse salade ne figurait pas sur le menu! Une version bricolée en catastrophe a ravi les papilles de l’acteur. La salade n’a plus quitté le menu. 

Régal

Catherine Côté, photographe culinaire: délices pour les yeux

Photo ou cuisine? Pourquoi pas un mélange des deux? La photographe culinaire Catherine Côté combine ses passions en croquant de véritables délices pour les yeux… qu’on devine tout aussi délectables à goûter!

Programmeuse Web dans une «ancienne vie», Catherine Côté a toujours aimé la photographie. Il y a plusieurs années, elle avait également lancé un blogue culinaire pour partager son intérêt pour la bouffe. De fil en aiguille, c’est la photo de plats et de produits alimentaires qui a pris le dessus. 

«Le premier livre de recettes que j’ai illustré, c’était Déjouer les allergies alimentaires (2e édition), pour les éditions Québec Amérique en 2011. Je cuisinais moi-même les recettes pour prendre les photos, alors que je travaillais encore à temps plein!» se remémore-t-elle.

Régal et restos

Geneviève O’Gleman : des «soupers vite faits, bien faits»

Après s’être penchée sur la corvée des lunchs dans son dernier livre, la nutritionniste Geneviève O’Gleman souhaite maintenant faciliter les soupers de semaine.

Deuxième titre de sa nouvelle collection, Soupers rapides contient des recettes à la fois simples, santé, gourmandes… et rapides à préparer!

Déclinaisons de pizzas, mijotés, toasts (tartines), soupes-repas, plats «touski», accompagnements express sont autant de façons de se simplifier la vie, sans compter que l’ouvrage contient plusieurs astuces, notamment pour partager les tâches en famille ou pour éviter le gaspillage alimentaire.

L’index, super pratique, permet d’identifier en un coup d’œil les recettes sans cuisson, à congeler, sans gluten ou qui prennent moins de 15 minutes à cuisiner.

Régal et restos

Les poissons de chez nous

Après le livre «Cuisine de chasse» l’an dernier, le chef émérite Stéphane Modat revient cette fois avec «Cuisine de pêche».

On y apprend à apprêter une quinzaine d’espèces de chez nous, tels le brochet, le doré, la perchaude, la ouananiche ou encore l’alose savoureuse. L’ouvrage contient plus de 90 recettes accessibles pour savourer la richesse de nos lacs et rivières, et est encore un fois magnifiquement illustré par le photographe Frédéric Laroche, compagnon d’aventures du chef Modat.

De plus, grâce à un partenariat avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, on y retrouve des informations utiles sur les différentes espèces (biologie, alimentation, habitats aires de répartition sur le territoire du Québec).

Régal et restos

Manoir Richelieu : un gala pour 120 ans de plaisirs gourmands

Du 15 au 17 novembre, place au 19e Gala des grands chefs dans le décor enchanteur du Manoir Richelieu, dans Charlevoix. Les festivités se déroulent sous le thème «120 ans de plaisirs gourmands» pour souligner l’âge vénérable du prestigieux hôtel.

Le vendredi se tient la soirée Le Grand Marché, un cocktail dînatoire d’envergure mettant en vedette les producteurs de Charlevoix ainsi que la brigade des cuisines de l’établissement.

Le samedi, des ateliers-conférences sont au programme en journée, suivis du dîner de gala animé par la sommelière Jessica Harnois. Le tout est orchestré par le directeur culinaire Sylvain Cuerrier et ses chefs invités, qui ont la particularité cette année d’avoir tous été chef au Manoir Richelieu.

Enfin, le brunch du dimanche viendra clôturer une fin de semaine des plus épicuriennes.

Infos et réservation : fairmont.fr/richelieu-charlevoix

Régal et restos

Du soutien pour renforcer les compétences culinaires des familles

L’initiative 100° lance un appel de projets pour permettre aux enfants québécois d’être davantage exposés à la cuisine. Selon un sondage Léger réalisé pour 100°, plus des trois quarts des jeunes de 17 ans et moins ne sont jamais exposés à des cours de cuisine.

Pour renverser cette tendance, l’appel de projets «Cultiver l’avenir : cuisinons ensemble les aliments d’ici» vise à renforcer les connaissances alimentaires et les compétences culinaires des familles un peu partout au Québec grâce à un soutien global de 500 000 $.

Les écoles, centres de la petite enfance, camps d’été, municipalités, coopératives et autres organismes intéressés doivent soumettre leur projet au plus tard le 22 novembre. Ceux qui seront retenus pourront bénéficier d’un soutien financier pouvant aller jusqu’à 7000 $.

Infos : centdegres.ca/financement

Alimentation

Un petit goût de Harry Potter pour Monsieur Cocktail

Juste à temps pour l’Halloween — et surtout en prévision du temps des Fêtes —, Monsieur Cocktail lance aujourd’hui «Aromaroz : École de sorcellerie liquide», une gamme de sirops à cocktails créée avec une «petite touche de magie».

«Nous avons inventé un monde magique vaguement inspiré de Harry Potter, pour que les sirops aient quelque chose de plus à raconter qu’une simple saveur», explique Patrice Plante, mixologue, entrepreneur et créateur de la marque Monsieur Cocktail.

Au menu : quatre saveurs embouteillées et présentées dans un coffret, chacune associée à une maison de sorcellerie, dont les préférences sont bien distinctes. D’abord, les potions amères (aux goûts de poire, thé chaï et hibiscus), puis les boissons acidulées (miel, fruit de la passion et citron), ensuite les breuvages sucrés (ananas et vanille) et, enfin, les élixirs épicés (piment, mangue, orange et lime).

À LIRE AUSSI :
Un «bar des rêves» éphémère… pour enfants!
#avecpasdalcool
Production triplée pour Monsieur Cocktail

«Tous ces mélanges respectent notre philosophie, c’est-à-dire que les sirops contiennent tous une touche d’acidité [jus de lime, citron, canneberge], question de créer un équilibre complet dans un cocktail», précise M. Plante, qui espère vendre au moins 5000 unités de ce nouveau produit permanent. Ces sirops peuvent ensuite être mélangés à de l’alcool, ou à des jus et boissons gazeuses pour créer des mocktails.

Pour la bonne cause

Question d’offrir un produit plus écologiquement responsable, chaque mélange est fabriqué à partir de fruits rejetés en épicerie, en collaboration avec LOOP, une compagnie québécoise de jus et de bières. De plus, 50 ¢ seront remis à Fibrose kystique Canada pour chaque coffret vendu.

Prix des coffrets : 38,95 $.

Disponibles maintenant via la boutique en ligne ou dans les locaux de l’entreprise à Québec; d’ici le 21 novembre dans tous les supermarchés IGA et autres points de vente.

Adresse : 2385, avenue Watt, à Québec

Infos : monsieur-cocktail.com

Alimentation

La Supérette du Diner, un nouveau marché dans Saint-Sauveur

On l’attendait depuis l’été, mais voilà que la Supérette du Diner — le minimarché sorti tout droit de l’esprit des propriétaires du restaurant Diner Saint-Sauveur — annonce qu’elle accueillera ses premiers clients ce mercredi 30 octobre, dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec.

Qu’est-ce qu’une supérette? L’Office de la langue française la décrit ainsi : «Unité de vente alimentaire, en libre-service, de surface moyenne, destinée principalement à la satisfaction des besoins courants d’une clientèle de voisinage.» Voilà pour l’officiel.

Alimentation

Que veut dire diversifier son alimentation?

Depuis la fin des années 1970, diversifier son alimentation est considéré comme une composante essentielle d'une saine alimentation. S'assurer d'avoir un bon équilibre entre les différents nutriments est primordial pour rester en bonne santé. La diversité alimentaire est également un indicateur clé de la qualité de l'alimentation et de l'adéquation nutritionnelle.

Mais en quoi consiste une alimentation variée et quel est son lien avec le risque de maladies ?

L'épidémiologie nutritionnelle - un domaine de recherche médicale qui étudie la relation entre la nutrition et la santé dans les populations - est en voie de passer d'une approche centrée sur les nutriments à une autre centrée sur l'alimentation. Cela s'explique par le fait que des données récentes montrent que les schémas globaux d'apports alimentaires habituels et à long terme permettent de mieux prédire le risque de maladie.

La variété mène à la santé

Actuellement, il n'existe pas de méthodologie normalisée pour évaluer la variété ou la diversité d'un régime alimentaire. Il est donc très difficile de comparer les études sur les effets de la diversité alimentaire sur la santé. Malgré cela, la plupart des études montrent qu'un régime alimentaire diversifié, composé de cinq à six groupes d'aliments de base, améliore la survie et réduit les maladies comparativement à un régime ne comprenant que trois groupes alimentaires de base.

Notre étude préliminaire de la documentation publiée a révélé un nombre croissant de données probantes qui appuient l'idée qu'une plus grande diversité alimentaire (au moins cinq ou six groupes alimentaires) est associée à un risque réduit de dépression, de diabète de type 2, d'asthme, d'allergies alimentaires, de syndrome métabolique, d'ostéoporose et même de mortalité.

La diversité alimentaire, en particulier la diversité des légumes et des fruits, a également été associée à une réduction du risque de plusieurs cancers, dont les cancers de la bouche et du pharynx, du larynx, des poumons et de la vessie.

De plus, les principaux indicateurs de risque de maladies chroniques liées au métabolisme et à la circulation sanguine semblent également être meilleurs chez les personnes en santéet en moins bonne santé qui ont une alimentation plus diversifiée. Des améliorations constantes ont été observées avec une diminution de l'hypertension et des taux sériques de triglycérides.

Risques liés à la diversité alimentaire

En revanche, l'association entre la diversité alimentaire et le risque d'obésité ou de cancer colorectal suscite une plus grande controverse. La consommation d'une plus grande variété d'aliments peut entraîner une augmentation de la consommation de calories, ce qui, à son tour, peut causer l'obésité.

Il existe des études qui montrent une association positive entre une plus grande diversité alimentaire et un poids plus élevé. Cependant, la plupart des études ont conclu à un lien négatif entre la diversité et le risque d'obésité, tandis que d'autres ne rapportent aucune association.

Cette incohérence apparente dans la littérature pourrait souligner l'importance de la variété au sein de groupes alimentaires spécifiques. Par exemple, une étude portant sur 452 269 participants de 10 pays européens a montré que les personnes qui consomment la plus grande variété de fruits et légumes ont vu leur indice de masse corporelle moyen diminuer, malgré une augmentation de leur apport énergétique. Une plus grande variété au sein de groupes alimentaires spécifiques peut également expliquer les résultats contradictoires pour le cancer colorectal.

La consommation d'une grande variété de fruits a été associée à un risque plus élevé de cancer du rectum après 13 ans de suivi dans une étude, mais n'était pas liée au cancer colorectal dans une autre étude cas-témoin menée au nord de l'Italie. En fait, cette étude a également montré que la consommation d'une plus grande variété de fruits et de légumes réduisait le risque de cancer colorectal.

Il convient de noter que la diminution la plus constante du risque de maladie a été observée lorsque les gens augmentent la diversité des légumes qu'ils consomment. Mais la variété au sein d'autres groupes alimentaires, comme les céréales, n'était pas associée à des effets sur la santé ou l'était négativement, comme c'était le cas pour une plus grande variété d'apports en viande.

Favoriser une alimentation saine

Le Canada a un nouveau guide alimentaire qui sert d'outil pratique pour l'éducation du public en matière de nutrition et s'inscrit dans une politique nationale d'amélioration de l'alimentation. Le Guide alimentaire canadien a suscité des discussions sur ce que signifie manger sainement au Canada, même au sein de la classe politique.

Nous voulons soulever deux questions précises au sujet du nouveau Guide alimentaire, qui méritent plus d'attention en matière de recherche et de politiques. Premièrement, le nouveau Guide alimentaire canadien se limite maintenant à seulement trois groupes alimentaires principaux. Cela représente une réduction par rapport aux quatre groupes alimentaires du Guide précédent et aux cinq ou six groupes des recommandations alimentaires canadiennes des années 1940. Le message que cela donne aux Canadiens, c'est qu'une alimentation saine ne nécessite que trois groupes d'aliments différents, malgré le fait que la science nous dit le contraire.

Les données que nous avons examinées ont montré que les résultats pour la santé et la survie s'améliorent lorsque l'alimentation régulière d'une personne comprend au moins cinq à six grands groupes alimentaires (fruits, légumes, produits laitiers, céréales et protéines).

Deuxièmement, il y a encore moins de directives alimentaires sur la signification de la variété pour les Canadiens. Auparavant, ils recevaient au moins deux recommandations précises pour assurer un apport adéquat en vitamine A et en folate en consommant un légume vert foncé et un légume orange ou un fruit orange.

Le Guide alimentaire australien donne une définition de ce que signifie avoir un régime alimentaire diversifié. Il dit aux consommateurs de manger différents types et couleurs de légumes, ainsi que des légumineuses ou haricots.

Les directives diététiques américaines recommandent spécifiquement aux consommateurs de choisir « une variété de légumes de tous les sous-groupes : vert foncé, rouge et orange, légumineuses (haricots et pois), féculents et autres ». Ces deux directives diététiques donnent à leurs citoyens et même aux chercheurs des indications plus claires sur ce que signifie avoir une alimentation variée dans le cadre d'une alimentation saine.

Il est nécessaire d'accorder plus d'attention à la diversité alimentaire dans les politiques et la recherche. Cela devrait comprendre des conseils plus précis qui tiennent compte des données probantes sur les différents effets sur la santé du choix d'une variété d'aliments dans chacun des groupes d'aliments suivants : légumes, protéines, produits laitiers, fruits et céréales.

Une définition claire de la signification et de la mesure, en particulier dans les lignes directrices nationales sur l'alimentation, est essentielle au dialogue sur la saine alimentation au Canada.

* * * * *

Ce texte est d'abord paru sur le site franco-canadien de The Conversation. Reproduite avec permission.

Régal et restos

Quand art culinaire et 7e art se rencontrent [VIDÉO]

Un festival de films qui met l’eau à la bouche en rendant hommage à l’art culinaire et à ses artisans : c’est ce que propose Cuisine, cinéma et confidences, qui revient pour une troisième année à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix, du 8 au 10 novembre.

Fondé par la réalisatrice Lucie Tremblay et le chef Jean Soulard, ce rendez-vous est le prétexte idéal pour déguster les produits du terroir charlevoisien tout en découvrant des films haut en «saveurs» et en ayant l’occasion d’échanger avec des chefs et des producteurs de la région.

Alimentation

Des macarons dans Charlevoix

Un nouveau point de rendez-vous gourmand à Baie-Saint-Paul — la boutique-atelier Catherine Méra Pâtisserie — a procédé à son inauguration officielle cette semaine.

Ouverte depuis l’été, l’entreprise de Mme Méra propose des macarons (qui s’envolent jusqu’à former 40 % de son chiffre d’affaires), des confitures faites de fruits locaux (dont une combinaison mélilots-fraises) ainsi que des gâteaux de fête, entre autres.

«Je trouvais que c’était un manque dans la région, alors j’ai décidé de me lancer dans un créneau haut de gamme, avec des produits locaux de grande qualité», explique Catherine Méra, une Française qui vit au Québec depuis huit ans. Cette dernière a notamment été chef-pâtissière à l’hôtel Le Germain Charlevoix (anciennement La Ferme) avant de lancer son propre commerce en ligne, qui a grandi jusqu’à avoir pignon sur rue.

L’endroit prodigue aussi quelques cours et ateliers de pâtisserie, offerts à la carte ou en forfait.

Adresse : 23, rue Racine, à Baie-Saint-Paul (en face du Maxi).

Infos : catherinemera.com et @OsezLaGourmandise sur Facebook

Alimentation

Des bonbons d’Halloween livrés chez soi

Envie d’encourager une entreprise locale plutôt qu’une multinationale pour l’Halloween? Pourquoi ne pas commander les bonbons de la confiserie C’est si bon, qui a pignon sur la rue Saint-Jean, dans le Vieux-Québec?

Mon Quartier en boîte propose dans sa boîte d’Halloween une sélection de choix du commerce : nougats, jujubes, Rockets, caramels vanille, bonbons beurre, Fireball, citrouilles chocolat, tires Sainte-Catherine, pailles, bonbons aux fruits, dollars en chocolat… tous emballés pour pouvoir distribuer aux petits monstres à la porte (à moins qu’on préfère les garder pour soi)!

Deux formats disponibles : petit (environ 75 bonbons, 19,99 $ + taxes) ou grand (environ 150 bonbons, 34,99 $ + taxes). Livraison dans la zone urbaine de Québec seulement, jusqu’au 31 octobre.

Infos et achat : monquartier.quebec